19/05/2010

Cocorico pour le coq wallon arc-en-ciel

pin s coq

                                                                 L’équipe d’Arc-en-Ciel Wallonie s’est démenée pour diffuser 20.000 pin’s (le coq au panache arc-en-ciel) un peu partout en Wallonie et à Bruxelles.

La dernière action de distribution a eu lieu le matin du 17 mai en gare de Namur avec l’aide du cabinet de la Ministre Tillieux.

Le résultat de l’opération est éloquent :

-          20.000 pin’s distribués en trois semaines ;
-          dont 5.000 pin’s et 1.500 affiches dans les écoles du secondaire ;
-          1.310 pin’s aux 262 communes wallonnes ;
-          95 pin’s aux 19 communes bruxelloises ;
-          910 pin’s aux services de proximité de la Région wallonne (Eupen, Arlon, Wavre, Nivelles, Namur, Charleroi, Liège, Mons, La Louvière, Verviers, Tournai,…)
-          770 pin’s distribués aux écoles qui en ont redemandés ;
-          une dizaine de demandes qui n’ont pu être satisfaites ;
-          plusieurs milliers au Service public de Wallonie et au Ministère de la Communauté française ;
-          plusieurs centaines dans les rues (le Carré et la batte à Liège, les Fiertés et la gare à Namur, la Belgian Pride à Bruxelles,…)

Une info Arc-en-ciel Wallonie

Pour les lecteurs non belges: le coq wallon est l'animal emblématique de la Wallonie, la plus vaste des régions de notre pays. L'équipe d'Arc-en-ciel Wallonie a eu l'idée d'en colorer le panache aux couleurs LGBT. Depuis deux ans elle en a fait faire des pin's qu'elle distribue.

06:06 Publié dans Fierté lesbigay, estime de soi, gay pride | Lien permanent | Tags : arc-en-ciel wallonie, pin s, coq wallon, wallonie | | |  Facebook |

07/02/2010

Guide homo de Wallonie (mise à jour)

Promoguideweb

                                               La 3e édition du Guide Homo de Wallonie vient d'être publiée. Ce guide est d’abord un répertoire des associations lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) actives en Wallonie. Chacune d’elles se présente de la façon la plus complète possible. Les coordonnées vous permettent de prendre contact si vous souhaitez en savoir plus. Nous avons également rassemblé les renseignements relatifs à une série de services présentant un intérêt particulier pour le public LGBT. Tous les établissements cités ont été contactés préalablement et se sont montrés tout à fait ouverts.

La prévention et le dépistage du Sida et des IST

Le nombre de personnes infectées par les infections sexuellement transmissibles (IST) est
en augmentation. Ne nous voilons pas la face, la relation sexuelle entre hommes demeure la source la plus sérieuse de contamination. Un seul rapport ou une seule pratique à risque suffit pour être infecté. Si vous avez le moindre doute ou si vous ressentez certains symptômes, tels qu’une sensation de brûlure, des boutons, des démangeaisons, des pertes vaginales ou des écoulements inhabituels ou même des douleurs, il est préférable de consulter un médecin, vous avez peut-être contracté une IST. Un dépistage consiste à faire selon le cas une prise de sang, un frottis vaginal ou un prélèvement urétral. Il peut se faire chez votre médecin généraliste, dans un centre de référence sida lié à une université, dans un centre de dépistage anonyme et gratuit (sida uniquement), dans une maison médicale ou encore dans un centre de planning familial. Des professionnels vous accueilleront et répondront à vos questions. Ils
sont tenus au secret médical. En général, les prises de sang et les analyses de laboratoire dans ces centres sont gratuites mais la consultation est parfois payante, aux environs de 5 € (à condition d’être muni de ses vignettes de mutuelle !)

Ce guide reprend, sans être exhaustif, un grand nombre de ces centres. Vous pouvez donc choisir le plus proche de votre domicile.

Les centres de Planning familial

En plus de leurs permanences médicales, les centres de planning familial proposent des consultations psychologiques, sociales, juridiques, sexologiques, de médiation familiale ainsi que des animations de prévention, d’information, de groupes (principalement des écoles) et enfin des permanences durant la semaine. Ils sont donc des lieux d’écoute utiles si vous vous interrogez ou si vous éprouvez des difficultés ou un mal-être par rapport à votre sexualité.

Les centres de Procréation Médicalement Assistée (PMA)

Aujourd’hui, de nombreux couples lesbiens souhaitent avoir un enfant. C’est possible par la voie de la PMA, conjuguée aux nouvelles dispositions légales en matière d’adoption pour les couples de même sexe. Il n’est pas rare qu’un projet de parentalité soit partagé entre un couple de lesbiennes et un couple de gays. Dans ces cas également, la PMA peut s’avérer utile, même si en principe, le don de gamètes mâles est anonyme.

Vu le nombre réduit de centres PMA, nous les avons rassemblés en fin de guide.

Sorties et shopping en Wallonie

Enfin, ce guide fournit des informations sur l’ensemble du secteur commercial gay et lesbien
ou friendly. Sortir, boire un verre, manger, faire les boutiques, partir en vacances etc. Les villes de Wallonie offrent des ressources insoupçonnées. Vous découvrirez aussi un lieu de campagne accueillant, un service inattendu ou encore une adresse coquine. Pour les grandes villes, un plan vous permet de vous orienter vers les bonnes adresses.

Le guide est disponible dans toutes les associations, les centres de planning familial, les établissements LGBT et beaucoup d'autres lieux encore. Vous le trouverez aussi au siège d'Arc-en-Ciel Wallonie, rue Hors-Château 7 à Liège.

Source: Arc-en-ciel Wallonie

18:16 Publié dans Tourisme lesbigay | Lien permanent | Tags : arc-en-ciel wallonie, wallonie, guide | | |  Facebook |

06/02/2010

3ème guide homo de Wallonie

n52628820379_6473

Le journal Vers l'Avenir de ce jour publie une interview réalisé autour de la troisième édition du Guide Arc-en-ciel de la Wallonie. En voici l'accroche:

Le troisième guide homo de Wallonie vient de sortir. Il renseigne, entre autres, des lieux dédiés aux gays. Une autoghettoïsation ?

Pour lire l'interview, cliquer ici pour accéder au site du journal.

Via Arc-en-ciel Wallonie

11:53 Publié dans Tourisme lesbigay | Lien permanent | Tags : lesbienne, wallonie, arc-en-ciel, guide, gay | | |  Facebook |

13/07/2009

Accord de gouvernement en Belgique francophone et personnes LGBT

Wallonie-Bruxelles

Projet de Déclaration de politique communautaire 2009-2014 et personnes LGBT

Le nouvel accord de gouvernement pour la partie francophone du pays comporte un volet consacré aux personnes LGBT. Il s'agit à ce stade davantage d'une déclaration de politique générale. En voici les termes qui sont détaillés dans le chapitre XII de l'accord, un chapitre intitulé Amplifier les politiques d'égalité (pp. 164 et suivantes). J'y relève les passages qui concernent spécifiquement les personnes LGBT en les surlignant en bleu, les extraits de l'accord sont en italique.

La prise de conscience des inégalités progresse dans notre société. Cependant, il reste de nombreuses inégalités de fait pour lesquelles subsiste un énorme travail de sensibilisation et d’éducation. Des mesures correctrices doivent également être prises.

Le Gouvernement, fidèle à la Déclaration universelle des droits de l’Homme, entend que chaque personne soit traitée de manière égale, quels que soient ses origines ou son identité, son sexe, son état de santé, ses croyances

philosophiques ou religieuses, son orientation sexuelle…

Il rappelle dans ce cadre l’importance du décret qui interdit et sanctionne les discriminations.  Si les questions d’égalité seront intégrées dans l’ensemble des politiques

générales, le Gouvernement mènera également des politiques spécifiques d’égalité et de lutte contre les discriminations, pour remédier à certaines discriminations structurelles (« mainstreaming » de l’égalité).

Le Gouvernement soutiendra dans ce cadre la mise en place de plans globaux d’égalité dans la fonction publique et dans les entreprises, avec quatre publics cibles : les femmes, les personnes issues de l’immigration, les LGBT et les personnes handicapées. 

Dans cette perspective, il garantira durant toute la législature la continuation et la mise en oeuvre des Protocoles de collaboration conclus en 2008 avec le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, d’une part, et l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, d’autre part. Le Gouvernement

demander en outre un Accord de coopération visant à faire de ces deux institutions actuellement fédérales des institutions « interfédérales ».

Il promouvra, dans l’ensemble des lieux publics de Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une Charte de la citoyenneté rappelant les droits et les devoirs de chacun, telle que proposée dans le rapport de la Commission du Dialogue interculturel. Il mettra également en place un cours de citoyenneté active et responsable commun à tous les élèves, de manière complémentaire à l’enseignement des cours de religion et de morale. [...]

 

4. Bien vivre son identité sexuelle

 

Le Gouvernement luttera contre les discriminations que vivent au quotidien certaines personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), avec une attention particulière pour les jeunes, qui sont encore trop nombreux à souffrir de rejet à cause de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. 

Il mènera notamment, en collaboration avec le Centre pour l’égalité des chances et le secteur associatif, des campagnes d’information et de sensibilisation (notamment relatives à l’identité sexuelle) dans l’ensemble des matières qui relèvent de ses compétences.

Le Gouvernement renforcera en particulier la lutte contre l’homophobie à l’école. Des formations sur le respect des diversités sexuelles seront en outre organisées à destination des enseignants, des éducateurs, des Centres psycho-médicauxsociaux et des Services de promotion de la santé à l’école. Les modules d’animations à la vie relationnelle, affective et sexuelles à l’école intègreront un module relatif à l’orientation sexuelle.

Il accordera une attention spécifique, en collaboration avec la Région wallonne, aux seniors LGBT (avec notamment des actions de sensibilisation dans les maisons de repos) ainsi qu’aux personnes LGBT issues de l’immigration.

Enfin, il apportera un soutien structurel aux associations LGBT dans le cadre de la lutte contre les discriminations.

Outre ce volet spécifique dans le chapitre XII, l'attention qu'il convient de porter à l'orientation sexuelle est peu soulignée. Le chapitre XI, consacré à la Politique de la Santé, la mentionne cependant, dans ses quatrième et cinquième points:

accompagner l’information sur les ISTd'une sensibilisation en faveur du dépistage auprès des femmes et des hommes dès l’adolescence, vu la recrudescence de toutes les IST.

4. L’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle

Une approche positive de la vie relationnelle, affective et sexuelle tout au long de la vie permet de diminuer  fortement les facteurs de risque : grossesses non désirées, faits de délinquance sexuelle, infections sexuellement transmissibles, stigmatisation des orientations sexuelles, etc.

Dans ce même chapitre, le point 5 est consacré aux politiques à mener en matière de prévention du Sida. je le relève car, même s'il ne fait pas mention nommément de l'orientation sexuelle (il y est cependant fait mention de publics spécifiques), il concerne directement la communauté homosexuelle.

5. La prévention du SIDA et des infections sexuellement transmissibles (IST)

Pour le Gouvernement, il est fondamental de rappeler que, malgré les progrès thérapeutiques, le Sida ne se guérit pas.

Le Gouvernement entend, en association avec la Région wallonne :

• en fonction de l’évolution de la maladie, des traitements et comportements, évaluer et le cas échéant réajuster les politiques de prévention, notamment auprès des jeunes et des publics spécifiques, en collaboration avec les acteurs concernés ;

• combattre la banalisation du phénomène du Sida et continuer à développer l’information relative aux autres IST, particulièrement auprès des publics spécifiques ;

• lancer de nouvelles campagnes de sensibilisation à l’usage du préservatif, augmenter le nombre de préservatifs distribués gratuitement et augmenter le nombre de distributeurs de préservatifs ;

• lutter activement contre les discriminations dont sont victimes les personnes séropositives ;

On notera que le projet d'accord pour le Gouvernement wallon reprend sensiblement les mêmes points, que je ne reproduis pas ici, pour ne pas doubler l'information.

Commentaire

Sans doute peut-on se réjouir de cette déclaration de politique générale. Je remarquerai cependant que

  • contrairement à ce qu'on peut lire dans l'accord du gouvernement flamand, il n'est pas question de manière précise d'un renforcement des moyens mis à la disposition des associations LGBT

  • la lutte contre l'homophobie en milieu scolaire est bien reprise dans le chapitre XII, mais n'est pas spécifiée dans l'important chapitre consacré à l'enseignement, alors que la lutte contre le racisme et la xénophobie et que le souci pour l'égalité femmes-hommes y sont nommément mentionnées. Je le déplore et souhaiterais un ajout au Décret sur les missions prioritaires de l'école qui inclurait nommément la lutte contre l'homophobie dans les missions assignées à l'école. Notons cependant que dans le point consacré à la formation initiale des enseignants, l'accord de gouvernement indique qu'il conviendra de sensibliser les enseignants au genre et à la diversité.

  • dans le chapitre sur le suicide, l'attention particulière qu'il conviendrait d'apporter à la problématique spécifique du suicide chez les jeunes gays, trans et lesbiennes n'est pas nommément mentionné.

  • enfin, il n'est pas question dans le point consacré à la prévention des mst et du sida en particulier de l'installation de distributeurs de préservatifs dans les écoles secondaires.

On ne peut qu'espérer que ces déclarations d'intentions seront suivies de réalisations pratiques!

Pour accéder au texte l'accord de politique communautaire, cliquer ici.

 

08/06/2009

Elections et droits LGBT: pour des majorités progressistes en Wallonie et à Bruxelles

Belgique francophone- Les électeurs wallons et bruxelles ont mis en place les conditions de majorités de progrès, et on ne peut que s'en réjouir. La forte progression d'Ecolo ouvre des perspectives de progrès pour les droits LGBT et la lutte contre l'homophobie et toutes les discriminations, et est au moins un gage de stabilité pour les droits acquis. Le tassement du MR et du cdH participent de la même analyse: on sait d'expérience que ces partis ne font pas et n'ont pas fait de la lutte contre l'homophobie leur fer de lance, c'est d'ailleurs le moins qu'on puisse en dire. Le PS ne connaît pas la Bérézina annoncée et reste le premier parti en Wallonie, et il s'agit pour nous de conserver présent à l'esprit que c'est ce parti qui a lors de l'exercice du pouvoir fait avancer considérablement les droits des personnes lesbigaies.

En tant que lesbiennes ou gays, il nous faut plaider pour l'Olivier (coalition Ecolo, PS, cdH) tant à Bruxelles qu'en Wallonie. Disposer des mêmes coalitions tant à Bruxelles qu'en Wallonie apportera davantage de cohérence. Dans les domaines qui nous occupent, disposer de deux partenaires progressistes sur trois permettra un meilleur dialogue sur les problématiques des discriminations et de la lutte pour un monde meilleur: nous pensons essentiellement aux domaines de l'éducation, de la santé, et des personnes âgées, et au financement du monde associatif actif en ces matières.

Bien sûr le cdH comporte des personnalités conservatrices réactionnaires. Il suffit de relire la liste des signataires du questionnaire d'Action pour la famille pour s'en convaincre. Mais le cdh n'est pas en position de force. Ecolo et Socialistes seraient bien avisés de mettre la main sur le secteur de la santé pour y imprimer des politiques plus progressistes.

Au moment des négociations, il faudra que nos élus soient attentifs aux problématiques suivantes: campagnes d'affichage contre l'homophobie au sein des écoles, évaluation des actions déjà menées, formation des maîtres, réimpression d'un guide actualisé contre l'homophobie, la lesbophobie et la transphobie à l'attention des enseignants, lutte active contre le suicide des jeunes gays et lesbiennes, campagnes pour une sexualité protégée en milieu scolaire, renforcement de la lutte contre le sida en Wallonie et à Bruxelles, formation des assistants sociaux sur les problèmes d'identité de genre, accueil des personnes âgées LGBT,...

Contrairement à l'Europe dont le virage à droite est patent et inquiétant, la Wallonie et Bruxelles conservent l'opportunité du centre gauche. La campagne n'est pas terminée: vous pouvez encore peser sur vos élus au moment des négociations, et ce message  s'adresse particulièrement aux militant.es Ecolo, puisque ce parti est en position d'arbitre.

 

 

01/04/2009

Rapport sur l'homophobie en Europe, un communiqué d'Arc-en-ciel Wallonie

L'homophobie et la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle en Europe

31 mars 2009

Rapport sur l'homophobie en Europe :
Pour Arc-en-Ciel Wallonie, la Belgique doit faire de sérieux progrès. 

FRA

L'Agence des droits fondamentaux de l'Union Européenne (FRA) a publié ce 31 mars 2009 un rapport intitulé L'homophobie et la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et sur l'identité sexuelle dans les États membres de l'UE. Partie II : la situation sociale.

Les auteurs de ce rapport constatent que la discrimination, le harcèlement et la violence à l'encontre des LGBT (lesbiennes, gays, bisexuel-le-s et transsexuel-le-s sont largement répandus dans toute l'Union européenne. La FRA lance un appel aux décideurs politiques en vue de renforcer la législation sur l'égalité et de garantir la communication adéquate des incidents afin d'améliorer la situation.

Comme le souligne Morten Kjaerum, directeur de la FRA : de nombreux LGBT sont victimes de discrimination, d'intimidation et de harcèlement. Dans certains pays, des LGBT ont fait l'objet d'agressions physiques, parfois mortelles. Ces signaux sont alarmants dans une Union européenne qui revendique par ailleurs avec fierté le respect en son sein des principes d'égalité de traitement et de non-discrimination.

Il ressort du rapport de la FRA que la discrimination concerne tous les aspects de la vie des LGBT, depuis le harcèlement à l'école jusqu'à la discrimination en matière d'emploi ou de soins médicaux. Dans certains États membres, les locaux d'ONG se consacrant aux LGBT ont été vandalisés ou incendiés. Des manifestations comme la «Gay Pride» ont été interdites ou contrecarrées dans plusieurs États membres. Les auteurs du rapport relèvent également que les discours incitant à la haine prononcés par des personnages publics constituent un phénomène particulièrement inquiétant, dans la mesure où ils influent négativement sur l'opinion publique et confortent l'intolérance.

Morten Kjaerum met en évidence un autre aspect de cette problématique : nous savons que très peu d'incidents sont déclarés à la police ou à d'autres autorités publiques. Cela signifie que des crimes restent impunis, que des victimes n'obtiennent pas justice et que les autorités ne sont pas à même de prendre les mesures nécessaires pour réagir à ces crimes ou empêcher qu'ils ne se reproduisent. Je lance un appel aux gouvernements de l'UE afin qu'ils améliorent l’enregistrement des crimes inspirés par la haine et qu'ils forment leurs forces de police en conséquence. En outre, des campagnes doivent être déployées afin d'informer chacun sur la diversité et la non-discrimination, parce que pour porter plainte, il faut connaître ses droits.

En même temps, l'Agence observe que, dans certains pays, des signaux encourageants démontrent que des efforts sont mis en oeuvre pour améliorer la situation. Ainsi, quelques pays ont introduit des mécanismes de déclaration anonyme, qui permettent de porter plainte par l'Internet ou auprès d'organes indépendants auxquels les organisations de LGBT participent. Dans plusieurs États membres, les défilés de la «Gay Pride» ont eu lieu en présence de ministres du gouvernement et de représentants de partis politiques. La réglementation communautaire en matière de non-discrimination commence également à produire des effets positifs. Pourtant, la protection législative contre la discrimination présente encore des lacunes. Alors que la législation européenne interdit la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle en matière d'emploi, elle ne couvre pas encore des secteurs comme le logement, l'éducation ou les services de santé. Pour remédier à cette situation, la Commission européenne a proposé une législation anti-discrimination plus complète en juillet 2008.

Anastasia Crickley, présidente du conseil d'administration de la FRA, conclut : Toute personne vivant dans l'UE doit pouvoir vivre sans crainte et sans discrimination, quelle que soit son orientation sexuelle. J'en appelle à tous les gouvernements de l'UE afin qu'ils soutiennent la nouvelle proposition de législation européenne contre la discrimination.

La «Partie I – La situation juridique» du rapport de la FRA a été publiée en juin 2008 et concluait que la protection juridique des LGBT varie considérablement entre les différents États membres de l'UE.

(Source : FRA)

Le rapport n'est disponible qu'en anglais sur le site de la FRA, mais une synthèse en français est disponible en cliquant ici.

L'avis d'Arc-en-Ciel Wallonie

Même si la Belgique a une législation très en pointe en matière de lutte contre les discriminations, encore faut-il qu’elle soit appliquée. La lutte contre l’homophobie ne se traduit pas en actes concrets. Les recommandations de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne sont dès lors largement applicables dans notre pays. Elles rejoignent les revendications for mulées par le mouvement associatif gay et lesbien en Belgique francophone.

Arc-en-Ciel Wallonie, qui a participé à l’étude dont le rapport est issu, souligne que les principaux constats sont valables pour notre pays. Il est vrai que les citoyens belges sont plus tolérants que la moyenne des européens. On peut y voir un effet de la législation belge, par exemple sur le mariage entre personnes de même sexe. Les manifestations LGBT telles que la Gay Pride sont de mieux en mieux perçues par les autorités et la population. Mais de sérieux progrès restent à faire. Les crimes et discours haineux, s’ils sont punissables depuis 2003, sont largement sous-estimés et la procédure de signalement au Centre pour l’Egalité des Chan ces et la Lutte contre le Racisme n’est toujours pas mise en place 6 ans après. En matière d’emploi, une récente recherche a mis en évidence toutes les difficultés vécues par les personnes homosexuelles dans le monde du travail(1). Les écoles en Communauté française restent de lourds foyers d’homophobie dont les associations de jeunes homos peuvent témoi gner à l’infini…

En Communauté française, des initiatives ponctuelles de sensibilisation existent. Pour intéressantes qu’elles soient, elles ne peuvent remplacer la nécessité urgente d’une stratégie globale de lutte contre les discriminations, encore trop largement lacunaire dans la plupart des niveaux de pouvoir de notre pays. Et pour cause, nous souffrons d’un manque de statistiques et de recherches scientifiques sur ces sujets, ce qui contribue singulièrement à la méconnaissance de la réalité en matière de discrimination homophobe à Bruxelles et en Wallonie.

Il n’est donc pas étonnant que les constats et recommandations de l’Agence européenne convergent avec celles du mouvement gay et lesbien en Communauté française. Celles-ci sont rassemblées dans une plate-forme de revendications élaborée par la Coordination Holebi Bruxelles et Arc-en-Ciel Wallonie(2).

Le rapport sur l’homophobie et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle, publié ce 31 mars par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne est une première à l’échelle européenne. L’Union Européenne peut jouer un rôle d’aiguillon auprès des Etats membres. Pour cette raison, Arc-en-Ciel Wallonie engage le Parlement européen à tenir le plus grand compte des recommandations formulées lorsqu’il adoptera ce 2 avril en session plénière à Bruxelles une importante résolution sur la proposition de directive européenne visant la lutte contre les discriminations.


(1) Situation des lesbigays dans le monde du travail. Etude menée à l’initiative du CECLR et réalisée par le Prof. John VINCKE (Département Sociologie - Université de Gand). Mai 2008. Voir www.diversite.be.
(2) Disponible en cliquant ici.

Source: Arc-en-ciel Wallonie

08:37 Publié dans Homophobie | Lien permanent | Tags : homophobie, trans, europe, discrimination, wallonie, gay, lesbienne | | |  Facebook |

25/08/2008

Une maison de repos gay et lesbienne friendly au Nord du pays

La Flandre, une longueur d'avance, encore?  Eh bien, on s'en réjouira puisque c'est pour ouvrir une maison de repos gay and lesbian friendly. Le site Gaybelgium annonce l'ouverture pour l'an prochain, sur le territoire de la commune de Schoten (Anvers), de la maison de repos Johanna qui, sans être exclusivement réservée aux gays , sera gay and lesbian friendly et s'efforcera d'attirer ce type de résident. L'investisseur est hollandais. Les homos y trouveront un environnement dans lequel ils pourront être eux-mêmes, sans crainte de rebuffades. On sait que les lesbigays craignent sans doute à juste titre  les maisons de repos au personnel non formé à les accueillir, ignorant leurs spécificité, et aux résidents parfois peu amènes, sinon hostiles,  à leur encontre.

La maison de repos se situera près du sauna Kouros, dans un environnement de verdure avec un jardin japonais. Elle disposera de chambres vastes avec terrasse. Toutes les chambres seront équipées d'ordinateurs avec accès à l'internet et bien entendu d'une salle de bains privée. Piscine, sauna et salle de fitness seront à la disposition des résidents.

Cerise sur le gâteau, une brasserie attenante permettra aux résidents et à lers éventuels visiteurs d'y manger à la carte.

C'est curieux que les politiques wallons En pleurs n'aient pas suscité et/ou soutenu pareils investissements encore. Car enfin le PS se dit progressiste et  soucieux de la lutte contre toutes les discriminations, le CDH se dit proche des gens, de "ce que veulent les gens" et "humaniste" et le MR ouvert aux investisseurs et favorisant la libre entreprise, -et il y a visiblement un marché porteur... Dites-moi que je me trompe et qu'une maison gay and lesbian friendly va ouvrir ses portes au Sud du pays, je ne serais que trop heureux de publier un démentiSourire. Ou alors nous irons vieillir en Flandre...C'est joli, Schoten.

Mes lecteurs néerlandophones peuvent aussi lire ce qu'en dit le Standaard

gay_old5

Source info et photo: gaybelgium.com

07:30 Publié dans Troisième âge | Lien permanent | Tags : discrimination, troisieme age, gay, lesbienne, maison de repos, schoten, anvers, flandre, wallonie, ps, cdh, mr | | |  Facebook |