29/04/2010

Les comédiennes transsexuelles du film Mourir comme un homme

Un communique du Centre LGBT de Paris

Paris, le 28 avril 2010
 
Hier après-midi, en plein jour,  entre 16h et 17h, Daniel Chabannes producteur, notamment du film Mourir comme un Homme et deux des comédiennes transsexuelles du film, ont été agressés rue des Envierges, au niveau du haut du Parc de Belleville à Paris.
 
Ils se promenaient quand trois individus les ont harcelés en proférant des insultes homophobes et surtout transphobes. Ils ont notamment affirmé que « les transsexuels étaient interdits dans le quartier » ! Ils leur ont jeté des pierres et des bouteilles vides et les ont poursuivis jusqu’au véhicule du producteur qu’ils ont alors dégradé. Excédé, Daniel Chabannes est allé à leur rencontre pour leur demander de cesser leurs exactions, les trois hommes l’ont bousculé et lui ont volé son portable. Il y avait des témoins, personne n’a réagi.
 
Les trois personnes agressées sont sous le choc ; les transsexuels sont souvent victimes de moqueries et d’insultes, également confrontés à des manifestations d’incompréhension et de rejet. Cette fois, les agresseurs sont allés plus loin, non contents de leur jeter des projectiles ils ont voulu les chasser de leur territoire.
 
Daniel Chabannes a porté plainte et va saisir la Halde, également témoigner auprès de l’Observatoire de l’homophobie en France qu’est SOS homophobie.
 
Les manifestations de rejet et les agressions à l’encontre de personnes transsexuelles et plus généralement LGBT sont inadmissibles.
 
Le Centre LGBT Paris IdF rappelle au Ministère de l’intérieur que sur le territoire de la République, les droits humains doivent être respectés et garantis à tout moment et pour chacun et demande que les agresseurs soient arrêtés et jugés comme il se doit.
 
En outre, il serait opportun d’agir avant que les individus ne se sentent en droit de commettre des actes homophobes, lesbophobes ou transphobes et ceci implique que dés le plus jeune âge,  les valeurs de respect et d’égalité soient enseignées ; c’est aussi le rôle de l’éducation nationale.
 
Christine Le Doaré
Présidente du Centre LGBT Paris IdF
Tél : 06.89.33.78.07
 
 
Centre Lesbien, Gai, Bi & Trans. de Paris et Ile-de-France • 61 / 63 Rue Beaubourg  • 75003 Paris •
Accueil : 01 43 57 21 47 • Administration : 01 43 57 75 95 •
 Site Internet : http://www.centrelgbtparis.org/ • Mail : contact@centrelgbtparis.org

07:00 Publié dans Trans, travesti, transgenre | Lien permanent | Tags : transw, transsexuelle, transsexualite, homophobie, paris, transphobie | | |  Facebook |

08/08/2009

Un Jésus trans au théâtre: Jesus Queen of heaven (Jésus la reine des Cieux)

jesus queen

                                                 La programmation de la pièce de théâtre Jesus Queen  of Heaven de Jo Clifford* par le festival des arts Glasgay au Tron Theater de Glasgow (Ecosse, photo ci-dessous) en novembre prochain attire l'ire de certains groupes chrétiens qui dénoncent la blessure que cette pièce inflige à  leurs croyances. Glasgay est un des événements artistiques LGBT majeurs au Royaume-Uni depuis 1993.

trontheatre_180px

Ainsi le  Christian Institute, qui s'oppose par ailleurs aussi à l'octroi de l'égalité des droits pour les personnes LGBT, s'indigne-t-il de l'utilisation des deniers publics pour la production d'une telle oeuvre théâtrale. Le festival est en effet subventionné par la ville de Glasgow (Glasgow City Council).

D'après le site du festival, il s'agit d'une comédie musicale qui présente Jésus comme une femme transsexuelle. On pourra y écouter son enseignement, assister à ses miracles et recueillir son témoignage. La Jésus trans ne condamne pas les gays ou les queers, les femmes ou les hommes transexuel.le.s, pas plus qu'elle ne condamne les hétérosexuel.le.s. Jésus est la fille de Dieu, très certainement, et sans doute aussi Son fils. Et l'enfant de Dieu ne condamne personne, elle n'est capable que d'amour...

L'église catholique romaine a elle aussi condamné la production, avançant qu'elle est provocatrice.

Source: Pinknews et l'article du Christian Institute

*Jo-ej-single-01-send

JO CLIFFORD est une auteure  de pièces de théâtre transsexuelle (MtoF). Elle est aussi actrice, enseignante et père. Elle dit avoir été récemment fort proche de la mort, et actuellement très proche de la vie. Lisez son site Teatrodomundo et lisez son journal en ligne en cliquant ici. Jo a écrit et interprétera elle-même la  pièce sous rubrique.

joc

22/09/2008

Ouganda: des trans persécutées. Communiqué et appel à l'action

iglhrc2-600
Voici le communiqué en anglais de l'IGLHRC, avec un exemple de lettre que vous pouvez envoyer pour protester, suivi du résumé qu'en donne le magazine Têtu (voir la fin du post)

In what appears to be an all-out effort to silence the sexual rights movement in Uganda, police have again arrested high profile members of the lesbian, gay, bisexual and transgender (LGBT) community, this time two male-to-female transgender gay men – Georgina (aka) Oundo George and Brenda (aka Kiiza). According to Sexual Minorities of Uganda (SMUG), two men who identified themselves as police officers, but were not in the customary Ugandan Police uniform arrested both men at the home of Georgina on Wednesday September 10, 2008.

Georgina and Brenda were held at Nabweru Police Post for a full week without access to lawyers or to bail. They were never brought before a judge, even though Article 3.9 of the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR) states that, “anyone arrested or detained on a criminal charge shall be brought promptly before a judge.” Article 23 of the Ugandan Constitution requires that an arrested person must appear before a judge within 48 hours of arrest.

Brenda and Georgina report being beaten, kicked and hit with batons around the legs and ankles during their detention as interrogators demanded that they provide information about the names and addresses of other LGBT activists. Brenda and Georgina were finally released on September 17, 2008, but have been required to report regularly to the police station. They have been accused of “spreading homosexuality,” though no such crime exists under Ugandan law. “Carnal knowledge against the order of nature” is punishable by up to life imprisonment in Uganda.

Among the rights violated in this most recent incident are:

  • The right to liberty and security of person; freedom from arbitrary arrest or detention

  • The right to freedom from torture or to cruel, inhuman or degrading treatment

  • The right to freedom of expression



ACTION


IGLHRC requests that its members send appeals to Ugandan authorities as quickly as possible:

  • Demanding an end to the harassment of Oundo George and Kiiza through the requirement that they report to the police on a regular basis.

  • Calling on the Ugandan government to immediately end illegal arrests and detention of LGBT individuals and human rights defenders.

  • Asking for a repeal of Section 145 of the Penal Code Act of 1950, which ostensibly criminalizes homosexual acts.


Please feel free to cut and paste from our letter (below) and send faxes and e-mails to the following officials:

President
Yoweri Museveni
Parliament Building
PO Box 7168
Kampala, Uganda
Fax: + 256 414 346 102
Email: info@gouexecutive.net

Salutation: Your Excellency

Inspector General of Police
Major Kale Kayihura
Police Headquarters
PO Box 7055
Kampala, Uganda
Fax: + 256 414 255 630
Salutation: Dear Major

Minister of Justice
Hon. Makubuya Kiddu
Parliament Building
PO Box 7183
Kampala,
Uganda
Fax: + 256 414 234 453
Email: info@justice.go.ug

Salutation: Dear Minister

COPIES TO:

Chairperson of the Uganda Human Rights Commission
Margret Sekagya
P.O .Box 4929, Kampala,
Uganda
Fax: +256 414 255 261
E-mail: uhrc@uhrc.ug
Salutation: Dear Chairperson
COPIES TO: diplomatic representatives of Uganda accredited to your country.

PLEASE SEND COPIES OF ALL APPEALS TO IGLHRC SO THAT WE CAN TRACK THE RESPONSE:
E-mail: aro.africa@iglhrc.org
Fax: +27.21.462.3024, fax



SAMPLE LETTER


Your Excellency President Museveni,

I am writing to you to express my concern about the unwarranted arrest and arbitrary detention of two lesbian, gay, bisexual, and transgender (LGBT) human rights defenders in Uganda on September 10, 2008. George Oundo and Kizza Brenda were held in detention for eight days without going before a judge. Article 23 of the Constitution of Uganda makes it unconstitutional to hold a suspect for over 48 hours. Furthermore, it is my understanding that these two individuals were arrested and detained solely as a result of their sexual orientation and gender identity

The continuous violation of the basic human rights of lesbian, gay, bisexual and transgender people perpetuated by the Ugandan government is of great concern. I understand that Uganda is party to various regional and international human rights covenants such as the African Charter on Human and People’s Rights and the International Covenant on Civil and Political Rights, both of which condemn arrests based on arbitrary categories such as race, ethnicity, political belief and sexual orientation, among others.

I would ask that your government ceases and desists from harassing and arresting LGBT people simply because of their sexual orientation and gender identity and end the harassment and intimidation of LGBT human rights defenders. I would also urge you to consider the repeal of Section 145 of the Penal Code Act of 1950, which criminalizes homosexual acts. Such laws have been declared a violation of the rights to privacy and equality by the United Nations and have caused great pain to many of your citizens.

Sincerely,

Paula Ettelbrick

Executive Director
International Gay and Lesbian Human Rights Commission

Cc: Major Kale Kayihura, Hon. Makubuya Kiddu, Margret Sekagya

BACKGROUND


In the past five years, there have been nearly a dozen arrests of LGBT people on charges related to homosexuality in Uganda. Authorities have harassed LGBT human rights defenders in their homes and in public and fined a private radio station that broadcast a program on HIV prevention among men who have sex with men. In July 2005, Uganda’s Parliament passed an amendment to the constitution making Uganda only the second country in the world to use its supreme law to outlaw marriage between people of the same sex. In 2007, a coalition of religious leaders marched through the streets of Kampala demanding the arrests of LGBT people with one cleric even calling for the “starving to death” of homosexuals. Buttressed by the official homophobia of the state, the Ugandan media has published lists of gay men and lesbians, leading to physical violence, loss of employment and the curtailing of educational opportunities for those LGBT people who were named.

On June 4, 2008, Usaam Mukwaaya, Pepe Julian Onziema and Valentine Kalende, were arrested and charged with criminal trespass while peacefully attending the HIV/AIDS Implementers Meeting in Kampala. The arrest of the activists was condemned by local and international organizations, including UNAIDS, as well as by the U.S. government. Usaam Mukwaaya was rearrested on July 25, 2008 on his way from Friday prayers and was detained and tortured for several days.

IGLHRC is deeply concerned that this increasingly clear pattern of abuse — arrest, mistreatment in detention, and then release — is a systematic attempt to silence the Ugandan LGBT, feminist and human rights communities through constant harassment. There have also been reliable reports that authorities have a list of LGBT leaders including addresses, photographs and other personal information. Some activists have fled into neighboring countries to escape arrest.

Le résumé des faits par Têtu

Deux transsexuelles ougandaises ont été arrêtées le 10 septembre par des policiers en civils et relâchées huit jours plus tard, annonce l'organisation Sexual Minorities Uganda (Smug). George, devenu Georgina, et Kiiza (Brenda) étaient soupçonnées d'inciter à l'homosexualité, un crime passible de la prison à vie en Ouganda.

Les deux militantes auraient subi des tortures destinées à les forcer à donner des renseignements sur des activistes de la communauté LGBT, dont la police avait une liste. L'existence d'un tel document «a augmenté la tension, la peur et la panique au sein de la communauté LGBT», constate dans un communiqué Smug, qui «condamne fortement ces actes inhumains contre les LGBT d'Ouganda».

L'association appelle la société civile et les organisations de défense des droits humains à faire pression sur le gouvernement pour que les exactions prennent fin. La Commission internationale des droits gays et lesbiens (IGLHRC) demande pour sa part que cesse le «harcèlement» de Georgina et Brenda, qui doivent se rendre régulièrement au poste de police. Elle appelle à envoyer une lettre au président ougandais pour demander la fin du harcèlement et des intimidations envers les personnes sur la base de leur orientation sexuelle.

21:28 Publié dans Homophobie | Lien permanent | Tags : transsexuelle, transgenre, gay, homosexualite, kampala, lgbt, ouganda, uganda, homophobie, trans, transsexuel, iglhrc, afrique, hrc | | |  Facebook |

11/07/2008

Enquête Transsurvey (communiqué)

TRANSSURVEY

En Belgique, un homme sur 4800 et une femme sur 9000 changent de sexe au cours de leur vie. Environ trois fois plus de personnes ne s’identifient pas aux catégories «hommes» et «femmes».

Le fait de ne pas répondre aux attentes stéréotypées en matière de genre donne souvent lieu à des discriminations directes ou indirectes. Cela peut également amener de nombreux problèmes d’ordre pratique.

L’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes organise une étude à grande échelle sur la situation et les expériences des personnes trans, afin d’obtenir plus d’informations sur les discriminations et les inégalités auxquelles elles sont confrontées.

L’étude s’adresse à toute personne au genre fluctuant, transgenre, transsexuelle ou qui se travestit. Si vous vous reconnaissez dans ces descriptions, nous avons besoin de votre participation!

Cette étude nous permettra de formuler des recommandations concrètes visant à améliorer la situation des personnes trans en Belgique.

Il faut environ 30 minutes pour répondre à cette enquête, qui est entièrement anonyme.Le questionnaire est disponible en ligne sur:

www.transsurvey.be

La version papier est disponible auprès de:Sandrine Debunne, chercheure associée à Cap Sciences Humaines asbl- UCLAvenue de l’Espinette 18, 1348 Louvain-la-neuveinfo@cap-ucl.be010/474176

27/04/2008

Un docu sur la transsexualité: nous n'irons plus au bois

Ce soir sur FR3 à 23H10

NousN'ironsplus_preview

Il y a celles qui ont choisi la lumière de la scène et celles qui mènent la vie discrète de parfaites anonymes, celles qui ont raconté leur histoire et celles qui portent seules leur secret, celles qui ont trouvé la paix et celles qui la cherchent encore...


Réalisé par Josée Dayan
Produit par Passion Films et Neria Productions, avec la participation de France 3

Il y a celles qui ont choisi la lumière de la scène et celles qui mènent la vie discrète de parfaites anonymes, celles qui ont raconté leur histoire et celles qui portent seules leur secret, celles qui ont trouvé la paix et celles qui la cherchent encore...
Mais derrière la diversité des parcours de vie, ces femmes ont toutes un destin hors du commun : elles sont nées dans la peau d’un homme et, au prix de réelles souffrances physiques et morales, ont corrigé cette "étourderie" de la nature et mis leur corps en accord avec leur véritable identité.
Les transsexuelles ne sont pas à proprement parler un tabou. On en parle et on en parle même beaucoup. Mais ne les a-t-on jamais écoutées ? A-t-on jamais laissé une chance à leur voix de s’élever au-dessus de la cacophonie glauque et racoleuse où dominent les clichés, les amalgames et les insinuations douteuses ?
Ce film lève un voile sur la transsexualité aujourd’hui.

Source: FR3 (cliquer ici)