26/07/2010

Prêtres gays romains: l'article de Panorama fait controverse

panorama3.jpg

Il n'y a pas que l'église catholique à dénoncer l'article sensationaliste de Panorama sur la vie sexuelle des prêtres gays romains. Les associations gays elles aussi stigmatisent la présentation pour le moins biaisée de l'homosexualité qu'a véhiculé cet article.

L'église catholique ne nie pas l'évidence de l'homosexualité de certains prêtres, tout en dénonçant l'article et en s'efforçant de minimiser le phénomène. D'une part elle attaque le phénomène: s'il y a des prêtres gays, qu'ils se montrent au grand jour et quittent l'église, parce qu'ils salissent l'image du sacerdoce et profitent de ses avantages. Mais d'autre part,  des voix de la hiérarchie catholique se sont aussi élevées pour mettre en doute l'authenticité des faits relatés. On le voit, le Vatican perd les pédales et réagit à la fois par la stigmatisation des prêtres homosexuels pratiquants (lire:  pratiquant l'homosexualité) et le déni de ces pratiques. Au déni, l'éditeur responsable de Panorama, Giorgio Mulé, vient de répondre en faisant savoir qu'il dispose des noms et des adresses des prêtres figurant dans le reportage. Le Vatican avait aussi dénoncé, par la voix du Cardinal Agostino Vallini du Vicariat de Rome, que l'article visait surtout à créer le scandale et à diffamer tous les prêtres, d'autant plus que le magazine citait un prêtre, un dénommé Carlo', qui prétendait que 98 pour cent des prêtres romains sont homosexuels.

Que l'article joue sur le sensationalisme et utilise la politique de la canonnière semble effectivement difficile à nier. La question est de savoir si Panorama, qui appartient rappelons-le au groupe Mondadori qui fait partie de l'empire médiatique de Silvio Berlusconi, a lancé la controverse par souci d'information, pour attirer la clientèle ou pour combattre politiquement l'église, les trois motivations pouvant de plus se combiner en tout ou en partie. Qu'il y ait anguille sous roche est tout aussi difficle à nier: des observateurs font remarque que l'an dernier le Vatican aurait lui-même mené l'enquête sur la moralité des prêtres vivant à Rome, soient 2000 prêtres étrangers pour 1300 prêtres italiens.

Dans les milieux gays italiens, on ne se montre pas plus satisfait de l'article. Ainsi Aurelio Mancuso, président honoraire du mouvement gay Arcigay, dénonce-t-il le tissu de stéréotypes véhiculés par l'article sur le comportement homosexuel. Panorama présente en effet les prêtres gays romains comme des dépravés seulement intéressés par le sexe occasionnel, profanant à l'occasion l'habit sacerdotal. La page de couverture qui offre le gros plan de mains ecclésiastqiues porteuses de chapelet et d'ongles vernis d'un rose incandescent peut se lire comme fétablissant l'équation pour le moins réductrice homosexualité-travestissement féminin. Le journaliste semble également  ignorer totalement que l'homosexualité est une des orientations sexuelles faisant normalement partie de la diversité humaine et ne s'intéresse qu'à certains prêtres ayant des rapports sexuels occasionnels. Un peu comme si en faisant un article sur le comportement hétérosexuel des prêtres, on ne présentait que les prêtres se rendant au bordel pour des rapports sexuels fugitifs, et qu'on ignorait les prêtres vivant en couple, ayant des relations affectives et amoureuses, une sensibilité relationnelle, des émotions, etc. Et d' ailleurs, le sexe occasionnel doit-il être considéré comme dépravé et pervers? Tout cela ne relève-t-il pas d'un parti pris éditorial raccoleur qui considère le lecteur italien lambda comme un immature voyant la sexualité sous le seul angle de la culpabilité et de la perversion?

Un autre quotidien appartenant aux medias berlusconiens, Il Giornale, a encore mis de l'huile sur le feu déclenché par Panorama: dans un article daté d'hier et intitulé AAA Prêtre cherche amitiés particulières, il présente  le site web Venerabilis.tk, un site destiné aux prêtres et qui offre surtout une chat room, un espace de discussion. Le site en question est d'ailleurs fort préoccupé, on peut aisément le comprendre, par la controverse soulevée par Panorama, et présente un répertoire de liens qui renvoie vers les nombreux articles que la presse itqlienne y consacre. A noter que Gay Kosmopol n'avait pas attendu la controverse et avait déjà présenté ce site à ses lecteurs en 2008.

L'affaire est sans doute à suivre.

06:14 Publié dans Religions, haines et tolérances | Lien permanent | Tags : rome, vatican, prêtres, prêtrise, prêtres gays, panorama, homophobie | | |  Facebook |

25/07/2010

Prêtres catholiques gays en action: la video de Panorama

panorama3.jpg

La video du magazine italien Panorama qui a mené l'enquête sur la sexualité des prêtres gays à Rome est à présent sur Youtube. 

09:23 Publié dans Religions, haines et tolérances | Lien permanent | Tags : rome, vatica, catholique, prêtres gays | | |  Facebook |

23/07/2010

Prêtres gays: qu'ils fassent leur coming out et quittent leur fonction!

panorama4.png

 

Vive agitation au Vicariat de Rome ces jours-ci suite à la parution d'une enquête menée par le magazine italien Panorama dans les milieux gays de Rome. (Panorama est un hebdomadaire qui appartient au groupe Mondadori, que contrôle le Premier italien Silvio Berlusconi.)

 

Et la réaction du Vicariat ne s'est pas fait attendre. Il se prononce trèq clairement: nous avons des prêtres gays qui mènent une double vie, qu'ils quittent le sacerdoce!

 

L'enquête de Panorama

 

La page de couverture du magazine Panorama (numéro 31, juillet 2010) présente des mains sacerdotales aux ongles peints d'un rose cardinalice autour desquelles est enroulé un saint chapelet. Le texte annonce le contenu de l'article: Les folles nuits des prêtres gays. Un chroniqueur de Panorama a vécu parmi les homosexuels de Rome, et pendant un mois et pendant un mois a documenté les vices et les perversions de prêtres insoupçonnables qui mènent une double vie.

 

L'enquête a été menée avec une caméra cachée et dévoile la double vie de prêtres qui arborent le col romain pendant la journée et le soir, une fois les chasubles rangées, sont parfaitement intégrés dans la vie gay. Soirées en compagnie d'escorts (gigolos) qui dansent à moitié nus avec des prêtres, rapports sexuels, profanation de l'habit sacerdotal, etc.

 

On peut déjà visionner une des vidéos prises par la caméra cachée et quelques-unes des photos de l'enquête sur le site de Panorama. Les lecteurs abonnés à l'ipad du magazine ont déjà accès à l'ensemble des vidéos et du dossier de l'enquête.

 

La réaction du Vicariat de Rome

 

Douleur et trouble: le diocèse de Rome est visiblement perturbé par l'enquête de Panorama, qui a bien pris soin de recouper ses sources et d'opérer les vérifications nécessaires: les hommes filmés sont bel et bien des prêtres.  Le diocèse affirme sa volonté de poursuivre "avec rigueur tout comportement indigne de la vie sacerdotale".

 

"Qui connaît l'Eglise de Rome ne se reconnaît pas le moins du monde dans le comportement de ceux qui ont une  double vie, qui n'ont pas compris ce qu'est le sacerdoce catholique et ne devaient pas devenir prêtres".

 

"Personne ne les contraint à rester prêtres et à en exploiter seulement les bénéfices. La cohérence voudrait qu'ils se dévoilent. Nous ne leur voulons pas de mal, mais nous ne pouvons pas accepter qu'à cause de leur comportement l'honorabilité de tous les autres soit couverte de boue".

 

Réaction et propositions du mouvement LGBT italien

 

Aurelio Mancuso, le leader historique de l'association gay LGBT Arcigay ne se montre pas surpris dans l'interview qu'il a accordée à Panorama. Il affirme lui-même avoir eu une relation pendant six mois avec un monsignore , et quelques aventures avec d'autres prêtres. Tout le monde est depuis longtemps au courant de ce genre de situations  dans la communauté gay: n'importe quel gay a rencontré des prêtres dans les bars, les discothèques ou les saunas. Dans un communiqué, le président de Gaynet, le politicien Franco Grillini, ne se montre pas davantage surpris: selon lui, la sexualité humaine est irrépressible, qu'elle soit homo ou hétérosexuelle et le célibat des prêtres n'existe pas dans les faits. Grillini propose que l'on abolisse le célibat et que l'on autorise les prêtres à vivre leur sexualité et à se marier, dans des mariages homos ou hétéros.

Au Vatican, on minimiserait l'affaire en disant que Panorama a le goût du scandale et cherche à augmenter son chiffre d'affaires...L'enquête manquerait de preuves concrètes et a pour but de réveiller des lecteurs endormis sous des parasols sur les plages.

 

 

 

 

 

13/03/2010

Homosexualité, aimer en Grèce et à Rome, S. Boehringer et L.-G. Tin

tin

                                                 Sandra Boehringer et Louis-Georges Tin - Homosexualité, Aimer en Grèce et à Rome

Précédé d'un entretien avec Jean Allouch

Paris : Les Belles Lettres, coll. "Signets Belles Lettres", 2010. Parution : 17 mars 2010.

Présentation de l'éditeur :

Les figures antiques peuplent notre imaginaire érotique et, il y a peu, l'« amour grec » désignait pudiquement l'homosexualité. L'enlèvement par Zeus du jeune Ganymède est légendaire, tout comme les vers de Sappho célébrant le désir et la beauté des femmes de Lesbos. Célèbres également sont les discussions philosophiques entre Socrate et les beaux éphèbes athéniens, à la sortie du gymnase, ou l'attachement d'Alexandre le Grand pour son amant Héphaïstion.
Pourtant, au sens où nous l'entendons aujourd'hui, il n'y a pas d'homosexualité antique, pas plus qu'il n'y a d'hétérosexualité : il s'agit d'un monde où le sexe de la personne aimée ne définit pas une catégorie, un monde où les individus ne sont pas classés en fonction d'une orientation sexuelle.
En circulant entre ces textes variés, drôles, émouvants, violents ou perturbants, des textes familiers mais aussi moins connus, en parcourant cette première anthologie française consacrée à l'homosexualité dans l'Antiquité, le lecteur comprend qu'en matière d'amour et d'érotisme, tout peut s'inventer.

Url de référence :
http://www.lesbelleslettres.com

09:41 Publié dans Histoire | Lien permanent | Tags : louis-george tin, homosexualite, histoire, grece antique, rome antique, rome, litterature, greco-romain, grece | | |  Facebook |

11/01/2010

Le pape conspue le mariage gay lors des traditionnels voeux au Corps diplomatique

voeux_Pape_Corps_Diplomatique_-_2

Voici un extrait du discours que le pape Benoît XVI a prononcé ce lundi 11 janvier en présence du Corps diplomatique accrédité auprès du Vatican pendant la traditionnelle réception d'échange de voeux. 178 Etats étaient représentés

Comme vous pourrez le constater à la lecture de l'extrait du discours pontifical, les attaques contre la laïcité, le 'relativisme' et les unions des personnes du même sexe relèvent désormais d'une rhétorique papale coutumière. Je suis cependant bien d'accord avec Colomban (dit Saint Colomban) que Benoït XVI cite:  « Si tu enlèves la liberté, tu enlèves la dignité ». Mais nous avons, faut-il le souligner, une autre conception de la liberté...

"Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, je n’ai évoqué jusqu’ici que quelques aspects liés à la problématique de l’environnement. Cependant, les racines de la situation qui est sous les yeux de tous, sont d’ordre moral et la question doit être affrontée dans le cadre d’un grand effort d’éducation, afin de promouvoir un changement effectif des mentalités et d’établir de nouveaux modes de vie. La communauté des croyants peut et veut y participer, mais, pour ce faire, il faut que son rôle public soit reconnu. Malheureusement, dans certains pays, surtout occidentaux, se diffuse parmi les milieux politiques et culturels, ainsi que dans les médias, un sentiment de peu de considération et parfois d’hostilité, pour ne pas dire de mépris, envers la religion, en particulier la religion chrétienne. Il est clair que si le relativisme est considéré comme un élément constitutif essentiel de la démocratie, on risque de ne concevoir la laïcité qu’en termes d’exclusion ou, plus exactement, de refus de l’importance sociale du fait religieux. Une telle approche, cependant, crée confrontation et division, blesse la paix, perturbe l’écologie humaine et, en rejetant par principe les attitudes différentes de la sienne, devient une voie sans issue. Il est donc urgent de définir une laïcité positive, ouverte, qui, fondée sur une juste autonomie de l’ordre temporel et de l’ordre spirituel, favorise une saine collaboration et un esprit de responsabilité partagée. Dans cette perspective, je pense à l’Europe, qui, avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne, a ouvert une nouvelle phase de son processus d’intégration, que le Saint-Siège continuera à suivre avec respect et avec une attention bienveillante. Notant avec satisfaction que le Traité prévoit que l’Union européenne maintienne avec les Eglises un dialogue « ouvert, transparent et régulier » (art. 17), je forme des vœux afin que, dans la construction de son avenir, l’Europe sache toujours puiser aux sources de sa propre identité chrétienne. Comme je l’ai dit, durant mon voyage apostolique en République Tchèque, au mois de septembre dernier, celle-ci a un rôle irremplaçable « pour la formation de la conscience de chaque génération et la promotion d’un consensus éthique de base qui est utile à toute personne qui appelle ce continent ‘ma maison’ ! » (Rencontre avec les Autorités politiques et civiles et avec le Corps diplomatique, 26 septembre 2009).

Poursuivant notre réflexion, il est nécessaire de relever que la problématique de l’environnement est complexe ; on pourrait dire qu’il s’agit d’un prisme aux facettes multiples.
Les créatures sont différentes les unes des autres et peuvent être protégées, ou au contraire mises en danger de diverses manières, comme nous le montre l’expérience quotidienne. Une de ces attaques provient des lois ou des projets qui, au nom de la lutte contre la discrimination, attentent au fondement biologique de la différence entre les sexes. Je me réfère, par exemple, à des pays européens ou du continent américain. « Si tu enlèves la liberté, tu enlèves la dignité », dit saint Colomban (Epist. N. 4 ad Attela, in S. Columbani Opera, Dublin, 1957, p. 34). Toutefois la liberté ne peut être absolue, parce que l’homme n’est pas Dieu, mais image de Dieu, sa créature. Pour l’homme, le chemin à suivre ne peut être fixé par l’arbitraire ou le désir, mais doit consister, plutôt, à correspondre à la structure voulue par le Créateur."

20:28 Publié dans Religions, haines et tolérances | Lien permanent | Tags : pape, corps diplomatique, vatican, rome, ethique, benoit xvi, mariage gay, mariage | | |  Facebook |

17/12/2009

Le pape persiste et signe: le mariage gay bafoue la loi naturelle

100px-BXVI_CoA_like_gfx_PioM_svg

Rien de nouveau dans la grisaille vaticanesque. Le pape en a remis une couche hier lors de l'audience générale qui a eu lieu dans la salle Paul VI au Vatican. Il a basé son discours sur la figure du philosophe et théologien médiéval Jean de Salisbury, une grande figure du XIIème siècle, au regard de l'histoire de l'église, un homme qui fut l'élève du célèbre Abélard. Un des théologiens favoris du pape: on lui doit en effet l'élaboration du concept de la "loi naturelle", un des fondements de la théologie chère à Benoît XVI. Jean de Salisbury a développé ce concept principalement dans deux traités: le Metaloghicon et le Polycratus.

Avortement, euthanasie, expérimentations génétiques désinvoltes, mariage entre personnes du même sexe, Benoît XVI a de nouveau récité la litanie des ukhases pontificaux. Il a dénoncé le décollement périlleux entre la liberté et la raison que le Saint-Siège croit percevoir dans certains pays.  Selon le pape, le droit doit suivre la "loi naturelle", c'est à ses yeux d'une importance capitale. La raison a le devoir de découvrir les valeurs éthiques de la liberté humaine, et la liberté a le devoir de les accueillir et de les promouvoir. Peut-être, dit-il,  Jean de Salisbury nous rappellerait-il ajourd'hui que seules sont valides les lois qui promeuvent le caractère sacré de la vie humaine et, partant, repoussent l'avortement, l'euthanasie, les expérimentations génétiques désinvoltes, les lois aussi qui respectent le mariage entre un homme et une femme. Le pape a encore parlé de la laïcité correcte des états, une laïcité qui respecte toujours la liberté religieuse et le principe de subsidiarité tant au niveau national qu'international. A cette laïcité bien comprise, le pape oppose la dictature du relativisme qui ne reconnaît rien comme certain. Le loi naturelle doit guider les autorités politiques et religieuses afin de promouvoir le bien commun.

Pas un mot par contre sur les nombreux scandales des prêtres pédophiles à travers le monde, ni sur la manière dont le Vatican n'a pas toujours respecté la loi des états, en couvrant les exactions éhontées de ses prêtres...

Un monde qui est divisé entre les bons pays, dont le droit suit la loi naturelle, et les mauvais pays, de plus en plus nombreux, qui accordent à leurs citoyens gays et lesbiens le droit de se marier et à certains de leurs mourants de quitter dignement une vie de souffrances intolérables, face auxquelles la médecine est impuissante. La Belgique fait heureusement partie de la deuxième catégorie...

Pour lire le discours complet prononcé par le pape, sur le site de l'Osservatore romano, cliquer ici.

24/10/2009

Brotherhood, un film qui met en scène des néo-nazis gays, remporte le Marc-Aurèle d'or au festival de Rome

brotherhood

"Brotherhood" (Fraternité), est le premier film du Danois Nicolo Donato. Il a remporté vendredi soir le Marc-Aurèle d'Or du meilleur film au 4ème Festival international de cinéma de Rome, dont le jury était présidé par Milos Forman.

brotherhood 2

Dans "Brotherhood"  l'un des protagonistes, Lars,  rejoint, après avoir d'abord servi dans l'armée, un groupe de néo-nazis qui passe son temps à casser de l'arabe et du pédé. Mais une passion homosexuelle vient à naître ente  Lars et son instructeur néo-nazi, Jimmy, qui doit tester la fiabilité du néophyte et lui apprendre des textes de Mein Kampf.

Un film de Nicolo Donato avec Thure Lindhardt, Signe Egholm Olsen, produit en 2009. Titre original : BRODERSKAB (Danemark)

Trailer (danois, sous-titres anglais) 

Un groupe facebook a été créé autour de ce film: cliquer ici