05/07/2010

Opéra: Death in Venice de Benjamin Britten à Munich

gaertnerplatztheater_400x400

Le Theater am Gärtnerplatz de Munich présente depuis juin 2009 une production en langue originale de Mort à Venise de Benjamin Britten. La prochaine représentation aura lieu le vendredi 23 juillet à 19H30.

Je m'y suis rendu hier soir et en suis sorti enchanté. C'est particulièrement émouvant d'avoir la chance de voir cet opéra à Munich puisque l'auteur de la nouvelle dont il est issu, Thomas Mann, a longtemps séjourné dans la capitale bavaroise et qu'il place le début de l'action de Tod in Venedig à Munich.

L'oeuvre de Britten agit comme un jeu de miroirs complexe: Thomas Mann a projeté ses propres inclinations homosexuelles dans la création du protagoniste de sa nouvelle, le poète-professeur von Aschenbach. Britten lui-même homosexuel crée son opéra en suivant fidèlement le texte de la nouvelle et dédie l'oeuvre à son partenaire de vie pour qui il en écrit le rôle principal. Au centre du drame, la passion irrépressible du poète, veuf et père, pour un adolescent " beau comme un tendre jeune dieu qui émerge des fonds de la mer et du ciel, courant contre les éléments, cette vue conjurait des mythologies..."

Thomas Mann et Mort à Venise

200px-Thomas_Mann_1937

Thomas Mann  publie der Tod in Venedig (La Mort à Venise) en 1912. La ville de Venise et l'Hôtel des Bains sur l'île du Lido, où séjourne Mann en mai-juin 1911, sont au cœur de cette nouvelle inspirée par la mort du compositeur Gustav Mahler que Mann apprend précisément le 18 mai 1911. Mais c'est aussi à Venise qu'est mort, en 1883, Richard Wagner à qui Mann dédie un essai durant la même période.

88p10b

Enfin, c'est sur la plage du Lido que Mann voit se réveiller son homosexualité latente devant la beauté d'un jeune noble polonais de quatorze ans. Cette œuvre que Mann désigne comme "une tragédie" est une réflexion sur la mort, le mal et son rapport à l'art, le sens de la culture. Œuvre profondément personnelle en rupture avec le naturalisme des débuts, La Mort à Venise exprime les angoisses d'un homme aux prises avec ses propres démons, marqué par la maladie et la mort de ses proches (sa femme souffre d'une maladie pulmonaire et sa sœur Carla s'est suicidée l'année précédente) et enfin par la menace de guerre qu'il perçoit dans la crise franco-allemande de 1911.

Le personnage principal de la nouvelle est Gustav von Aschenbach, un écrivain munichois reconnu (et anobli) dans la cinquantaine. Troublé par une mystérieuse rencontre lors d'une promenade dans un cimetière munichois, il part en voyage sur la côte adriatique et finit par aboutir à Venise, une ville dans laquelle il ne s'est jamais senti à l'aise. Dans son hôtel du Lido, Aschenbach découvre Tadzio, un jeune adolescent polonais qui le fascine par sa beauté. Il n'ose l'aborder et le suit dans la ville de Venise. Aschenbach, en proie à une sombre mélancolie et une sorte de fièvre dionysiaque, succombe à l'épidémie de choléra asiatique qui fait alors rage dans la ville. Il meurt sur la plage en contemplant une dernière fois l'objet de sa fascination.

Voici comment Thomas Mann commentait son oeuvre en réponse aux questions que lui posait Luchino Visconti en 1951:

En 1951, Luchino Visconti rencontra Thomas Mann et l'interrogea à propos de sa nouvelle. Voici la réponse de l'écrivain :

« Rien n’est inventé, le voyageur dans le cimetière de Munich, le sombre bateau pour venir de l’Île de Pola, le vieux dandy, le gondolier suspect, Tadzio et sa famille, le départ manqué à cause des bagages égarés, le choléra, l’employé du bureau de voyages qui avoua la vérité, le saltimbanque méchant, que sais-je… Tout était vrai...
 
L’histoire est essentiellement une histoire de mort, mort considérée comme une force de séduction et d’immortalité, une histoire sur le désir de la mort. Cependant le problème qui m’intéressait surtout était celui de l’ambiguïté de l’artiste, la tragédie de la maîtrise de son Art. La passion comme désordre et dégradation était le vrai sujet de ma fiction.
 
Ce que je voulais raconter à l’origine n’avait rien d’homosexuel ; c’était l’histoire du dernier amour de Goethe à soixante dix ans, pour Ulrike von Levetzow, une jeune fille de Marienbad : Une histoire méchante, belle, grotesque, dérangeante qui est devenue La Mort à Venise. À cela s’est ajoutée l’expérience de ce voyage lyrique et personnel qui m’a décidé à pousser les choses à l’extrême en introduisant le thème de l’amour interdit. Le fait érotique est ici une aventure anti-bourgeoise, à la fois sensuelle et spirituelle." 

Death in Venice de Britten

britten

En janvier 1971, Britten souhaita se mettre à l'écriture d'un nouvel opéra, dans lequel il pourrait donner l'occasion à son partenaire de vie, le ténor Peter Pears de remonter sur scène

Britten avait fréquenté le fils de de Thomas Mann Golo. Visconti est alors en train d'adapter Mort à Venise (Death in Venice) pour le cinéma. Golo encourage Britten à porter à l'opéra la nouvelle de son père. En 1972, Myfanny Piper,  librettiste attitrée de Britten, adapte la nouvelle de Mann, comme elle avait déjà adapté des romans d'henry James pour le compositeur..

41JXD9WT9QL__SL500_AA300_

Toute l'action de l'opéra semble naître du cerveau du poète Gustav von Aschenbach: on suit la progression de ses pensées et de ses rêves, et même si les frontières du rêve et de la réalité sont marquées, les deux uivers s'entremêlent. Le rôle du poète est une partie extrêmement difficile à tenir car il exige une présence quasi constante en scène pendant les deuxheures trente que dure l'opéra. Il s'agit d'un des rôles les plus important dans la carrière de Peter Pears, depuis le temps où il créait en 1965, Peter Grimes.

La danse joue un rôle prépondérant dans l'opéra de Britten:  les rôles Tadzio, objet  de la contemplation fascinée du vieil écrivain, et de safamille sont muets: ils sont incarnés par des danseurs et des mimes. Comme la danse répond au chant, le rêve répond à la réalité, qu'il enrichit et révèle. Superposé à l'histoire somme toute banale d'un homme vieilli qui passe ses vacances dans un hôtel de luxe et s'entiche d'un joli jeune homme qu'il n'osera pas aborder, l'histoire de mort à Venise un parcours d'initiation mythique, nietzschéen, où l'apollinien le dispute au dionysiaque: Apollon apparaît en rêve à Von Aschenbach

Aux personnages réels: un voyageur, un vieux dandy, le "leader of the Players", chef d'une troupe de théâtre itinérante, le barbier, le directeur de l'hôtel, correspond d'autres "visions" exclusives. Ainsi Aschenbach voit-il en rêve Apollon/Eros dont il retranscrira dans ses carnets les paroles prophétiques.


La production du Theater am Gärtnerplatz1245915581_deathmartin,schoepflin

Un nouveau chef d'orchestre, Oleg Ptashnikov dirigeait avec brio, l'orchestre du théâtre. La mise en scène d'Immo Karaman est particulièrement remarquable. Les costumes et les grimages sont à la hauteur de la mise en scène. 

1245915717_deathinvenice-hp2
 

Gustav von Aschenbach est interpétré par Hans-Jürgen Schöpflin, dont les talents d'acteur soutiennent l'interprétation vocale. Gary Martin, qui interprète les rôles du Voyageur, du Vieux Fou, du vieux Gondolier, du directeur d'hôtel, du coiffeur et prête sa voix à Dionysos reçoit un immense succès d'audience parfaitement mérité. Les danseurs Michael Langner et Onur Birsoy interprètent Tadzio et Jaschiu dans la chorégraphie  de Fabian Posca: un ravissement!

1245915527_deathmartin

Une soirée d'exception au Theater am Gärtnerplatz!

 


26/02/2010

Une trans italienne s'est fait opérer les cordes vocales pour devenir soprano

emily

                                           Lorsqu'Emily (autrefois Stefano) De Salvo s'est présentée dans une des meilleures écoles de chant lyrique italiennes pour y étudier, celle de Lecce, la Commission de sélection l'a refusée parce qu'elle ne savait dans quelle classe l'introduire: chez les hommes ou chez les femmes... Emily a tenu bon et a décidé d'une opération supplémentaire, celle des cordes vocales, dans le long parcours chirugical de transformation d'homme en femme qu'elle a entrpris. De baryton elle est devenue soprano. La jeune femme originaire de Salente, après trois ans d'attente, est enfin parvenue à enter au Conservatoire Tito Schipa de Lecce, la perle baroque des Pouilles.

Son histoire a fait le tour du monde: on peut la lire tant dans le Corriere de la Sera que sur le tabloid anglais Daily mail.

Emily s'efforce aujourd'hui de mettre en son timbre de sopraniste, elle parle d'un "falsetto" renforcé. Elle travaille aussi sa voix de baryton et se destine à des rôles de l'opera buffa, dans le répertoire de Donizetti ou de Rossini.

09:45 Publié dans Trans, travesti, transgenre | Lien permanent | Tags : emily de salvo, opera, chant lyrique, chant, lecce, chirurgie, musique | | |  Facebook |

16/01/2010

A Liège, Romeo est une femme

image1

Romeo est une femme et cela ne dérange nullement Juliette...

...du moins à partir du 26 février dans l'opéra de Bellini, I Capuleti e i Montecchi, que l'Opéra Royal de Wallonie représente au Palais Opéra.

Pour interpréter les deux héros mythiques, Liège accueille deux stars du bel canto : Patrizia Ciofi (Giulieta) et Laura Polverelli (Roméo). Le Maestro Acocella conduira l'ensemble de la troupe.

La partition intitiale de Bellini prévoit en effet que le rôle de Romeo soit chanté par une mezzo-soprano. En musique, cela fait partie des règles du (trans)genreClin d'oeil

Plus d'infos et réservations: cliquer ici.

Et si vous n'avez pas l'occasion de vous rendre à Liège, vous pourrez entendre cet opéra sur internet grâce au nouveau service Opera Live. La diffusion du chef-d'oeuvre de Bellini aura lieu le 2 février. Et cela ne vous coûtera que 4 ou 6 euros (HD)! Cliquer ici.

1_logo

16/09/2009

Samson et Dalila de Camille Saint-Saens à l'Opéra de Liège

sanso

L'ORW (Opéra Royal de Wallonie) ouvre ce vendredi sa nouvelle saison avec une oeuvre du compositeur prétendument homosexuel* Camille Saint-Saens, Samson et Dalila. On aura notamment le grand privilège d'y entendre le fabuleux ténor argentin Jose CURA dans le rôle de Samson.

La présentation de l'ORW

Terminez votre pièce, je la ferai représenter à Weimar".

saints

C'est par cette injonction de Liszt que Saint-Saëns acheva enfin après dix ans Samson et Dalila. Bien que le maître hongrois n'ait entendu aucune note de la partition, il faisait là preuve d'une grande confiance, car ceux qui en avaient déjà entendu quelques fragments avaient découragé le compositeur de continuer. Liszt tint sa promesse, et l'oeuvre fut créée – en allemand – le 2 décembre 1877. La création française n'aura lieu qu'en 1890 à Rouen, avant que l'Opéra de Paris ne l'accueille enfin.

samson

Le rôle de Samson sera interprété par le célèbre ténor José Cura qui fit sensation en 2003 à l'Opéra de Hambourg lorsqu'il dirigea pour la première fois Cavalleria Rusticana et puis qu'il monta sur scène après l'entracte pour chanter Canio/I Pagliacci... Acteur envoûtant et interprète charismatique, chaque apparition du ténor est un événement sur toutes les scènes dans le monde. À ses côtés, Dalila, qui est l'un des rôles les plus difficiles mais aussi les plus passionnants du répertoire, est incarnée par Julia Gertseva que l'on peut retrouver au disque aux côtés d'Andrea Bocelli pour un très beau Werther. Pour compléter ce plateau majestueux, nous retrouverons Mark Rucker, impressionnant Macbeth sur notre scène en ouverture de la saison dernière. Au pupitre, après un Roi d'Ys paru en DVD [Dynamic] tout récemment et Ariadne auf Naxos, nous retrouverons Patrick Davin dont l'actualité le mène à Bastille pour Louise, à Genève pour Les Contes d'Hoffmann, à Bilbao pour Carmen, au Nederlandse Reisopera pour Fidelio ainsi qu'au Théâtre Royal de la Monnaie pour la création mondiale de Kris Defoort, House of sleeping beauties.

saintsa

OPÉRA EN TROIS ACTES.

Musique de Camille SAINT-SAËNS.
Livret de Ferdinand LEMAIRE.
Créé au Hoftheater, Weimar, le 2 décembre 1877.

Nouvelle Coproduction : Teatro Comunale di Bologna / Opera Wroclawska / Teatro Lirico Giuseppe Verdi di Trieste /  Opéra Royal de Wallonie

Calendrier des représentations

  • Vendredi 18.09.2009 à 20:00 - Country Hall Ethias de Liège

  • Dimanche 20.09.2009 à 15:00 - Country Hall Ethias de Liège

  • Vendredi 25.09.2009 à 20:00 - Country Hall Ethias de Liège

  • Dimanche 27.09.2009 à 15:00 - Country Hall Ethias de Liège

Réservations et plus d'infos sur le site de l'ORW: cliquer ici 

*Carnet rose: l'homosexualité présumée de Saint-Saens

saint saenss

Si l'homosexualité de Saint-Saens n'est pas avérée, il s'agit cependant de rumeurs qui ont couru déjà du vivant du célèbre compositeur. Le compositeur était marié mais certaines sources prétendent que le compositeur se maria plus par contrainte sociale que par vrai désir. Déjà d'un âge mur, il fera un certain nombre de voyages au Maghreb peut-être pour y trouver de quoi soulager sa libido, comme le fera plus tard André Gide. Par ailleurs il semble bien que le compositeur ait par trois fois fait l'objet de chantage concernant son orientation sexuelle, parce qu'on le savait a la tête d'une certaine fortune, ce qui rendait le chantage intéressant. On lui a aussi prêté des amants célèbres, ainsi de sa liaison présumée avec Reynaldo Hahn,  qui aurait rendu Marcel Proust fou de jalousie. On lui prête la boutade Je ne suis pas homosexuel, je suis pédéraste.

16/08/2009

Brokeback Mountain porté à l'opéra (Annie Proulx, Charles Wuorinen, Gerard Mortier)

broke

                              On le sait depuis juin 2008,  la belle nouvelle d'Annie Proulx Brokeback Mountain, qui a magistralement été portée au cinéma par Ang Lee, sera adaptée pour l'opéra par Charles Wuorinen (photo Wikipedia): cette nouvelle production devrait connaître son lever de rideau en 2013.

wuorinen

L'initiative de la commande revient au Belge Gérard Mortier, dont on sait la carrière prestigieuse: directeur de l'opéra de la Monnaie à Bruxelles, il dirigera ensuite le festival de Strasbourg, la Ruhr Triennale et l'Opéra de la Bastille à Paris. Il fut encore directeur de l'Opéra de New York, un poste qu'il quitta suite à un différend. C'est au cours de cette dernière fonction qu'il a pu passer commande d'un opéra tiré de la célèbre nouvelle au compositeur Charles Wuorinen (photo Wikipedia). Depuis lors, M. Mortier a été engagé par le prestigieux Théâtre Royal de Madrid (Teatro Real): il y officiera à partir de 2010 en tant que directeur artistique, avec pour mission de porter le bel opéra madrilène au panthéon des opéras mondiaux. On peut dès lors supposer que le Teatro Real sera le lieu de la création mondiale de Brokeback Mountain. C'est ce que Wuorinen a confié au journal chilien El Mercurio en avril dernier. Il y annonce que Madrid recevrait la première de sa création en juin 2013.

Dans cette interview, Charles Wuorinen explique qu'il n'y aura pas de sexe explicite dans le scénario. Les scènes amoureuses reposent sur un dialogue que les protagonistes chanteront. Lors d'un intermède musical, ils font l'amour mais ne sont pas visibles. Il a encore annoncé le choix des voix des interprètes: Jack sera un ténor lyrique, Ennis un baryton-basse, qui chantera moins et a des répliques parlées. Il y a une distinction assez forte entre les deux personnalités. Le compositeur n'a pas encore voulu dévoiler quels chanteurs en seront les interprètes, même s'il a avoué avoir des préférences. Mais les chanteurs pressentis n'auraient pas encore été contactés.

Pour lire l'interview de Charles Wuorinen en anglais sur le site d'El Mercurio on line, cliquer ici.

11/03/2009

Grèce: l'opéra d' Athènes homophobe

Voici un texte qui nous a été envoyé par l'auteur du site Gay Super Hero (traduit par Luclebelge). Merci Vangelis!

 

                                                                                     Vendredi dernier, l'opéra d'Athènes a donné la première de "Rusalka" d' Antonin Dvorak mise en scène  par  Marion Wassermann. Il s'agit d'une coproduction entre l' opéra d'Athènes et l'opéra de Nice. La metteur en scène avait choisi d'y introduire une tonalité homosexuelle: la Rusalka d'Athènes (une nymphe des rivières et des lacs dans la mythologie slave) est  représentée comme l'incarnation des désirs homosexuels réprimés du prince, dont elle tombe amoureuse. Dans l'une des scènes on voit le prince embrasser un figurant maculin- qui est en fait son propre reflet dans un miroir.  la metteur en scène a probablement établi un parallèle avec l'histoire de Louis II de Bavière.

Lors des répétitions, des musiciens de l'orchestre de l'opéra, qui est subventionné par le gouvernement grec, ont vigoureusement réagi à la scène homosexuelle et ont tenté de la faire supprimer. Lors de la générale, la scène fut supprimée sous le prétexte de la présence d'écoliers dans la salle.

Lors de la première vendredi passé, des musiciens de l'orchestre ont distribué des tracts au public, signés par des membres du  Conseil d'administration de l'orchestre, dans lesquels ils exprimaient leur frustration de voir un "conte de fées innocent" corrompu par une "imagerie homosexuelle extrême". Le Conseil d'administration de l'opéra a dénoncé les tentatives de l'orchestre, mais sans beaucoup de conviction, aux dires de certains activistes LGBT.

Il n'y eut pas d'incident pendant la représentation de la première, à laquelle assistait M. Stefanopoulos, l'ex Président de la République. Mais à la fin de la représentation, lorsque la metteur en scène vint saluer le public, des spectateurs se mirent à huer et à siffler de manière si véhémente que, lorsqu'elle essaya de s'adresser au public, sa voix fut couverte par les huées. 

Samedi soir un groupe d'activistes gays et lesbiennes a envahi l'opéra et à demandé   à pouvoir lire un texte dénoncant l'homophobie de l'orchestre et la tentative de censure avant la représentation. Ils furent appréhendés  par le staff de l'opéra et conspués par une partie du public qui les enjoignait à  sortir de la salle et de le laisser voir la représentation en paix. A la fin du spectacle, la metteur en scène a donné une interview aux medias dans laquelle elle dénonce la tentative de censure dans un pays européen. Vous pouvez voir l'interview et lés incidents qui ont eu lieu à l'opéra en cliquant sur: http://www.tvxs.gr/v6901

Le commentaire d' un activiste grec opposé à ce type d'actions.

I am totally appalled by the way the greek gay activists handled the whole situation.

Mon commentaire

Tous ne sont pas de l'avis qu'il faille manifester son mécontentement par des actions qui perturbent l'ordre public....et le public qui a payé chèrement sa place. Il est vrai qu'il existe le recours aux lois europénnes que l'on peut tenter de faire appliquer, ou encore des actions non-violentes moins intrusives: faire un sitting devant l'opéra, s'enchaîner aux grilles de l'opéra, essayer de susciter l'intérêt des journalistes, pratiquer activement et de manière répétée le  lobbying politique, etc. Le problème est que la Grèce est un pays pitoyablement rétrograde en matière des droits des personnes LGBT.


13:43 Publié dans Homophobie | Lien permanent | Tags : homophobie, musique, opera, grece, ath enes, censure, rusalka, marion wasserman | | |  Facebook |

09/02/2009

Opera: Billy Budd de Britten, ce soir sur Arte

lundi, 9 février 2009 à 22:10

Rediffusions :
15.02.2009 à 06:00
23.02.2009 à 09:55
Découvrir un opéra
(Allemagne, 52mn)
HR
Réalisateur: Michael Ciniselli
Auteur: Michael Ciniselli

Un voyage musical et scénique dans l'oeuvre poignante du compositeur britannique, inspirée d'un roman de Melville.

britten

Le 1er décembre 1951, Benjamin Britten crée Billy Budd au Royal Opera House Covent Garden de Londres. Adapté du célèbre roman de Hermann Melville, cet opéra dépeint un milieu exclusivement masculin. L'intrigue se situe en 1797, à bord d'un navire de guerre de Sa Gracieuse Majesté. Fairfax Vere, un vieux capitaine, se souvient de Billy Budd, moussaillon enrôlé de force, particulièrement apprécié de l'équipage mais détesté du maître d'armes. À tel point que ce dernier le mêle à une intrigue et l'accuse à tort de fomenter une mutinerie... Depuis les mises en scène magistrales de David Mouchtar-Samorai, Willy Decker et Peter Mussbach, Billy Budd est devenu une oeuvre de référence. Dans la version proposée à l'Opéra de Francfort en novembre 2007, l'équipe anglaise réunie autour de Richard Jones (metteur en scène), d'Antony MacDonald (décor et costumes) et de Paul Daniels (chef d'orchestre) reprend la version de Britten en deux actes, datant de 1964. Le film de Michael Ciniselli livre les principaux temps forts de cette mise en scène, donne la parole aux interprètes et propose des archives exceptionnelles avec Benjamin Britten en personne.

Source: Arte. Lire aussi l'excellent article, très détaillé, sur classiquenews.com.

Medlay de la version de 1966 chez Decca

Avec Philip Wait, Richard Jones, Alan Wolstencroft, William Winder
London Symphony Orchestra - Charles Mackerras
September 1966,
http://www.deccaclassics.co...

britten pearsL'homosexualité de Britten et sa longue relation avec le ténor Peter Pears sont bien connues. Billy Budd, opéra entièrement masculin, développe clairement une thématique homosexuelle, que l'on retrouve dans la plupart des opéras du compositeur.britten1_0

 

 

 

15:15 Publié dans Chansons, musiques | Lien permanent | Tags : television, billy budd, chant, opera, britten, tele | | |  Facebook |