24/06/2010

La communication sans vergogne de Couleur Café

Voici ce qu'on peut lire en news sur le site de Couleur Café

cc

23/6 Concert de Beenie Man annulé

Face à une vague sans précédent de contestations de la part d’associations homosexuelles,  et dans un souci d’apaisement général, nous avons du annuler le concert de Beenie Man. Nous tenons à dire que l’artiste n’a aucune responsabilité dans cette décision.

Nous sommes vraiment désolés pour les fans qui attendaient son concert. Nous sommes activement à la recherche d’un concert de remplacement. Il sera annoncé très rapidement

Mon commentaire

Cela vaut la peine de prendre le temps de décoder ce petit texte.

Les organisateurs de Couleur Café ne prennent aucune responsabilité dans l'affaire Beenie Man, un chanteur homophobe qui en appelle à égorger les homosexuels dans ses 'chansons'. Le ton du communiqué est clair: excusez-nous de déprogrammer, ce n'est vraiment pas de notre faute, nous ne voulons qu'apaiser, ce n'est surtout pas la faute du chanteur, il n'a 'aucune responsabilité' la-dedans, ce n'est pas la faute de ses pauvres fans (qui en achetant sa production ou en souhaitant assister à ses concerts encouragent, qu'ils le veuillent ou non, son expression haineuse) qui seront si déçus....

Le communiqué part d'un lâche 'nous on n'a rien fait' pour désigner un bouc émissaire: les associations homosexuelles. Couleur Café emploie la métaphore du tsunami pour stigmatiser les coupables de la déprogrammation: la vague de contestation sans précédent. C'est cela un tsunami: une vague sans précédent . La connotation d'un tsunami ne peut évidemment être lue que comme péjorative. Ainsi métaphoriquement, les associations gays deviennent-elles porteuses de dévastation. Le monde à l'envers non? Puisque Bennie Man veut éradiquer les gays de la planète en les faisant massacrer.

"Nous avons dû annuler le concert...", en d'autres termes nous n'avons pas eu le choix, si nous avions eu le choix nous l'aurions bien sûr maintenu.

Enfin, la bande image qui précède immédiatement  le communiqué présente la foule des personnes qui viennent assister aux concerts de Couleur Café, ce qui a pour effet d'amplifier le propos du communiqué: à cause de quelques-uns (les associations homosexuelles) nous avons dû décevoir nos innombrables visiteurs, voyez leur nombre, imaginez le dégât causé.

Ce communiqué est de plus mensonger, par omission: bien sûr des gays et des lesbiennes se sont mobilisés, et des associations de personnes LGBT se sont mobilisées. Mais c'est passer sous silence tous les autres: tous les hétéros qui ont participé à la protestation, les interventions d'Amnesty international,... la société civile en bref. Omission aussi, et pas la moindre, de la raison des protestations: pourquoi tant de personnes ont-elles pris du temps, beaucoup de temps,  pour protester contre cette programmation, pourquoi ont-elles actionné tous les levers à leur disposition pour faire annuler ce concert? Omission enfin du contenu des textes de Beenie Man.

Ce qui m'est incompréhensible dans cette affaire, c'est que Couleur Café a dans son histoire une image de promotion de la tolérance et de lutte contre la discrimination, notamment raciale. Quel dommage de ruiner cette belle image par cette annonce qui témoigne au contraire d'une petitesse d'esprit.

En somme, on dirait qu'il s'agit du communiqué d'un enfant pris en faute et qui dit en pleurant: mais moi, je n'ai rien fait, c'est pas moi, c'est eux!

Mais les organisateurs de Couleur Café ne sont pas de enfants. Ce sont des adultes qui pour le coup ont manqué de dignité. Il faudra qu'ils apprennent une autre chanson.

07:18 Publié dans Associations lgbt, festivals | Lien permanent | Tags : beenie man, couleur cafe, homosexuel, gay, lgb, associations homosexuelles | | |  Facebook |

30/03/2010

Ricky Martin est officiellement gay

ricky

On s'en doutait, on le savait, on en discutait beaucoup et depuis longtemps, mais cette fois c'est Ricky Martin qui l'annonce lui-même et fièrement sur son site web: Aujourd'hui j'accepte mon homosexualité comme un cadeau que me fait la vie. Je suis fier de dire que je suis un homme homosexuel heureux. C'est une bénédiction d'être ce que je suis.  (Hoy ACEPTO MI HOMOSEXUALIDAD como un regalo que me da la vida. ¡Me siento bendecido de ser quien soy!- I am proud to say that I am a fortunate homosexual man. I am very blessed to be who I am. )

Le texte de Ricky se décline en deux versions, espagnole et anglaise. En voici la version anglaise:

RickyMartin

A few months ago I decided to write my memoirs, a project I knew was going to bring me closer to an amazing turning point in my life. From the moment I wrote the first phrase I was sure the book was the tool that was going to help me free myself from things I was carrying within me for a long time. Things that  were too heavy for me to keep inside. Writing this account of my life, I got very close to my truth. And thisis something worth celebrating.
 
For many years, there has been only one place where I am in touch with my emotions fearlessly and that's the stage. Being on stage fills my soul in many ways, almost completely. It's my vice.  The music, the lights and the roar of the audience are elements that make me feel capable of anything. This rush of adrenaline is incredibly addictive.  I don't ever want to stop feeling these emotions. But it is serenity that brings me to where I'm at right now. An amazing emotional place of comprehension, reflection and enlightenment. At this moment I'm feeling the same freedom I usually feel only on stage, without a doubt, I need to share.
 
Many people told me: "Ricky it's not important", "it's not worth it", "all the years you've worked and everything you've built will collapse", "many people in the world are not ready to accept your truth, your reality, your nature". Because all this advice came from people who I love dearly, I decided to move on with my life not sharing with the world my entire truth.  Allowing myself to be seduced by fear and insecurity became a self-fulfilling prophecy of sabotage. Today I take full responsibility for my decisions and my actions.

If someone asked me today, "Ricky, what are you afraid of?" I would answer "the blood that runs through the streets of countries at war...child slavery, terrorism...the cynicism of some people in positions of power, the misinterpretation of faith." But fear of my truth? Not at all!  On the contrary, It fills me with strength and courage. This is just what I need especially now that I am the father of two beautiful boys that are so full of light and who with their outlook teach me new things every day. To keep living as I did up until today would be to indirectly diminish the glow that my kids where born with. Enough is enough. This has to change. This was not supposed to happen 5 or 10 years ago, it is supposed to happen now. Today is my day, this is my time, and this is my moment.

These years in silence and reflection made me stronger and reminded me that acceptance has to come from within and that this kind of truth gives me the power to conquer emotions I didn't even know existed.

What will happen from now on? It doesn't matter. I can only focus on what's happening to me in this moment. The word "happiness" takes on a new meaning for me as of today. It has been a very intense process. Every word that I write in this letter is born out of love, acceptance, detachment and real contentment. Writing this is a solid step towards my inner peace and vital part of my evolution.

I am proud to say that I am a fortunate homosexual man. I am very blessed to be who I am. 

04:35 Publié dans People | Lien permanent | Tags : chanteur, ricky martin, gay, homosexuel, people | | |  Facebook |

28/03/2010

Pas de funérailles catho pour les gays

nole-vescovo

                                                                Vous êtes catholique pratiquant et de surcroît vous êtes gay pratiquant. Mes chéris, ces deux pratiques sont incompatibles, combien de fois faudra-t-il vous le répéter? Ou bien vous vous repentez de vos pratiques monstrueuses, ou bien vous êtes exclus des sacrements de notre Mère la Sainte Eglise!...sauf bien entendu de la confession, le sacrement de pénitence, qui est précisément le bon endroit pour demander et recevoir le  pardon pour vos péchés de chair et rentrer enfin dans la chasteté tant désirée.

Non contente de vous répéter que vos actes sont intrinsèquement désordonnés (on vous l'a pourtant dit cent fois!), votre chère mère l'église vient de pousser le bouchon plus loin, même vous aviez imaginé que ce n'était plus possible: pas de funérailles pour les gays pratiquants- pratiquant la promiscuité charnelle, ni bien sûr pour les activistes gays dont je fais partie (Rassurez-vous, ordre est donné aux héritiers du rédacteur de ce blog  de ne pas laisser un curé s'aprocher de sa dépouille mortelle à moins de 300 mètres sous peine de foudres ganymédiennes).

C'est ce qu'on apprend sur l'hypercatholique et mégahomophobe site Pontifex.roma. Y figure   une interview de Monsignor Francesco Nolè, l'évêque de Tursi, en Basilicate, en date du 9 mars.

"Donneriez-vous la communion ou célébreriez-vous les funérailles d'un membre connu de la camorra ou à un homosexuel connu et pratiquant?". La question de l'éditeur du site est formulée de manière perfide, il y compare implicitement les gays aux criminels mafieux. 

Mais le bon prélat déjoue le piège et lui fait une réponse tout en nuances, débordante de miséricorde mielleuse:

"Au camorriste certainement jamais et j'ai déjà eu affaire à des cas semblables. Il s'oppose nettement à Dieu. Quant à l'homosexuel, la simple homosexualité, même si elle est un désordre grave, n'est en soi pas peccamineuse si elle est vécue dans la chasteté. Elle devient un péché quand elle est pratiquée ou pire encore si on en fait la propagande." 

Comme je vous le disais, si vous êtes pratiquants mais ne pratiquant pas, no problem, vous avez accès à la sainte table et à la mise en  terre consacrée. Mais si non seulement vous êtes homosexuel mais vous ne vous en cachez pas, il n'y a point de salut pour vous. Satanique vous êtes, chez Satan vous irez!

Pour les pécheurs intrépides ou pire pour les propagateurs d'homosexualité,  voici ce qu'ajoute l'amène prélat: "Il convient d'avoir le courage, mais avec délicatesse, de peut-être d'abord prévenir l'intéressé ou en cas de funérailles de prévenir les parents, que l'on ne peut administrer la communion ou célébrer l'enterrement. On pourra  peut-être prier pour son âme, cela il faut le faire. Cette exclusion des funérailles ne doit pas être ressentie comme une discrimination, mais comme un remède salutaire..." 

Haro donc sur les "pécheurs publics"!  Si vous êtes un petit futé, et que malgré tout vous êtes resté catholique, il vous faut donc fermer votre gueule en toutes les langues et ne pas faire votre coming out. Vous appartiendrez alors à la catégorie des pécheurs secrets et bénificierez, au prix de ce léger mensonge de déni de personnalité, de toutes les saintes facilités: de la sainte table à la terre sainte en passant par la terre consacrée. Le péché de mensonge doit certes être moins peccamineux que le péché de comig out.

Désirez-vous en savoir plus sur la honte qu'il y a à être un homosexuel doublement pratiquant, rendez-vous vite sur le site Pontifex. roma. Pas une semaine ne se passe sans que ce site ne vous démontrer par croix plus mitre que l'homosexualité est démoniaque!

Alleluiah!

PS: Je n'ai à ce jour lu aucun démenti de ces propos par le chef immédiat de l'évêque, le pape Benoît XVI , mais peut-être cette fois-ci encore n'a-t-il pas été informé? Il est vrai qu'il est surchargé d'autres scandales...

15/03/2010

Les gays, clandestins en Afrique. Cameroun, sortir du Nkuta, un documentaire de Céline Metzger.

Un article de Sandra Fontaine paru sur Infosud-Tribune des Droits humains

12 mars 10 - Cameroun : sortir du Nkuta*, de Céline Metzger, suit le combat d’Alice Nkom, avocate qui défend les homosexuels dans un continent où leurs droits régressent. Une avocate présente à Genève au FIFDH.

film_8601

Sandra Fontaine/InfoSud - Clandestinité quasi obligatoire, répression accrue, durcissement des lois… A l’instar du reste du continent africain, être homosexuel au Cameroun constitue un calvaire. De l’ensemble des pays du Maghreb à nombre de ceux au Sud du Sahara, 38 Etats d’Afrique criminalisent les relations entre personnes du même sexe. Mais le Cameroun est le seul pays africain francophone, à majorité non-musulmanne, à pénaliser les relations entre personnes du même sexe. Particularité qui a pousser Cécile Metzger à réaliser le documentaire "Cameroun : sortir du Nkuta" ["sorti du placard, NDLR], projeté ce 12 mars dans le cadre du Festival du Film et Forum International sur les Droits Humains (Genève, du 5 au 14 mars).

Après la publication dans la presse camerounaise, en octobre 2006, de listes de personnalités politiques et autres artistes supposées homosexuels, le sentiment homophobe a été exacerbé aussi bien dans la rue que dans les tribunaux. Des rafles ont été organisées dans des lieux prétendument fréquentés par des gays. Des hommes et des femmes ont été emprisonnés des mois avant de pouvoir se présenter, enchaînés, à leur procès.

"Encouragés par les médias qui cherchent les records d’audience, les outings forcés se sont dangereusement banalisés en Afrique, source de toutes les dérives et violations des droits humains", affirme Alice Nkom, avocate camerounaise qui a fait de la défense des droits des lesbiennes, gays bi et transgenres le combat de toute une vie.

Poussée du fondamentalisme religieux

"Je suis né homo, Jésus a dit "Aime ton prochain", la haine n’est pas africaine". Fièrement scandé dans les rues de Cape Town en Afrique du Sud, l’un des slogans de la Gay Pride organisée le 6 mars dernier dans la ville la plus gay friendly d’Afrique résume avec naïveté la nette régression des droits des homosexuels observée sur le continent.

« L’augmentation de la pauvreté a marqué le retour de tous les fondamentalismes, en particulier religieux, analyse Alice Nkom. Les dirigeants africains ont cédé sous le poids électoral de ces groupes d’opinion », entraînant une dégradation inquiétante de la situation des gays.

Certes, l’Afrique du Sud est allée jusqu’à autoriser les mariages entre personnes du même sexe en 2006. Mais, selon une étude publiée récemment par l’association sud-africaine Behind the mask (www.mask.org.za), près de 10 lesbiennes sont toujours violées chaque mois rien qu’au Cap, sous prétexte de "les soigner". Au Burundi, le gouvernement a profité de l’abolition de la peine de mort en 2009, pour introduire dans la Constitution le délit d’homosexualité.

Intervention des Nations-Unies

Les droits fondamentaux des lesbiennes, gays, bi et transgenres sont tellement menacés sur le continent africain, que la communauté internationale a décidé d’intervenir. Début mars, deux rapporteurs spéciaux des Nations-Unies pour les droits de l’homme ont demandé officiellement aux députés ougandais de renoncer à voter une loi clairement anti-gays. Si l’homosexualité est déjà considérée comme une activité criminelle en Ouganda, passible de la prison à perpétuité, le projet de loi déposé en octobre dernier prévoit de durcir encore ces dispositions, avec notamment la peine capitale pour le viol d’un mineur par une personne du même sexe ou par un malade du sida. En outre, toute discussion publique sur l’homosexualité deviendrait un délit, et le propriétaire qui louerait un logement à un homo s’exposerait à des poursuites.

Marginalisés par leurs communautés et leurs familles, mis au banc de la société, les gays souffrent d’un manque d’accès aux campagnes de sensibilisation et de soin contre le virus du sida. Entre les abus sexuels systématiques dans les prisons, les "viols curatifs" des lesbiennes, et les pratiques à risque dus à des carences de prévention, l’épidémie est en train de se propager de façon inquiétante à travers la communauté gay.

Face à tant de difficultés pour vivre leur sexualité dans la paix et la sécurité, beaucoup d’homosexuels africains choisissent le suicide ou l’émigration à tout prix vers le Nord. Mais Alice Nkom en est certaine : "Le combat commence par la réconciliation de l’homosexuel africain avec lui-même".

Lire aussi les articles d'Afrik.com et de Cameroun.link. On peut également lire quelques réactions africaines sur bonaberi.com...

On peut VOIR 8 minutes du documentaire  (sur 52 minutes, un bel  extrait donc!) sur le site des Films du Balibari: balibari.com

*Quelques mots d'explication

Au Cameroun, le "nkuta" est un sac en toile de jute. L'expression "sortir du nkuta" fait référence à l'expression française des années 80 "sortir du placard" ou plus communément aujourd'hui au "coming out".
Au Cameroun, l'homosexualité est pénalisée depuis 1972 lorsque le Président Ahidjo signe l'ordonnance de l'article 347bis. Début 2006 paraît dans plusieurs journaux camerounais une liste dénonçant la prétendue homosexualité de 50 personnes influentes. Cette révélation fait l'effet d'un coup de tonnerre dans la société camerounaise : jusqu'alors, dans l'opinion publique, il était évident qu'il n'y a pas d'homosexuels au Cameroun ! Depuis la publication de cette liste, la société camerounaise se trouve confrontée à une crise à double tranchant : d'une part, il est enfin possible de prononcer le mot "homosexualité" ouvertement, prémices houleuses d'une reconnaissance à venir, mais d'autre part, la répression à l'égard des personnes désignées comme homosexuelles s‘avère particulièrement violente : amendes, emprisonnements, mises à l'index. Personne n'est à l'abri sauf si on a les moyens d'acheter le silence. Dès 2005, l'avocate Alice N'Kom décide de défendre gracieusement onze hommes arrêtés et emprisonnés en préventive parce que soupçonnés d'homosexualité.
Pour elle, l'article 347bis s'oppose à la constitution de 1996 qui reconnaît les libertés individuelles. Si cette liste accuse la haute société camerounaise, ce sont bien "les petites gens" comme Muriel et Elvis qui pâtissent de la rumeur.
Ils vivent au quotidien entre sacrifices et mensonges afin de conserver une liberté toute relative.

Source de l'explication: africultures.com

06/02/2010

Rwanda : les homosexuels défendent leurs droits souvent bafoués

125px-Flag_of_Rwanda_svg

Je vous partage cet article découvert sur le site de l'agence de presse Syfia-grands-lacs concernant la condition des personnes LGBT au Rwanda. Un article de Jean Fichery Dukulizimana.

(Syfia Grands Lacs/Rwanda) Au Rwanda, le nouveau Code pénal en cours de révision ne criminalise plus l’homosexualité. Mais les droits des gays et lesbiennes, qui disent ne suivre que leur penchant naturel, ne sont pas respectés par la société et ce qui rend difficile leur vie quotidienne.

Des malades mentaux, des déviants, des déprimés, des acculturés… Les homosexuels sont traités de tous les noms par une partie des Rwandais qui les trouvent bons à être tués ou jetés en prison. Regroupés dans leur association, HOCA (Horizon Community Association), les homosexuels rwandais brisent aujourd'hui le silence après de longues années de travail dans la clandestinité et réclament haut et fort le respect de leurs droits et leur reconnaissance par l’État. Des membres de la communauté lesbienne, gay, et bisexuelle, avec l'appui de la société civile, font tout pour essayer de faire comprendre leur nature afin d'échapper à la marginalisation dont ils font l'objet.
Depuis fin 2009, le débat sur l'homosexualité a été soulevé au niveau national par la révision du Code pénal. Les homosexuels se sont battus pour en faire supprimer les articles qui pénalisent leur comportement. Ils ont obtenu gain de cause. Une évolution saluée par les organisations de défense des droits de l’homme. "C’est une avancée, car le comportement strictement privé des homosexuels ne porte aucune atteinte à la liberté des autres", estime Pascal Nyilibakwe, secrétaire exécutif de la Ligue de défense des droits de la personne dans la région des Grands Lacs (LDGL).

Pour lire la suite de l'article, cliquer ici

06:55 Publié dans LGBT | Lien permanent | Tags : rwanda, homosexuel, homosexualite, homophobie, discrimination, gay, lesbienne | | |  Facebook |

18/01/2010

André-Mutien Léonard: les homos sont bienvenus dans l'église.

Mgr Léonard a déclaré à un journaliste de la radio-télévision flamande:

"Ik kan moeilijk bevestigen dat ik uiterst progressief ben. Ik behoud wat behouden moet worden en blijf trouw aan de christelijke bron", klinkt het. "Ik blijf trouw aan wat ik écht gezegd heb (over homoseksualiteit, nvr), maar dat komt niet overeen met wat over mij verteld wordt. Uiteraard zijn homo's welkom in de kerk."

Ce que j'essaye de traduire:

" Je puis difficilement avancer que je donne l'impression d'être progressiste. Je maintiens ce qui doit être maintenu et reste fidèle à la source chrétienne. Je reste fidèle  ce que j'ai réellement dit, mais cela ne correspond pas à ce qui a été raconté à mon sujet. Bien sûr les homos sont bienvenus dans l'église"!

Ah bon...relisons ce que Mgr Léonard a déclaré à propos des homosexuels et de l'homosexualité. Ci-dessous la mise au point de l’évêque de Namur à ce sujet. Celle-ci fit l’objet d’une dépêche en date du 5 avril 2007 :

"J'ai déclaré à la presse n'avoir jamais traité les homosexuels d'"anormaux". Certains ont cru pouvoir me contredire en invoquant l'enregistrement de l'interview accordée à "Télémoustique". Celui-ci confirme heureusement ma position. En effet, je fais toujours une claire distinction entre les personnes et un comportement. On peut émettre un jugement négatif sur un comportement, sans pour autant condamner les personnes qui le pratiquent. J'ai donc expliqué que l'homosexualité comme telle correspond à un développement imparfait de la sexualité humaine.

L'interviewer m'a ensuite demandé si, dès lors, la tendance homosexuelle était une "anormalité". J'ai, bien sûr, confirmé, puisqu'il s'agit bien d'un comportement qui contredit la logique et la finalité spécifiques de la sexualité et, en ce sens, n'est pas dans la norme.

Transcrire cela en disant que j'ai déclaré que les homosexuels étaient "anormaux" est un grave abus de langage. La présence d'une tendance ou d'une orientation anormales chez une personne ne permet, en aucune manière, de déclarer que la personne elle-même est anormale, ce qui serait gravement injurieux! Ainsi, par exemple, si une personne est habitée par une tendance anorexique, cette tendance est bien anormale puisqu'elle contredit l'instinct fondamental de conservation. Mais cela ne signifie en aucune manière que la personne anorexique est, comme personne, anormale."

Sur la Gay Pride: "la promotion de l'homosexualité au travers des gay prides signe le retour à l'Antiquité gréco-romaine".

S'exprimant sur le mariage des homosexuels, Mgr Léonard affirmait encore que "le mariage est, par définition, l'union stable entre un homme et une femme". Il préconise dès lors de pas utiliser le terme de "mariage" pour les unions homosexuelles. "Un pics, un pacs, un pucs... tout ce que vous voulez mais pas mariage", disait-il.

On se sent effectivement très bienvenu après ces propos: les homosexuels sont les bienvenus, mais pas le comportement homosexuel qu'ils feront bien de laisser à l'entrée de l'église, une église où ils ne sont pas non plus bienvenus pour se marier.  Une église qui va aussi leur enseigner que le "préservatif est une roulette russe" ou qu'il est poreux, alors qu'un homo sur 20 est séropositif dans nos contrées.

Il faut à mon sens être bien naïf pour croire que les homosexuels sont bienvenus dans l'église de Mgr Léonard, sauf s'ils se déshomosexualisent et acceptent d'y être discriminés.

Sera-ce là la pax christiana proposée par André-Mutien Léonard? M'est avis qu'on doit plutôt s'attendre à de la pix, de la pox, ou de la pux...

IMG_6955

Source de l'image: cliquer ici

09/01/2010

Monsieur Propre est conscient d'être une icône gay. L'interview de Télé Moustique

le propre de mr propre
Dans le Télé Moustique du 8 janvier, le déliceux Sébastien Ministru interviewe Monsieur Propre. C'est  Pierre Rosenthal, qui fut son directeur de campagne de 1994 à 2008, qui répond pour Monsieur Propre.mr propre2
 

Voici un extrait de cette interview hilarante

"Utilisez-vous les rasoirs Gillette, ceux de "la perfection au masculin"?

M. Propre. - Je n'ai pas de système pileux, alors... J'ai une peau numérique.

Et cet anneau à l'oreille? C'est un petit signe de quoi?

M. Propre. - La personne qui m'a créé, aux Etats-Unis, s'est inspirée du look des marins et de ce signe distinctif, la boucle d'oreille.

Vous êtes baraqué naturellement?

M. Propre. - J'ai été bodybuildé pendant des années et puis le directeur de création, Pierre Rosenthal, qui s'est occupé de moi pendant quinze ans, m'a fait subir un petit lifting. Il m'a rajeuni et m'a enlevé un peu de muscle, même si je reste très athlétique.

Est-ce que vous recevez du courrier? De femmes? D'hommes?

M. Propre. - Oui, je reçois beaucoup de courrier de ceux qui m'utilisent... Dans les années 80, je suis devenu une icône dans la communauté homosexuelle. J'ai trouvé ça plutôt sympathique, parce qu'avant on me prenait pour un eunuque."

On pourra retrouver les aventures de Mr Propre dans le livre de Pierre Rosenthal Le propre de Monsieur Propre,  180° éditions, 248 p

mr propre jeune
A propos, le préférez-vous jeune en cub ou chaser ou dans sa version muscledaddy?


12:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Tags : monsieur propre, mr propre, sebastien ministru, pierre rosenthal, m propre, gay, homosexuel, icone | | |  Facebook |