19/08/2010

Susan Sontag, l'orgasme et l'écriture

renaitre.jpg

David Rieff, le fils de Susan Sontag a publié au début de cette année une sélection de ses journaux intimes, pour lesquels l'écrivaine n'avait laissé aucune consigne. Voici un extrait dans lequel Susan Sontag évoque sa découverte de l'orgasme et le lien qui lie selon elle orgasme et écriture.

"19/11/1959

La venue de l'orgasme a changé ma vie. Je suis libérée, mais ce n'est pas la bonne façon de le dire. Plus important : cela a rendu ma vie plus étroite, m'a fermé des possibilités, a rendu des alternatives nettes et claires. Je ne suis plus illimitée, c.-à-d. rien.

La sexualité est le paradigme. Avant, ma sexualité était horizontale, une ligne infinie qui pouvait être infiniment sous-divisée. Maintenant elle est verticale ; c'est le grand saut, ou rien.

L'orgasme aiguise. Je désire physiquement écrire. La venue de l'orgasme n'est pas le salut, plutôt, la naissance de mon ego. Je ne peux écrire tant que je n'ai pas trouvé mon ego. Le seul type d'écrivain que (je) pourrais être est celui qui se montre... Ecrire, c'est se dépenser, se jouer. Mais jusqu'à maintenant, je n'aimais même pas le son de mon propre nom. Pour écrire, je dois aimer mon nom. L'écrivain est amoureux de lui-même... et crée ses livres à partir de cette rencontre et de cette violence."

("Renaître", p. 270-271.)

Renaître - Journaux et carnets (1947-1963)
Susan Sontag
David Rieff (Préfacier), Anne Wicke (Traducteur)

Paru le : 14/01/2010
Editeur : Christian Bourgois

Renaître

'Renaître' est le premier tome d'une sélection en trois volumes de journaux de Susan Sontag, tous inédits à ce jour. Dès son adolescence, et ce jusqu'aux dernières années de sa vie, Susan Sontag se livra dans ces carnets avec une grande régularité, d'autant plus librement qu'elle n'envisageait pas de les faire publier. 'Renaître' couvre la période 1947-1963 et met en lumière la trajectoire intellectuelle, humaine et créatrice de l'un des plus grands écrivains américains de sa génération. 'Renaître' met en scène une adolescente précoce, qui ne cesse de dresser des listes : les livres lus ou à lire impérativement, les films à voir, les musiques à écouter... Les principales caractéristiques qui définiront son moi intellectuel sont déjà évidentes : féroce acuité, incroyable ambition, légère tendance à la prétention et approche de la vie profondément honnête.

Plus sur Renaître

Lire l'article paru dans le Monde des livres en février, un article reproduit sur le site Fabula.

06:42 Publié dans Littérature | Lien permanent | Tags : susan sontag, journal intime, renaître, lesbienne, homosexualité | | |  Facebook |

11/08/2010

La menace homosexuelle

Il s'agit bien sûr de second degré. Le clip dénonce la stupidité des arguments homophobes primaires en utilisant le fameux procédé du pamphlet ironique magistralement utilisé par Montesquieu pour dénoncer l'esclavage des Nègres dans l'Esprit des Lois. Chaque argument de cette "plaidoirie " repose sur un argument vicié qui le rend inopérant, et ceci permet à l'auteur de la video de dénoncer de différentes manières l'homophobie imbécile. 

(Si vous ne connaissez pas le texte de Montesquieu, vous le trouverez accompagné d'une analyse à mon sens pertinente en cliquant ici.)

 

09/08/2010

L'homme préhistorique pratiquait aussi l'homosexualité, coming out gay au paléolithique!

lesbiennes paléolithiques.jpg

Les peintures et les gravures que l'homme préhistorique a laissés sur des parois rocheuses ou sur des ossements ne nous apportent pas seulement des informations sur la faune, les pratiques de chasse ou les pratiques religieuses de l'époque, mais aussi, ce qui est beaucoup moins connu du grand public, sur les pratiques sexuelles des hommes et des femmes préhistoriques. Des faits qui étaient connus des anthropologues mais que qui jusqu'ici étaient passés sous silence.

Par le passé, le moralisme et la pudibonderie n'ont pas seulement touché la recherche et l'enseignement de l'histoire ou des langues anciennes, ils ont aussi entaché la recherche scientifiques. Ainsi l'homosexualité animale était peu évoquée par les biologistes, l'enseignement de l'histoire de la Grèce antique tendait à éviter de mentionner les amours entre hommes pourtant si communes. Tous les domaines de la recheche étaient touchés.

Plaquette_de_La_Marche_Marcos_Garcia_Diez2.jpg

Les temps ont changé et une exposition espagnole montrera les indices qui indiquent que le sexe homosexuel était une pratique courante dans la préhistoire. La Fondation Atapuerca et la municipalité de Santillana del Mar préparent en effet une exposition intitulée «Sexo en piedra» , qui mettra en scène les usages érotiques des groupements humains préhistoriques: sexe homosexuel, usage de godemichés, sexe oral, tatouages sur le pénis, rites de circoncision, zoophilie, etc. Avec cette exposition, les paléontologues d'Atapuerca ont décidé de rompre avec les tabous sexuels que les études préhistoriques imposent depuis le XIXème siècle, en montrant que les relations sexuelles des hommes préhistoriques n'étaient pas seulement orientées vers la reproduction.

angulo garcia diez.jpg

Javier Angulo et Marcos García Díez (photo) ont été chargés de réunir et de documenter les pièces présentées à l'exposition. Marcos Garcia Diez estime que les études réalisées jusqu'ici ont été entâchées d'homophobie car aucun chercheur n'a mentionné les pratiques homosexuelles dans la préhistoire, et fort peu se sont intéressés aux pratiques sexuelles de l'homme préhistorique en général.  «Cependant les premiers Homo sapiens qui sont arrivés en Europe étaient nos égaux sur le plan anatomique et cérébral, et comme nous ils aimaient le sexe", avance Marcos Garcia Diez.

C'est aussi l'avis d'Eudald Carbonell, le codirecteur des fouilles de la  Sierra d' Atapuerca: le silence qui entoure l'homosexualité préhistorique le surprend; c'est une pratique dont on a de nombreux indices dans divers sites préhistoriques européens. L'exposition, qui sera inaugurée en septembre, présentera de nombreux dessins, des peintures et des gravures sur ossements ou sur pierres, qui documentent bien les diverses pratiques sexuelles de l'époque. Ainsi on pourra y voir une scène de coït anal entre hommes (en provenance du site de La Marche en France, voir la deuxième photo) ou une plaque représentant deux femmes effleurant leurs seins avec affection, et que la datatio fait remonter à plus de 12000 ans (première photo ci-dessus). 

Les deux commissaires de l'exposition pensent que l'on a pas analysé jusqu'ici le sexe  homosexuel à cause de la mentalité prédominante. Ils ne doutent pas qu'il était présent dans la vie sociale de l'homme préhistorique, à une époque où l'homme n'avait pas encore établi une relation entre le sexe et le péché. 

Une exposition qui va mettre des bâtons dans les roues des défenseurs de la 'famille traditionnelle naturelle composée d'enfants qui ont un papa et une maman'. Nos amis français feraient bien de faire envoyer un carton d'invitation à Christine Boutin, Christian Vanneste et consorts. Le mythe du bon sauvage est à revoir: grâce à cette exposition, il pourra s'enrichir d'ne composante homosexuelle. Jean-Jacques Rousseau doit être revisité: bienvenue au bon sauvage gay! Les gays du paléolithique sont sortis de leurs cavernes!

Sources: divers sites de la presse et des blogs espagnols. Lire aussi l'excellent article de la journaliste Elodie Cuzin.

 

07:49 Publié dans Histoire | Lien permanent | Tags : santillana del mar, préhistoire, homosexualité, sexualité, sexe | | |  Facebook |

23/07/2010

Prêtres gays: qu'ils fassent leur coming out et quittent leur fonction!

panorama4.png

 

Vive agitation au Vicariat de Rome ces jours-ci suite à la parution d'une enquête menée par le magazine italien Panorama dans les milieux gays de Rome. (Panorama est un hebdomadaire qui appartient au groupe Mondadori, que contrôle le Premier italien Silvio Berlusconi.)

 

Et la réaction du Vicariat ne s'est pas fait attendre. Il se prononce trèq clairement: nous avons des prêtres gays qui mènent une double vie, qu'ils quittent le sacerdoce!

 

L'enquête de Panorama

 

La page de couverture du magazine Panorama (numéro 31, juillet 2010) présente des mains sacerdotales aux ongles peints d'un rose cardinalice autour desquelles est enroulé un saint chapelet. Le texte annonce le contenu de l'article: Les folles nuits des prêtres gays. Un chroniqueur de Panorama a vécu parmi les homosexuels de Rome, et pendant un mois et pendant un mois a documenté les vices et les perversions de prêtres insoupçonnables qui mènent une double vie.

 

L'enquête a été menée avec une caméra cachée et dévoile la double vie de prêtres qui arborent le col romain pendant la journée et le soir, une fois les chasubles rangées, sont parfaitement intégrés dans la vie gay. Soirées en compagnie d'escorts (gigolos) qui dansent à moitié nus avec des prêtres, rapports sexuels, profanation de l'habit sacerdotal, etc.

 

On peut déjà visionner une des vidéos prises par la caméra cachée et quelques-unes des photos de l'enquête sur le site de Panorama. Les lecteurs abonnés à l'ipad du magazine ont déjà accès à l'ensemble des vidéos et du dossier de l'enquête.

 

La réaction du Vicariat de Rome

 

Douleur et trouble: le diocèse de Rome est visiblement perturbé par l'enquête de Panorama, qui a bien pris soin de recouper ses sources et d'opérer les vérifications nécessaires: les hommes filmés sont bel et bien des prêtres.  Le diocèse affirme sa volonté de poursuivre "avec rigueur tout comportement indigne de la vie sacerdotale".

 

"Qui connaît l'Eglise de Rome ne se reconnaît pas le moins du monde dans le comportement de ceux qui ont une  double vie, qui n'ont pas compris ce qu'est le sacerdoce catholique et ne devaient pas devenir prêtres".

 

"Personne ne les contraint à rester prêtres et à en exploiter seulement les bénéfices. La cohérence voudrait qu'ils se dévoilent. Nous ne leur voulons pas de mal, mais nous ne pouvons pas accepter qu'à cause de leur comportement l'honorabilité de tous les autres soit couverte de boue".

 

Réaction et propositions du mouvement LGBT italien

 

Aurelio Mancuso, le leader historique de l'association gay LGBT Arcigay ne se montre pas surpris dans l'interview qu'il a accordée à Panorama. Il affirme lui-même avoir eu une relation pendant six mois avec un monsignore , et quelques aventures avec d'autres prêtres. Tout le monde est depuis longtemps au courant de ce genre de situations  dans la communauté gay: n'importe quel gay a rencontré des prêtres dans les bars, les discothèques ou les saunas. Dans un communiqué, le président de Gaynet, le politicien Franco Grillini, ne se montre pas davantage surpris: selon lui, la sexualité humaine est irrépressible, qu'elle soit homo ou hétérosexuelle et le célibat des prêtres n'existe pas dans les faits. Grillini propose que l'on abolisse le célibat et que l'on autorise les prêtres à vivre leur sexualité et à se marier, dans des mariages homos ou hétéros.

Au Vatican, on minimiserait l'affaire en disant que Panorama a le goût du scandale et cherche à augmenter son chiffre d'affaires...L'enquête manquerait de preuves concrètes et a pour but de réveiller des lecteurs endormis sous des parasols sur les plages.

 

 

 

 

 

07/07/2010

La tête d'un activiste gay ougandais décapité retrouvée dans une latrine

untitled

Une nouvelle à l'horreur indescriptible en provenance d'Ouganda: la tête décapité et mutilée d'un activiste gay ougandais appartenant à l'organisation Integrity Uganda a été retrouvée dans la latrine d'une ferme. Judith Nabakooba, porte-parole de la police, a annoncé que la tête découverte dans la latrine d'une ferme de Kigggundu a été identifiée comme étant celle de Pasikali Kashusbe, qui travaillait dans cette ferme et était membre de Integrity Uganda. Il y a une semaine, on avait découvert à quelques kilomètres de là un torse mutilé, que l'on suppose être celui du jeune homme.

Depuis quelques mois, l'Ouganda examine un projet de loi qui pourrait conduire à punir les actes homosexuels, déjà sévèrement criminalisés par une loi héritée de la colonisation anglaise, par la peine de mort.

Vous trouverez une info plus détaillée en anglais en cliquant ici.

07:08 Publié dans Homophobie | Lien permanent | Tags : ouganda, ganda, homophobie, homosexualite, crime | | |  Facebook |

01/07/2010

France- Help pour le Refuge: sois généreux comme le soleil d'été!

refuge

Un message de Nicolas Noguier, Président du Refuge

Bonjour!
Comme vous le savez certainement, Le Refuge a lancé une campagne nationale de récolte de dons.
Un spot a été diffusé sur TF1 à cette occasion.
Nous avons toujours besoin de votre soutien, notamment pour l'acquisition d'un local d'accueil de jour sur Paris.
N'hésitez pas à donner, même 1€, à l'association : ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

Vous pouvez nous soutenir via PAYPAL :
http://www.facebook.com/l/b1fe9Upcb0MNxn7sFN51frhCNKw;www...

Ou par tout autre moyen.
Toutes les infos : http://www.facebook.com/l/b1fe9PlF608Snx1VK6rO2iCKsDA;www...

Merci à vous,
Merci pour nos jeunes!

05:56 Publié dans Suicide | Lien permanent | Tags : suicide, suicide des jeunes, asile, accueil, le refuge, homophobie, homosexualite | | |  Facebook |

30/06/2010

Voltaire obscurantiste sur l'homosexualité: éteignez les Lumières!

voltaire

                                                       Je tombe ce matin sur un bref article paru sur un blog d'initiation à la philosophie intitulé Quand Voltaire condamne l'homosexualité...et se trompe deux fois . L'auteur de l'article, Jefka,  cite le philosophe des Lumières qui voyait dans l'homosexualité « un vice destructeur du genre humain, s'il était général, et un attentat infâme contre la nature ». Voltaire en la matière se montre plus catholique que le pape en prétendant être capable de décrypter la "loi naturelle". Je vous invite à lire cet article qui fait appel aux principes de la philosophie morale pour démonter l'assertion voltairienne. Je rencontre bien l'analyse de Jefka.

PgTitreDictPhil

                                                     La citation est connue: Voltaire avait consacré un article de son Dictionnaire philosophique à l'homosexualité sous la rubrique Amour socratique. Voici ce que Voltaire y écrit:

AMOUR SOCRATIQUE

Si l’amour qu’on a nommé socratique et platonique n’était qu’un sentiment honnête, il y faut applaudir: si c' était une débauche, il faut en rougir pour la Grèce. 

Comment s’est-il pu faire qu’un vice destructeur du genre humain s’il était général, qu’un attentat infâme contre la nature, soit pourtant si naturel? Il paraît être le dernier degré de la corruption réfléchie; et cependant il est le partage ordinaire de ceux qui n’ont pas encore eu le temps d’être corrompus. Il est entré dans des coeurs tout neufs, qui n’ont connu encore ni l’ambition, ni la fraude, ni la soif des richesses. C’est la jeunesse aveugle qui, par un instinct mal démêlé, se précipite dans ce désordre au sortir de l’enfance, ainsi que dans l’onanisme(1).

Le penchant des deux sexes l’un pour l’autre se déclare de bonne heure; mais quoi qu’on ait dit des Africaines et des femmes de l’Asie méridionale, ce penchant est généralement beaucoup plus fort dans l’homme que dans la femme; c’est une loi que la nature a établie pour tous les animaux; c’est toujours le mâle qui attaque la femelle. 

Les jeunes mâles de notre espèce, élevés ensemble, sentant cette force que la nature commence à déployer en eux, et ne trouvant point l’objet naturel de leur instinct, se rejettent sur ce qui lui ressemble. Souvent un jeune garçon, par la fraîcheur de son teint, par l’éclat de ses couleurs, et par la douceur de ses yeux, ressemble pendant deux ou trois ans à une belle fille; si on l’aime, c’est parce que la nature se méprend; on rend hommage au sexe, en s’attachant à ce qui en a les beautés; et quand l’âge a fait évanouir cette ressemblance, la méprise cesse. 
 

. . . . . . . . . . . . . . . . . Citraque juventam 
Aetatis breve ver et primos carpere flores. 

Ovide., Met., X, 84-85.

On n’ignore pas que cette méprise de la nature est beaucoup plus commune dans les climats doux que dans les glaces du Septentrion, parce que le sang y est plus allumé, et l’occasion plus fréquente: aussi ce qui ne paraît qu’une faiblesse dans le jeune Alcibiade, est une abomination dégoûtante dans un matelot hollandais et dans un vivandier moscovite. 

Je ne puis souffrir qu’on prétende que les Grecs ont autorisé cette licence. On cite le législateur Selon, parce qu’il a dit en deux mauvais vers: 
 

Tu chériras un beau garçon, 
Tant qu’il n’aura barbe au menton
(2).

Mais en bonne foi, Solon était-il législateur quand il fit ces deux vers ridicules? Il était jeune alors, et quand le débauché fut devenu sage, il ne mit point une telle infamie parmi les lois de sa république. Accusera-t-on Théodore de Bèze d’avoir prêché la pédérastie dans son Église, parce que dans sa jeunesse il fit des vers pour le jeune Candide, et qu’il dit: 
 

« Amplector hunc et illam. » 
Je suis pour lui, je suis pour elle.

 Il faudra dire qu’ayant chanté des amours honteux dans son jeune âge, il eut dans l’âge mûr l’ambition d’être chef de parti, de prêcher la réforme, de se faire un nom. Hic vir, et ille puer.

On abuse du texte de Plutarque, qui dans ses bavarderies, au Dialogue de l’amour, fait dire à un interlocuteur que les femmes ne sont pas dignes du véritable amour(3);mais un autre interlocuteur soutient le parti des femmes comme il le doit. On a pris l’objection pour la décision. 

Il est certain, autant que la science de l’antiquité peut l’être, que l’amour socratique n’est point un amour infâme: c’est ce nom d’amour qui a trompé. Ce qu’on appelait les amants d’un jeune homme étaient précisément ce que sont parmi nous les menins de nos princes, ce qu’étaient les enfants d’honneur, des jeunes gens attachés à l’éducation d’un enfant distingué, partageant les mêmes études, les mêmes travaux militaires; institution guerrière et sainte dont on abusa comme des fêtes nocturnes et des orgies. 

La troupe des amants instituée par Laïus était une troupe invincible de jeunes guerriers engagés par serment à donner leur vie les uns pour les autres; et c’est ce que la discipline antique a jamais eu de plus beau. 

Sextus Empiricus et d’autres ont beau dire que ce vice était recommandé par les lois de la Perse. Qu’ils citent le texte de la loi; qu’ils montrent le code des Persans et si cette abomination s’y trouvait, je ne la croirais pas; je dirais que la chose n’est pas vraie, par la raison qu’elle est impossible. Non, il n’est pas dans la nature humaine de faire une loi qui contredit et qui outrage la nature, une loi qui anéantirait le genre humain si elle était observée à la lettre. Mais moi je vous montrerai l’ancienne loi des Persans, rédigée dans le Sadder. Il est dit, à l’article ou porte 9, qu’il n’y a point de plus grand péché. C’est en vain qu’un écrivain moderne a voulu justifier Sextus Empiricus et la pédérastie; les lois de Zoroastre, qu’il ne connaissait pas, sont un témoignage irréprochable que ce vice ne fut jamais recommandé par les Perses. C’est comme si on disait qu’il est recommandé par les Turcs. Ils le commettent hardiment; mais les lois le punissent. 

Que de gens ont pris des usages honteux et tolérés dans un pays pour les lois du pays! Sextus Empiricus, qui doutait de tout, devait bien douter de cette jurisprudence. S’il eût vécu de nos jours, et qu’il eût vu deux ou trois jeunes jésuites abuser de quelques écoliers, aurait-il eu droit de dire que ce jeu leur est permis par les constitutions d’Ignace de Loyola?

Il me sera permis de parler ici de l’amour socratique du révérend père Polycarpe, carme chaussé de la petite ville de Gex, lequel en 1771 enseignait la religion et le latin à une douzaine de petits écoliers. Il était à la fois leur confesseur et leur régent, et il se donna auprès d’eux tous un nouvel emploi. On ne pouvait guère avoir plus d’occupations spirituelles et temporelles. Tout fut découvert: il se retira en Suisse, pays fort éloigné de la Grèce. 

Ces amusements ont été assez communs entre les précepteurs et les écoliers(4). Les moines chargés d’élever la jeunesse ont été toujours un peu adonnés à la pédérastie. C’est la suite nécessaire du célibat auquel ces pauvres gens sont condamnés. 

Les seigneurs turcs et persans font, à ce qu’on nous dit, élever leurs enfants par des eunuques; étrange alternative pour un pédagogue d’être châtré ou sodomite. 

L’amour des garçons était si commun à Rome, qu’on ne s’avisait pas de punir cette turpitude, dans laquelle presque tout le monde donnait tête baissée. Octave-Auguste ce meurtrier débauché et poltron, qui osa exiler Ovide, trouva très bon que Virgile chantât Alexis; Horace, son autre favori, faisait de petites odes pour Ligurinus. Horace, qui louait Auguste d’avoir réformé les moeurs, proposait également dans ses satires un garçon et une fille(5); mais l’ancienne loi Scantinia, qui défend la pédérastie, subsista toujours: l’empereur Philippe la remit en vigueur, et chassa de Rome les petits garçons qui faisaient le métier. S’il y eut des écoliers spirituels et licencieux comme Pétrone, Rome eut des professeurs tels que Quintilien. Voyez quelles précautions il apporte dans le chapitre du Précepteur pour conserver la pureté de la première jeunesse: « Cavendum non solum crimine turpitudinis, sed etiam suspicione. » Enfin je ne crois pas qu’il y ait jamais eu aucune nation policée qui ait fait des lois(6) contre les moeurs(7).

fred II

                                                                      Voltaire, on le sait, avait côtoyé un royal homosexuel, Frédéric II de Prusse, et avait fréquenté sa cour. L'épisode  ne s'était pas bien terminé. Voltaire a fait plusieurs allusions à l'homosexualité de Frédéric II: 

  • « Le Roi, [...], qui aimait les beaux hommes,et non les grands hommes, avait mis ceux-ci chez la reine sa femme en qualité d’Euduque. » 

  • " Ce Prince avoit une espèce de maîtresse, fille d’un maître d’école de la ville de Brandebourg, établie à Potzdam… il crut être amoureux d’elle, mais il se trompait : sa vocation n’était pas pour le sexe. » (Au XVIIIème siècle, sexe s'emploie pour désigner la gent féminine)

  •  « On lui donna un soldat pour le servir, ce soldat jeune bien fait, et qui jouait de la flûte, servait en plus d’une manière à amuser le prisonnier. Tant de belles qualités ont fait depuis sa fortune. Je l’ai vu à la fois Valet-de-chambre, et premier Ministre, avec toute l’insolence que ces deux postes peuvent inspirer. » 

  •  « Quand Sa Majesté était habillée et botée, le stoïque donnait quelque momens à sa secte d’Epicure ; il faisait venir deux ou trois Favoris, soit Lieutenant de son Régiment, soit Page, soit Euduque ou jeune cadet ; on prenait le Café, celui à qui on jettait le mouchoir restait demi-quart-d’heure tête à tête ; les choses n’allaient pas jusqu’aux dernières extrémités, attendu que le Prince du vivant de son pere, avait été fort mal traité dans fes amours de passade, et non moins mal guéri. Il ne pouvait jouer le premier rôle, il fallait se contenter des feconds. Ces amusements d’écoliers étant finis, les affaires d’Etat prenaient la place. »

  • « Il était accoutumé à des démonstrations de tendresse singulière avec des favoris plus jeunes que moi ; et oubliant un moment que je n’étais pas de leur âge, et que je n’avais pas la main belle, il me la prit pour la baiser, je lui baisai la sienne, et je me fis son esclave. » 

300px-candide1759

                                             Le plus célèbre des contres philosophiques de Voltaire, Candide, contiendrait des allusions à peine dissimulées très critiques pour le roi de Prusse. Un baron, au nom germanique imprononçable, entiché de ses quartiers de noblesse, va exclure Candide du « jardin d’Eden ». Voltaire serait Candide, un jeune homme naïf exploité par son puissant protecteur. Le baron de Tunder-ten-tronck symboliserait la noblesse allemande tandis que le « roi des Bulgares » serait Frédéric II qui, en novembre 1757, s’était couvert de gloire dans la victoire de Rossbach. Voltaire, qui croyait à la défaite de son ancien protecteur, avait alors pris conscience de sa naïveté. Le conte serait donc une revanche sur l’humiliation infligée par Frédéric II, suite à la brouille qui a fâché le philosophe avec le roi de Prusse en 1753. Traiter Frédéric II de « roi des Bulgares » est une façon indirecte de rappeler son orientation sexuelle, le terme de « bougre » (lui-même dérivé de « bulgare ») signifiant « homosexuel » au XVIIIe siècle. Frédéric Deloffre dans la postface de Candide ou l'Optimisme, édition Collection Folio classique n° 3889 ou encore Roland Barthes dans la postface de Candide et autres contes édition Collection Folio classique n° 2358, pp 410, 411, appuyent cette interprétation. (Source: Wikipedia)

Lire aussi: Voltaire en demi teinte sur le site Moodyguy.net 

 

08:13 Publié dans Littérature | Lien permanent | Tags : voltaire, candide, homosexualite, philosophie | | |  Facebook |