27/07/2009

Psychiatrie et homosexualité, un essai par Malick Briki

Lectures médicales et juridiques de l'homosexualité dans les sociétés occidentales de 1850 à nos jours

psychiatrie

                                                                                              Malick Briki est docteur en Médecine, psychiatre et psychothérapeute. Il poursuit actuellement des activités de consultation, de recherche et d'enseignement au Centre hospitalier universitaire de Besançon

Présentation de l'éditeur

Reparative therapy, sexualité égodystonique, trouble de l’identité de sexe et de genre, perversion. Etre lesbienne ou gay n’est pourtant plus une maladie mentale. Interrogeons la psychologie, la médecine ou la psychanalyse, et l’histoire politique et sociale. 

Inverti•e, lesbienne, homosexuel•le, autant de catégories créées ou investies par la médecine et la psychologie au 19e siècle pour traiter ce que l'on perçoit, au mieux, comme des "anomalies". Aujourd'hui, en Europe comme aux États-Unis, l'homosexualité n'est plus considérée comme une maladie mentale. Que dire alors de la reparative therapy et de ses "ex-gays", de l’orientation sexuelle "égo-dystonique" en psychiatrie ou encore de la "perversion" en psychanalyse ?

Le présent ouvrage se propose d’analyser, dans une perspective historique, la construction de l’homosexualité comme maladie mentale, dans ses rapports avec la science, la politique et le social. Il s’agit ici d’interroger les disciplines médico-psychologiques sur les questions de normalisation des genres, des sexes, et des désirs, pour sortir de cette logique catégorielle. La psychologie, la psychanalyse et la psychiatrie sont-elles prêtes à relever le défi de la lutte contre la stigmatisation, pré-requis incontournable à la disparition du classement identitaire ?

Ce livre intéressera les professionnels de la santé, les spécialistes en sciences humaines, ainsi que toute personne motivée par la réflexion sur les normes et les différences.

Langue français

Éditeur Presses universitaires de Franche-Comté

ISBN-10 2-84867-251-X

ISBN-13 978-2-84867-251-9

Année de publication juin 2009

Prix recommandé 22,00

Source: le comptoir des presses d'université

04/07/2009

Psychothérapie et homosexualité, par Margherita Graglia

Les éditions Carocci viennent de publier le nouveau livre de Margherita GRAGLIA, Psicoterapia e omosessualità. La psychologue et psychothérapeute bolognaise avait déjà publié en 2007 l'ouvrage Gay e lesbiche in psicoterapia, en collaboration avec Paolo Rigliano. Espérons que le livre trouvera un éditeur francophone pour la publication d'une traduction française.

En librairie en Italie à partir du16 juillet.

Contenu

Que signifie au XXIème siècle parler de psychothérapie et d'homosexualité? L'orientation sexuelle est-elle importante dans le tableau clinique? Partant de l'exploration des dimensions de l'orientation sexuelle et de la manière dont elle a été interprétée au cours de l'histoire de la psychologie clinique, le texte fait le point sur les principaux acquits scientifiques. En outre, le livre  illustre les spécificités des patient.e.s gays et lesbiennes et discute de quelques modalités d'intervention thérapeutique, en mettant en évidence la contribution du psychothérapeute dans un contexte inclusif. 

21/06/2009

Un livre pour homos cathos, par José Davin et Michel Salamolard

Une excellente amie me signale la parution d'un petit essai par un jésuite belge, José Davin,  un prêtre qui me semble appartenir  une frange progressiste de l'église catholique. J'ai longtemps hésité avant de vous le présenter, parce que la hiérarchie de cette église mène une guerre acharnée contre toutes les avancées sociales, juridiques et légales que le mouvement gay et lesbien s'efforce d'obtenir depuis une quarantaine d'années (contrats d'union civile, mariage des personnes du même sexe, fécondation médicale des lesbiennes, homoparentalité, droit à l'adoption, information sur l'homosexualité et l'homophobie dans les écoles, prévention du sida par l'emploi de préservatifs, droit de manifester, etc.).

Cependant, la parole de mon amie et la réputation d'ouverture bien établie de Monsieur Davin m'ont fait opter pour l'information . Pourquoi ne pas créer des ponts avec des femmes et des hommes de bonne volonté, qui certes prennent des risques par rapport à une hiérarchie hostile? Voyez la discussion après la présentation du livre.

José DAVIN présente son ouvrage de la manière suivante: Cet ouvrage récent se veut un regard d'amitié envers  les personnes homosexuelles et leurs familles. Il vise aussi à susciter plus de respect et de tolérance dans la société et dans l'Église à ce sujet.

Le livre


davin

Résumé

Un jésuite belge et un prêtre suisse s'interrogent sur la place des gays et des lesbiennes dans la société et dans l'Eglise. A partir de rencontres avec des groupes homosexuels, les auteurs proposent des chemins d'action et de compréhension.

Quatrième de couverture

Gays et lesbiennes

Parmi nous, des hommes et des femmes sont attirés par des personnes du même sexe. Comment, dans cette situation, construire sa vie et sa personnalité ? Comment trouver sa place dans la société ? Et dans l'Église, si on est chrétien ? Parent, ami, collègue de travail, voisin d'un gay ou d'une lesbienne, comment les accueillir ? Autant de questions que ce livre aborde avec délicatesse et sans tabou. Les auteurs appellent chacune et chacun, quelle que soit son orientation affective et sexuelle, à grandir dans l'amour.

Discussion

L'information de la parution du livre du Père Davin m'est parvenue hier soir par un courriel que m'adressait une amie journaliste belge. Ma première réaction était plutôt échaudée. Je faisais remarquer à mon amie que si j'imaginais bien que le Père Davin est un homme d'ouverture, sa hiérarchie ne l'est pas, elle est hostile au mouvement gay et lesbien. Le Père Davin n'est-il pas une brebis parmi des loups? Les chrétiens catholiques sont mal pris au sein de leur église, et même si le Père Davin parle de tolérance, de respect et d'accueil pour les personnes, le magistère de l'église, qui distingue les personnes des actes, considère l'acte homosexuel comme "intrinsèquement désordonné" (cfr le cathéchisme de cette église). Je me demandais si les catholiques gays et lesbiens faisaient bien de rester au sein d'un groupe qui ne fait que les "tolérer comme personnes" et les "accueille", mais condamne leurs actes et combat ouvertement toute avancée du droit. Je rappelais à mon amie les événements symptomatiques des derniers jours, et notamment la virulente opposition de l'évêque de Bayonne à la Gay Pride de Biarritz et à la présence à cette fête des Soeurs de la Perpétuelle Indulgence. (Cliquer ici pour lire le post à ce sujet

A cela, mon amie me répondait: Tu sais, la hiérarchie de l'Eglise est farouchement antifemmes aussi, mais moi, je préfère attaquer de l'intérieur. Et j'ai rencontré des homos chrétiens qui sont comme moi: ils n'ont pas envie de s'en aller, parce qu'ils sont sincèrement croyants, mais ils sont décidés à  faire évoluer la situation. Et c'est possible, car ce qui se passe dans les paroisses ou les unités pastorales n'a pas grand-chose à voir avec ce que veut la hiérarchie. Chez nous, par exemple, ce sont presque toujours des femmes qui distribuent la communion, alors que la hiérarchie a répété récemment qu'elles n'avaient même pas le droit d'approcher de l'autel; la chef de chorale est une divorcée remariée, et donc en principe excommuniée, mais qui communie tous les dimanches au vu et au su de tous; on a ouvert notre église à une occupation de sans-papiers bien avant que la hiérarchie ait réussi à se mettre d'accord à ce sujet; Davin est venu avec plusieurs homos chrétiens, hommes et femmes, pour témoigner à la messe du dimanche; et ainsi de suite. C'est par le bas que l'Eglise change — pas assez vite, pas assez bien, pas assez humainement, même, mais elle change. Seulement, tout en haut, ils ne s'en rendent même pas compte!  Un jour ou l'autre, ils auront une mauvaise surprise!

La discussion est ouverte. Le mieux sans doute est dire lire l'ouvrage du Père Davin et de continuer le dialogue, tout en combattant les attaques répétées de l'église catholique et en continuant la lutte politique pour les droits civils. Si la tolérance et l'accueil sont les bienvenus aux plans humain et relationnel, nous sommes à mon sens bien au-delà: il ne s'agit plus d'être simplement tolérés et accueillis, mais de revendiquer et d'exercer nos droits citoyens.

José Davin nous écrit

Merci, cher Monsieur,pour votre réaction franche sur le blog. Je la comprends et, comme énoncé dans ce livre, nous regrettons un certain nombre de paroles et prises de positon de l'Église catholique, tout en essayant, avec tact, de les mettre en cause. 

Le livre sur l'homosexualité a reçu l'aval de ma famille religieuse (Nihil obstat), signe déjà d'un progrès ecclésial. Mais il y a encore du chemin...

Dès l'avant-propos de de ce livre, nous indiquons notre adresse électronique afin d'offrir le service du dialogue. Donc n'hésitez pas à communiquer mes coordonnées ou à m'adresser des messages qui vous parviendraient. Bien volontiers, j'y prêterai attention.

Votre réaction est un geste positif d'humanité pour aller plus loin. Merci encore et cordiales salutations.

José Davin

 

16/06/2009

Lesbianisme et féminisme, Chetcuti-Michard

lesbianisme_gd

Un ouvrage d'histoire politique sous la direction de Natacha Chetcuti et Claire Michard

Cet ouvrage, issu d’une rencontre universitaire, est le premier, en France, ayant pour objectif de rendre compte de l’interdépendance historique des mouvements lesbiens et des mouvements féministes à partir du point de vue de différents courants du lesbianisme. Renouant avec ce qui a constitué la base des mouvements des années 1970, époque où le va-et-vient était permanent entre la production militante et la production théorique, il réunit des textes de militantes et des textes de chercheures-militantes. Il montre que l’histoire de la pensée lesbienne et féministe, des années 1970 à nos jours, est marquée par des alliances, des tensions et des ruptures qui ont des répercussions tant du côté des études universitaires que du côté des pratiques militantes. Il montre aussi que le contenu politique du lesbianisme, dans sa mise en cause de l’ordre établi, est constamment occulté, en particulier celui du lesbianisme radical - c’est-à-dire matérialiste, au sens philosophique et politique. Ce dernier, issu du feminisme radical et formalisé notamment par Monique Wittig, qui considère l’hétérosexualité comme le système politique de l’appropriation des femmes, est le plus souvent ignoré, présenté de façon caricaturale, ou détourné de la perspective matérialiste comme dans la tendance queer.

Sommaire

  • Présentation

  • Histoire des mouvements lesbiens et féministes et de leur idées-force

Louise Brossard. Adrienne Rich et Monique Wittig : un point de départ pour penser l’hétérosexualité et les rapports sociaux de sexe
Louise Turcotte. Féminisme/Lesbianisme : la nécessité d’une pensée radicale
Jacqueline Julien. À Toulouse : du féminisme lesbien au lesbianisme féministe
Michèle Larouy. Féminisme/Lesbianisme : refus d’une visibilité politique
Marion Page. À propos des savoirs lesbiens
Jules Falquet. L’art lesbien, art politique ? L’apport des artistes du mouvement lesbien latino-américain et des Caraïbes
Ochy Curriel. La création artistique comme politique lesbienne féministe

  • Langage et sujet dominé

Michèle Causse. Une politique textuelle inédite : l’alphalecte
Namascar Skaktini. Le point de vue dans Brouillon pour un dictionnaire des amantes de Monique Wittig et Sande Zeig
Françoise Leclère. Les maux du dictionnaire, nosographie de l’androlecte
Claire Michard. Le sens du genre en linguistique : critique des évidences zoologiques en sémantique

  • Interlude

Johanne Coulombe. Voyage dans un univers révolu ou terreur et stupéfaction d’une lesbienne qui découvre les classes de sexe

  • Sexualités et parcours identitaires

Nicole Lacelle. Le lesbianisme : une culture de choix ?
Myriam Spielvolgel. Règles du couple et multiplicité identitaire : conjonction de subordination
Natacha Chetcuti. Les catégories de sexe/genre : normes et variation

  • Lesbianisme et institution

Micheline Bonneau. Un défi pour le pluralisme féministe : l’accueil des lesbiennes dans les centres de femmes québécois
Marian Lens. La lesbophobie et le sexisme ordinaire au centre de la dérive politique des mouvements lesbiens et féministes contemporains
Line Chamberland. Les études lesbiennes au Québec : quel présent ? Vers quel avenir ?
Danielle Charest. Les contrats apparentés au mariage : une fuite en arrière

  • Annexe

Nicole-Claude Mathieu. Dérive du genre/stabilité des sexes

Référence

LESBIANISME ET FÉMINISME
Histoires politiques
Sous la direction de Natacha Chetcuti et Claire Michard
Bibliothèque du féminisme, Lharmattan

ISBN : 2-7475-5501-1 • novembre 2003 • 314 pages

03/02/2009

Queer: écritures de la différence? Deux recueils chez L'Harmattan, 2008

queer2jpg

 Queer : écritures de la différence ?
Volume 1, Autres temps, autres lieux
Zoberman, Pierre
Editions L'Harmattan
Identités, genres, sexualités (282 p.)
Paru le 17/11/2008
27.00 euros

                                                               Le mot queer, traditionnellement utilisé comme terme de dérision pour désigner les homosexuels, est devenu le support d'une vaste réflexion sur les identités sexuelles. Ensemble de contributions explorant, à travers le passé et en divers lieux, les textes, les schémas sociaux et leurs manifestations culturelles relatifs à l'homosexualité et aux sexualités dissidentes

Queer. Ecritures de la différence. Vol. 2
ZOBERMAN Pierre (dir.)
Volume 2 : Représentations : artistes et création

Ce second volume explore la remise en cause des identités normées et la construction des identités "dissidentes", voire le rejet de toute identité fixe. Le présent volume part d'une réflexion sur les rapports entre réalité et fiction et sur les limites que l'inscription dans une société historique concrète impose a priori à la dissidence.

 

queer

07:15 Publié dans Essais, études gaies et lesbiennes, articles | Lien permanent | Tags : queer, essai, etude, colloque, gay, lesbienne, trans | | |  Facebook |

21/01/2009

Elements de critique homosexuelle. Italie: les années de plomb, un essai de Mario MIELI (2008)

mieli

Publié chez EPEL, en 2008

Résumé

Figure de référence du militantisme homosexuel en Italie, Mario Mieli (1952-1983) déconstruit ici un à un les préjugés psycho-médico-sociaux les plus répandus sur l'homosexualité. Philosophe, écrivain, poète et acteur, il témoigne de son propre vécu tout en offrant la vision d'un possible dépassement des catégories de genre et d'orientation sexuelle dans l'exercice performatif de la transsexualité.

Quatrième de couverture

Voyageant avec aisance et érudition de la pédérastie antique à l'interdit biblique, des bûchers d'antan aux lois anti-homosexuelles contemporaines, Mario Mieli déconstruit ici un à un les préjugés psycho-médico-sociaux les plus répandus sur l'homosexualité. Ses Éléments rendent sensible ce que fut l'âge d'or du militantisme homosexuel.

La vision mielienne d'un possible dépassement des catégories identitaires de genre et d'orientation sexuelle dans l'exercice performatif de la transsexualité anticipe les travaux de Monique Wittig, de Judith Butler, également les aspirations queer actuelles, mais avec la fraîcheur et la pertinence propres aux esprits visionnaires.

Mieli ne craint pas de témoigner de son propre vécu, de ses désirs, de ses fantasmes, de son séjour en clinique psychiatrique. On rencontrera ici un être aux talents multiples de philosophe, écrivain, dramaturge, poète et acteur, qui n'a peut-être d'égal qu'un Hocquenghem ou un Pasolini - figures de proue dont les temps présents sont singulièrement avares.

14/12/2008

Essai: Le style homosexuel en Espagne sous Franco

gil albert


Auteur: Juan Gil-Albert
Traduction : Annick Allaigre-Duny
Introduction : Annick Allaigre-Duny
Préface : Juan Antonio González-Iglesias

Références:

Dans la collection "Les grands classiques de l'érotologie moderne", mai 2008, 168 pages, 19 Euros
ISBN : 978-2-908855-95-1

Présentation de l'éditeur:

On doit à Juan Gil-Albert une œuvre considérable de poète, mais aussi de prosateur : essais, chroniques, mémoires et romans. Certains ont été traduits en français par Christophe Alain-Denis chez Actes Sud : Valentin, en 1987, ou encore Les Archanges en 1989.
Unique dans les lettres espagnoles, dérangeant dans son propos, Le style homosexuel, longtemps gardé par-devers soi, n’en était pas moins resté, encore en 1975 et au dire même de l’auteur, un ouvrage «scabreux». Gil-Albert lui-même fait état de son manque d’aménité.
L’homosexuel dépeint selon le modèle mythique du demi-dieu Héraclès est un homme libre, dont la solitude, traversée de rencontres, est radicale. On est ici aux antipodes de toute perspective d’une communauté gay, et le pari est tenu d’une position homosexuelle à la fois légitime et non tributaire d’une telle communauté.
Hyper-masculin, Héraclès permet à Gil-Albert d’envisager l’homosexualité hors toute référence féminisante et, suivant ce fil, de repenser la masculinité elle-même.
Très dense, d’une grande érudition, ce livre tend vers l’essai par sa rigueur argumentative, son souci de problématiser la question, tandis que son écriture ne se déprend jamais, même dans les moments les plus arides de la démonstration, de ses qualités poétiques. Inversement, la fiction y est porteuse de vérité. À la croisée des genres, entre fiction et traité, Le style homosexuel est l’œuvre, non d’un penseur qui écrit, mais d’un poète qui pense.