17/08/2010

"Bye Bye Préjugés", la charte de la tolérance

byebye prejuges.gif

La charte "Bye Bye Préjugés" est un projet réalisé par un ensemble de personnes réunies au sein de la Coordination Provinciale Sida Assuétudes. Son but? Promouvoir l’égalité des droits dans la diversité sexuelle.

En clair, elle vise l’égalité des traitements vis-à-vis de toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle. C’est de cette charte dont il est question sur ce portail. Nous demandons à un maximum de personnes représentant différents lieux de vie de la signer. Si un maximum de personnes prennent connaissance de cette charte, elles seront, nous l’espérons, sensibilisées aux questions d’orientations et d’identités sexuelles, mais aussi au respect, à la tolérance, à la diversité…la base même de la citoyenneté.

Pour visiter le site de la charte Bye Bye préjugés, cliquer ici

07:13 Publié dans Homophobie | Lien permanent | Tags : préjugés, discrimination, discriminations, homophobie | | |  Facebook |

20/02/2009

La Communauté française lutte contre les discriminations

Thierry  a publié un  article, reproduit ci-dessous et  intitulé Lutte contre les discriminations, la Communauté française aussi, sur l'excellent site Arc-en-ciel Wallonie dont je vous recommande la visite fréquente (cliquer sur l'hyperlien). Ce site est à mon sens actuellement le site le plus fiable en matière d'information associative généraliste en Belgique francophone. 

Lutte contre les discriminations : la Communauté française aussi

17 / 02 / 2009

Logo Communauté françaiseL'évènement est passé presque inaperçu. Pourtant, le décret adopté par la Communauté française en matière de lutte contre les discriminations est tout aussi important que celui adopté quelques temps plus tôt par la Région wallonne (voir notre info à ce sujet).

Publié au Moniteur belge le 13 janvier 2009, le Décret relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination de la Communauté française du 12 décembre 2008 est un élément indispensable pour lutter contre les discriminations dans des domaines aussi importants que l'enseignement ou la santé.

La Communauté française a aussi opté pour un champ large de critères protégés, à l'instar des loi fédérales de mai 2007. L'orientation sexuelle et le changement de sexe et l'état civil en font partie. Le transexualisme n'est toutefois pas cité explicitement.

Concrêtement, la Communauté française désigne également le Centre pour l'Egalité des Chances comme organisme chargé de l'aide aux victimes de discrimination homophobe. En ce qui concerne celles liées à un changement de sexe, c'est l'Institut pour l'Egalité des Femmes et des Hommes qui est compétent.

La Communauté française est donc désormais au diapason du droit européen en matière d'égalité de traitement, ce dont Arc-en-Ciel Wallonie se réjouit.

Deux regrets toutefois :

  • Pas plus que les autres niveaux de pouvoir, la Communauté française n'a jugé bon d'écarter la possibilité d'admettre des "distinctions" autorisées, c'est-à-dire non considérées comme discriminatoires. Arc-en-Ciel Wallonie le répète, en matière d'orientation sexuelle, nous nous opposons à cette conception.

  • Le décret de la Communauté française va moins loin que celui de la Région wallonne. Comme nous le soulignions, ce dernier prévoit la mise en oeuvre d'un plan d'action en matière de lutte contre les discriminations et des mécanismes de concertation à ce sujet. La Communauté française s'est quant à elle contenté de transposer les directives européennes, et a raté l'occasion de définir ses propres outils de lutte contre les discriminations.

Pour consulter le décret, cliquez ici.
 

08/09/2007

Délation homophobe: un enseignant déplacé en France

Voici ci-dessous le communiqué du centre gay et lesbien de Paris. La lettre de délation est partiellement publiée sur le net (voir le lien en fin de page).

Que se passerait-il en Belgique dans une situation similaire? S´il y a des juristes parmi nos lecteurs...merci de poster un commentaire ou de m´envoyer un mail. Un.e enseignant.e peut-il rechercher des compagnons, des compagnes sur des sites de rencontres s´il y a des images à caractère sexuel explicite?  les sites de rencontres font-ils partie des droits à la vie privée?

 
Enseignants, élèves…Stop à l’homophobie dans l’éducation nationale !
  Etre enseignant, c'est souvent une vocation. Puis un enseignant a une personnalité, une vie privée et aussi une orientation sexuelle.  En France, l'homosexualité est légale et ne doit pas être prétexte à la discrimination.Pourtant, il ne fait pas bon être homosexuel dans l'éducation nationale. Sans pour autant s'afficher, un homosexuel qui ne dissimule pas son orientation sexuelle est taxé de mauvaises mœurs, au mieux il échappe à l'amalgame avec la pédophilie.  Pourtant, à l'éducation nationale comme ailleurs,  chacun crie haut et fort au respect de la vie privée, non à la discrimination, connait les statistiques propres à la pédophilie et sait parfaitement que l'orientation sexuelle n'est pas en cause, la plupart des pédophiles étant hétérosexuels.  Comment expliquer dans ce cas ce qui vient de se produire au Lycée Le Corbusier à saint Etienne du Rouvray en Seine-Maritime ? Lors de la réunion préparatoire de rentrée, le proviseur aurait informé l’assistance que l'un des professeurs de français de l'an dernier, avait quitté l'établissement de son plein gré et que toute rumeur le concernant sera sévèrement réprimandée par l'administration. Dans l'assistance, c'est la consternation, aucun enseignant n'ignore que le professeur de français absent qui n'avait jamais caché son homosexualité,  a fait l'objet d'une lettre de dénonciation anonyme de la part d'une collègue de travail qui en appelle à la morale. En effet, des élèves sont parvenus à se connecter sur un site Internet de rencontres pour adultes homosexuels, y ont trouvé le profil de leur enseignant, avec une photo nu de dos. Ils ont prévenu d'autres enseignants. Ce site Internet n'est pas interdit, il est réservé aux adultes consentants qui doivent créer un compte pour s'identifier. Les parents n'ont pas activé le contrôle parental sur les ordinateurs de leurs enfants, sinon, ils n'auraient jamais pu accéder aux profils des internautes inscrits. Les enfants, leurs parents et les enseignants complices ont attenté à la vie privée du professeur de français en toute impunité, mais pire encore, comme cet enseignant est homosexuel, il fait l'objet d'une sanction pour motif d'immoralité et se retrouve muté dans un autre établissement, soit disant de sa propre initiative.En fait, il a été convoqué au rectorat de Rouen où lui a été proposée une mutation qu’il a acceptée afin d'éviter le risque d'être frappé d'une mesure disciplinaire.  Si les élèves avaient trouvé un profil de leur enseignant sur un site de rencontres hétérosexuelles que se serait-il passé ? Probablement rien, rigolades, complicités et puis c'est tout. La loi interdit la discrimination homophobe sur le lieu de travail, mais dans les faits qu'en est-il ?Combien d'enseignants français sont-ils confrontés à des situations similaires ?  Le Centre LGBT Paris IDF demande que soient enfin prises les mesures nécessaires pour lutter efficacement contre l'homophobie subie autant par des enseignants que par des élèves dans l'éducation nationale.  Christine Le DoaréPrésidente Centre Lesbien Gay Bi et Trans. Paris IDF tél. 06.89.33.78.07 PJ : lettres de délation        Centre Lesbien, Gai, Bi & Trans. de Paris et Ile-de-France • 3 rue Keller • B.P. 255 • 75524 Paris cedex 11•Accueil : 01 43 57 21 47 • Administration : 01 43 57 75 95 •  Site Internet : http://www.cglparis.org • Mail : contact@cglparis.org Membre de l’ILGA-Europe, de l'Inter- LGBT et du SNEGAssociation à but non lucratif Loi 1901,  déclarée au J.O. le 7 avril 1993 • Agrément ministériel au titre de la Jeunesse et de l’Education Populaire depuis le 11 juin 1999

L’association est soutenue par la Mairie de Paris, Sidaction, la DRASSIF,  la DRAC

 Et le passage de la  lettre de délation jointe au communiqué:

voyez

http://mail.google.com/mail/?attid=0.2&disp=inline&view=att&th=114df975eafbdcd1

 

 

 


 

06/09/2007

France: enquête sur l´homophobie en milieu scolaire

Voici un communiqué de SOS Homophobie (France). On peut hélas imaginer que les résultats de l´enquête seraient similaires en Belgique et il me semble qu´il serait pertinent de réaliser la même étude en Communauté francaise où, cependant, les écoles disposent d´un atout précieux: le manuel Combattre l´homophobie à l´école, que je vous invite à lire et à faire connaître autour de vous, si ce n´est déjà fait...

(voir: http://www.enseignement.be/@librairie/documents/respel/doc/HomoPhobie-04.pdf)

Le communiqué de SOS HOMOPHOBIE FRANCE

petitlogososh
 
SOS homophobie a réalisé une étude à partir d'une enquête réalisée à l'échelle nationale (principalement par le biais de son site web) en 2005-2006. Les résultats portent sur 712 réponses au questionnaire.



Les chiffres sont édifiants.



Oui, l'homophobie à l'école est une réalité.



Non, l'Education Nationale ne fait pas ce qu'il faut pour la combattre.



C'est pourquoi SOS homophobie interpelle à nouveau les autorités publiques pour la mise en place, conformément aux engagements du Président de la République, d'une véritable politique de lutte contre l'homophobie.



Qui a répondu ?

Les participants représentent 67 %, les participantes 31 %. Leur moyenne d'âge est de 27 ans et 48% ont entre 15 et 25 ans.

58% des personnes interrogées déclarent avoir été victimes ou témoins d'actes homophobes. (Répartition par sexe : 59 % des participants à l'enquête, 55 % des participantes)



Où cela se passe-t-il ?

Le lycée (40 % des cas) et le collège (38 %) sont les lieux privilégiés de ces actes homophobes.



Quelles sont les formes de l'homophobie ?

Moqueries (29 % des cas) et insultes (26 %) en sont les manifestations principales. Un chiffre est préoccupant : dans 5 % des cas il y a coups et blessures.

Ces faits sont souvent renouvelés ou permanents (46 %).

Autre information inquiétante : 21 % des personnes interrogées déclarent avoir été victimes ou témoins d'homophobie de la part de l'institution (encadrement, administration).



Quelles en sont les conséquences ?

Elles sont alarmantes (plusieurs réponses possibles par questionnaire) :

Baisse des notes : 16 %, mal-être, déprime : 35 %, conduites à risques 9 %, tentatives de suicide 5 %.



Quelle est la réaction de l'institution ?

Ces faits restent souvent ignorés des adultes. En effet 44 % des victimes n'ont jamais osé en parler. Quand la situation est connue, seulement 5 % d'entre-elles ont reçu un soutien de la part de l'encadrement (et 20 % d'entre-elles ont été soutenues par des amis)



Quel est le jugement des victimes ?

Il est sans appel : 89 % pensent que l'homophobie est passée sous silence dans les manuels scolaires et 79 % par les enseignant-e-s. 88 % sont d'avis que l'Éducation Nationale ne fait pas ce qu'il faut et 90 % d'entre-elles pensent que les personnels devraient être formés à la lutte contre l'homophobie.



L'intégralité de cette étude est disponible sur notre site web http://www.sos-homophobie.org



Face à ces chiffres SOS homophobie renouvelle ses appels.



L'institution doit faire des gestes forts, les personnels doivent être formés (IUFM, formation continue), les élèves doivent être sensibilisés, les programmes et les manuels ne doivent plus passer sous silence les questions liées à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre.



Ce sont en effet l'ignorance et les clichés qui constituent le terrain de l'homophobie, de la lesbophobie et de la transphobie ordinaires.



Les associations peuvent obtenir un agrément auprès des rectorats pour effectuer des actions de sensibilisation en milieu scolaire.



Des associations sérieuses qui demandent cet agrément voient trop souvent leur demande refusée, ou plutôt non réellement examinée, sous les prétextes les plus fallacieux : les dossiers ne sont pas parvenus, ou bien il manque une pièce ou, pire encore, sous prétexte que l'association aurait en fait pour but de "faire des rencontres", ou bien que l'"action de l'association, telle qu'elle est présentée, doit s'adresser en priorité aux adultes membres de la communauté éducative" ou encore que "l'orientation sexuelle, comme l'appartenance politique ou confessionnelle, relève d'un choix personnel et privé" (selon les termes employés dans des notifications de refus d'agrément).



Certes, il faut former les personnels de l'Éducation Nationale. SOS homophobie est prête à relever le défi. Mais l'enquête démontre que rien ou presque n'a été fait au niveau des IUFM et des plans académiques de formation (formation continue des personnels).



Et quel usage font les autorités rectorales des trois circulaires ministérielles qui ont mis la lutte contre l'homophobie dans les établissements scolaires à l'ordre du jour et recommandent l'intervention d'associations partenaires si possible agréées ? Ces circulaires n'auraient-elles d'autres fonctions qu'un effet d'affichage ?



Nicolas Sarkozy a pourtant déclaré dans le magazine Têtu d'avril 2007 : "tout ce qui peut être fait à l'école pour expliquer que la différence est une richesse et pas un risque, je le favoriserai". Pendant la campagne électorale, il avait aussi indiqué : "Il me parait également important de sensibiliser l'ensemble des adolescents sur la question des différences et de l'homophobie au cours de leur scolarité".



Pour faire le point sur la situation internationale et le retard de la France en la matière, des associations réalisant des interventions en milieu scolaire et des syndicats ont organisé un colloque du 16 mai (interventions audio disponibles sur notre site web). Suite à celui-ci, un collectif d'associations a pris la décision de solliciter un rendez-vous avec le Ministre de l'Éducation Nationale pour faire le point à ce sujet.



Bien qu'ayant reçu l'agrément d'une Académie, SOS homophobie, victime comme les autres associations de tracasseries et de refus pour une autre demande, va intenter un recours devant le Tribunal Administratif et se joindre à la saisine de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Égalité (HALDE), faite par l'association Couleurs Gaies sur le refus d'agrément qu'elle a reçu de l'Académie de Metz.



Retrouvez ce communiqué de presse et l'analyse des résultats de notre enquête sur notre site web :

http://www.sos-homophobie.org/index.php?menu=1&menu_option=12&sel_an=2007&news=81#chap81



SOS homophobie

c/o CGL, 3 rue Keller, BP 255, 75524 Paris cedex 11

www.sos-homophobie.org

Ligne d'écoute anonyme : 0810 108 135 ou 01 48 06 42 41

Contact presse : 06.28.32.02.50 / sos@sos-homophobie.org

04/09/2007

Rentrée des classes gay et lesbienne

2007 Année de la lutte contre l´homophobie en milieu scolaire

La rentrée des classes concerne aussi des milliers de jeunes LGBT!

Des outils pour lutter contre l´homophobie à l´école

ensemble discrimin

Des références pour lutter contre l´homophobie en milieu scolaire ou en milieu jeunes. Certains des outils s´adressent aux acteurs de l´enseignement, d´autres directement aux jeunes.   

  1. pour les acteurs de l´enseignement, le guide "Combattre l´homophobie, pour une école ouverte à la diversité", diffusé dans toutes les écoles francophones de Belgique. Voyez: http://www.enseignement.be/@librairie/documents/respel/doc/HomoPhobie-04.pdf  

  2. Editée par Ex Aequo, "Le monde de William", une brochure à destination des jeunes de 15 à 20 ans qui se posent des questions sur leur orientation sexuelle. Voyez: http://www.exaequo.be/media/d_EXAbrochwillam_89590.pdf  

  3. Une activité pédagogique sur l´insulte: "Les mots qui font mal" extraite de la section Respel du site www.enseignement.be. Voyez http://www.enseignement.be/@librairie/documents/respel/doc/respel4549_motsquifontmal.pdf 

  4. "Féminin, masculin, c'est pas que de la grammaire !" Editée par le SIPS, cette petite brochure illustrée et colorée aborde simplement et avec humour les différents aspects de la construction de l'identité sexuelle . On y propose aux jeunes de réfléchir, seuls ou en groupe,... Voyez: http://www.sips.be/femmasc.htm  

  5. Holebi's, le dossier homosexualité de "Klasse'" L'homosexualité à l'école, traduction du dossier "Holebi's" (Homosexuels, lesbiennes et bisexuels) rédigé par l'équipe de "Klasse", projet de communication du Département de l'Enseignement du Ministère de la Communauté flamande. Voyez: http://www.enseignement.be/@librairie/documents/respel/doc/KLASSE_HOLEBI_251005.pdf  

  6. Produit par Amnesty international Belgique francophone: "Les dérives identitaires, identités et discriminations , le dossier Papiers libres 2005." Ce dossier pédagogique s’adresse aux écoles secondaires. Voyez: http://www.amnestyinternational.be/doc/rubrique925.html 

  7. La diversité au regard européen: " S’orienter dans la diversité – comprendre les différences culturelles et sexuelles des adolescents " Manuel à destination des éducateurs et des conseillers psychologiques et sociaux pour leur apprendre à bien réagir face aux questions que peuvent avoir les jeunes concernant le fait d'être gai , lesbienne, bisexuel, trans. Voyez: http://www.diversity-in-europe.org/franz/einleitung/ix_einleitung.htm

  8. Produit par Ex aequo encore: " Garçons entr'eux. Filles entr'elles." Ces brochures abordent sur un mode ludique les questions de l'orientation sexuelle, du coming-out, des préjugés, de l'homophobie, de l'amour,du safer-sex, etc. Voyez: http://www.exaequo.be/media/d_EXAbrochgarconWEB2_52260.pdf

16/07/2007

LA FAMILLE, QUEL CONCEPT?

La famille sur le site de la Fédération royale des notaires de Belgique www.notaire.be
 

Un concept qui a fort évolué dans la Belgique du 20ème siècle et davantage dans la Belgique contemporaine. Et pourtant...

Voici un extrait du site du notariat belge, consacré à la famille.  « La familleToutes les sociétés ont toujours été bâties sur la famille, c'est à dire l'ensemble des personnes unies dans le cadre d'un couple ou ayant entre elles des liens de parenté (des personnes qui descendent l'un de l'autre ou d'une personne commune). Même si les tissus familiaux résistent moins qu'auparavant, la famille reste la cellule de base de l'organisation de toute vie sociale.Le couple, base de la famille légitime, se forme par le mariage. Une partie de cette documentation y sera consacrée. Les changements de mentalité, l'évolution de la vie sociale et le désir de nombreux couples de ne pas se lier définitivement ont favorisé le développement d'un autre type de famille, celle qui naît par l'union libre. Une rubrique complète de ce site y est consacrée.Les liens de parenté existant entre les personnes d'une même famille les unissent parce qu'elles descendent l'une de l'autre ou parce qu'elles ont des ascendants communs. Ils proviennent donc des liens de filiation (filiation légitime, filiation naturelle ou filiation adoptive »(www.notaire.be, extrait)  

Le texte commence par une généralité qui me paraît autant abusive qu´inutile. Pire, de la désinformation historienne...Toutes les sociétés n´ont pas toujours été bâties sur la famille, il y a par exemple des sociétés claniques ou dont les « familles » ne sont pas basées sur la notion de couple. On consultera à profit historiens et anthropologues, Malinowski par exemple.

Le couple est-il par ailleurs la base de la famille légitime? Si tel était le cas dans le Code civil, comment appelle-t-on un père ou une mère célibataire avec un ou plusieurs enfants? Ne s´agit-il pas d´une famille légitime? Le code civil fait-il la distinction?

 

Mais soit !

  

Ce qui m´interpelle encore davantage, c´est le logo dont le site des notaires fait usage pour représenter la famille : deux adultes de sexe différent et un enfant. Est-ce à dire que le site n´a pas été mis à jour suite à l´adoption des nouvelles lois sur le mariage et la filiation ? Pour autant que je sache, les personnes de même sexe qui décident de se marier payent les mêmes honoraires aux notaires pour l´établissement des contrats de mariage que les personnes de sexe différent. Sans parler des familles monoparentales, recomposées, etc. Je suggérerais une série de logos représenatnt l´ensemble des possibles ou pas de logo du tout!

 

Ne devrions-nous pas attendre que le site de la Fédération des Notaires, - pour rappel les notaires sont des officiers publics nommés par le roi- présente aux usagers un visage neutre et qui éviterait les clichés? J´entends déjà les trompettes sonner pour nous rappeler que les couples de sexe différent forment la majorité statistique! Ah bon?

Je consulte mon notaire favori pour entendre son docte avis.

Couples de personnes du même sexe, si par malheur, comme cela s´est déjà produit, le notaire du coin refusait de s´occuper de votre contrat de mariage, ne vous laissez pas abattre, changez de notaire et signalez la discrimination au Centre pour l´Egalité des chances

http://www.diversite.be/

Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme | 138, Rue royale - 1000 Bruxelles
Tél: +32 (0)2 212.30 00 | Fax: +32(0)2 212 30 30 | Numéro vert: 0800/12800

Je vous renvoie aussi à mon article BELGE ET FIER DE L´ETRE du 10 juillet 2007 sur le sujet du COUPLE ET DU CODE DES IMPOTS SUR LES PERSONNES PHYSIQUES.

05:47 Publié dans Homoparentalité | Lien permanent | Tags : lesbiennes, droit, famille, discriminations, gays, gays lesbiennes, homophobie, homosexualite, gay | | |  Facebook |

15/07/2007

MICHAEL MOORE, APRES BOWLING FOR COLUMBINE ET FAHRENHEIT 9 11

MICHAEL MOORE PROJETTE UN FILM SUR L´HOMOPHOBIE

memergencynaacp

Rien que du bonheur... si ce projet devient réalité. Michale MOORE, dont on a notamment vu Fahrenheit 911 et Bowling for Columbine, a déclaré qu´il pourrait réaliser son prochain film sur l´homophobie et sur les mouvements anti-homos aux USA.

 

"Je pense que les temps sont mûrs pour s´attaquer à ce sujet. Sur le plan de l´acceptation nous sommes loin de là où nous devrions être.(...) Nulle part dans les 4 évangiles, Jésus n´emploie le mot homosexuel. (Et pour cause, le mot a été inventé à la fin du 19eme siècle, NDLR). L´Amérique de droite a exploité ce gars (Jésus, donc...) pour agresser les homos et les lesbiennes. Il n´a jamais prononcé une seule parole de jugement. Toute personne qui se prétend chrétienne devrait tout de même réaliser cela!"

Le réalisateur cinématographique est optimiste! Il pense que cela ne durera plus longtemps pour que les gays et les lesbiennes obtiennent davantage de droits aux USA.

"Je suis absolument persuadé que je n´ai pas le droit de refuser à un couple qui souhaite se marier le droit de la faire!"

"Chacun a toujours un gay ou une lesbienne dans sa famille ou dans son cercle d´amis!"

Allez d´abord!

Ce courageux homme a son propre site:

http://www.michaelmoore.com/

Par avance, merci, Monsieur MOORE!