30/09/2009

Trois états allemands veulent modifier la constitution pour protéger les gays de toute discrimination

Drapeau de l'Allemagne

Les Etats (Länder) de Berlin, Hambourg et Brême exigent une modification de la Constitution allemande: il s'agit d'y introduire clairement l'interdiction de discriminer les personnes sur base de l'ortientation sexuelle. Ils ont donc déposé une proposition d'amendement auprès du Bundesrat (l'assemblée parlementaire fédérale allemande). A noter que les gouvernements de ces trois états appartiennent à des coalitions différentes qui incluent les Verts, les Socialistes, la Gauche (die Linke), et les démocrates-chrétiens.

Klaus Wowereit, le célèbre maire gay de Berlin, a rappelé que la Constitution allemande de 1949 interdit toute discrimination basée sur le sexe, la race, la langue, les convictions religieuses ou politiques,  ou l'origine.  Cependant, deux catégories de personnes, qui étaient persécutées par les nazis, les handicapés et les homosexuels ne sont pas nommément protégés par l'article 3 de la Constitution de 1949. Depuis 1994, cette lacune a été comblée pour les personnes handicapées, mais ce n'est toujours pas le cas des personnes homosexuelles. 

Il n'est cependant pas sûr que la nouvelle coalition chrétienne-démocrate/libérale en train de se former en Allemagne emboîte le pas à l' initiative des trois états. Jusqu'ici, la CDU (chrétiens-démocrates) s'y opposait, et les libéraux du FDP s'étaient abstenus lors d'un vote précédent. Rappelons que les modifications constitutionnelles nécessitent une majorité des deux tiers, difficilement accessible sans un large consensus.

Sources: presse allemande dont le Berliner Morgenpost, ou, pour une analyse plus détaillée Queer.de

28/09/2009

Elections allemandes et droits LGBT, analyse

Le paysage politique allemand s'est sensiblement modifié hier: exit les socialistes du SPD qui enregistrent une défaite historique, maintien au pouvoir  des chrétiens-démocrates CDU/CSU mais avec un affaiblissement important de leurs scores électoraux, victoire des "petits" partis: les libéraux du FDP, les Verts (die Grüne) et la gauche radicale (die Linke).

La future coalition gouvernementale chrétienne-libérale est déjà connue: elle avait été clairement souhaitée avant le scrutin par les partis qui la formeront.

Politique allemande et droits des gays

Sur le plan symbolique, l'homosexualité affichée du chef des libéraux, Guido Westerwelle, est une bonne chose. Il brigue et, vu les résultats électoraux de son parti, obtiendra sans doute une vice-présidence et le poste de Ministre des Affaires étrangères qu'il a toujours déclaré convoiter.

Angela Merkel (2008).jpg

Les chrétiens-démocrates de la Chancelière Merkel, on le sait,  ne sont pas favorables à davantage de droits pour les gays, et sont plutôt défenseurs d'une vue traditionaliste de la famille. Mais, même s'ils gouverneront et représenteront le pôle le plus important du gouvernement,  ils sortent affaiblis du scrutin. A noter cependant que s'ils perdent en pourcentage, ils gagnent en sièges.

Les libéraux du FDP ont un agenda pro gay plus prononcé: mise sur pied d'égalité complète  du contrat d'union civile et du mariage, ouverture du droit à l'adoption homoparentale et à la fécondation artificielle pour les lesbiennes, gel de l'aide allemande aux pays homophobes.

Il est évident que la politique LGBT ne constituera pas un point central lors des négociations pour la formation du gouvernement, qui se focaliseront sur l'économie et les stratégies de sortie de crise,  mais Guido Westerwelle s'est prononcé en faveur du respect des droits civiques pour tous.

Alors à quoi les gays et les lesbiennes allemands peuvent-ils s'attendre sous la prochaine législature? Sans doute à peu d'innovations, l'homoscepticisme des chrétiens-démocrates freinera tant que faire se peut la bonne volonté libérale. Il faudra probablement se contenter d'un aménagement cosmétique du contrat d'union civile et de la fonction symbolique de l'homosexualité avouée du Ministre des Affaires étrangères.

L'idéal serait, mais cela me semble fort peu probable, que la CDU/CSU accepte que les questions éthiques soient laissées à la libre appréciation des parlementaires, sans intervention du gouvernement. Tous les partis politiques, à l'exception des chrétiens-démocrates, sont en effet favorables à davantage de droits civiques pour les gays et les lesbiennes.

Force sera dès lors aux  gays et aux lesbiennes allemands de rester mobilisés et de continuer le combat. La politique du grignotage s'étant avérée relativement gagnante en Allemagne ces dernières années.

Photos: Wikipedia aux articles Westerwelle et Merkel.



22/09/2009

Un candidat aux élections allemandes, Christoph Bergner (CDU), estime que les gays souffrent de troubles du développement de la personnalité

Christoph_Bergner

Le Secrétaire d'Etat  à l'Intérieur Christoph  Bergner, qui est membre du  Parti chrétien-démocrate allemand, la CDU, le parti de la Chancelière Merkel, est candidat aux élections parlementaires de dimanche prochain dans la circonscription de Halle.

Le 16 septembre, à l'occasion d'un forum électoral dans un lycée,  ce candidat a attribué la suicidabilité accrue des jeunes homosexuels à un trouble du développement de la personnalité chez les gays. Pour faire simple, il considère que les homos sont psychiquement dérangés.

Depuis lors, Monsieur Bergner est aux abonnés absents sur cette question. 

Les associations LGBT allemandes exigent que le parti de Bergner, la CDU, prenne officiellement ses distances par rapport aux propos de son candidat. Elles considèrent de plus qu'un homme qui non seulement émet de tels propos et n'est de plus pas capable d'énoncer les mesures qu'il convient de prendre pour rencontrer les besoins d'adolescents effectivement en danger et pour combattre le climat d'homophobie et de violence dans lequel ils se développent n'est pas digne d'être élu comme représentant du peuple. Un homme qui diffuse de tels préjugés ne doit pas non plus s'étonner d'être la cible des critiques.

Le parti écologique Die Grüne s'est depuis lors associé aux critiques des associations gayes et lesbiennes et exigent également que la CDU prenne ses distances par rapport aux déclarations de son candidat.

C'est d'autant plus grave que Monsieur Bergner est actuellement Secrétaire d'Etat avec pour portefeuille l'Intérieur, un département qui est supposé prévenir et combattre toutes formes de violences, dont l'homophobie. Et dire que Bergner est un scientifique: il est en effet Dr en agronomie...

En consultant le site électoral du candidat, je n'ai, sauf erreur de ma part,  rien trouvé sur l'affaire en question à l'heure de poster cette fiche.

A noter que le propos de Monsieur Bergner n'est en soi pas dénué d'intérêt: oui il y a un risque de suicide considérablement accru chez les jeunes gays et lesbiennes, et oui, il se peut qu'ils présentent des troubles du développement. Mais ce n'est pas parce qu'ils sont gays ou lesbiennes, c'est parce qu'ils sont obligés de croître dans un environnement souvent hostile et enclin aux préjugés, dans lequel ils se sentent souvent obligés de se cacher et ne peuvent se développer harmonieusement comme notamment homosexuels. Ce qui est scandaleux, c'est que cet homme politique ne propose pas aussitôt des remèdes à la problématique qu'il dit constater.

Sources: la presse allemande, dont p.ex. Queer.de ou Halleforum.de