29/06/2010

Die Verzauberten: Munich expose ses seniors gays

verzaubert_start

Pour fêter les 30 ans de la Gay Pride munichoise (Christopher street day), le Musée de la Ville de Munich présente une petite exposition de photographies organisée en collaboration avec le Centre gay et lesbien munichois (SUB). L'exposition présente les photographies de onze seniors du monde gay de la capitale bavaroise par la photographe Susie KNOLL. Chaque photo est accompagnée d'un récit de vie raconté par la personne photographiée, qui évoque ce qu'elle a vécu en tant que gay dans son histoire personnelle.

Un catalogue en ligne permet d'avoir un bon aperçu de l'exposition et de lire les récits de vie. Le site Queer.de, qui consacre un article à l'exposition,  a mis la galerie des photos en ligne.

Une exposition émouvante qui évoque tant les souffrances passées que le profond désir de vie de ces onze hommes.

Infos pratiques: du 2 au 18 juillet au Münchner Stadtmuseum, Sankt-Jakobs-Platz (mardi au dimanche, de 10 à 18H)

altehomos-03-

 altehomos-01-

07:24 Publié dans Photographie | Lien permanent | Tags : photographie, seniors, susie knoll, munchen stadtmuseum, csd, photo, photos | | |  Facebook |

24/02/2010

Circus Christi, une expo photographique mettant en scène un Christ gay fermée suite aux menaces de catholiques ultras.

circus

A Grenade, une exposition du photographe Fernando Bayonna, mettant en scène un Christ gay, a dû être annulée suite aux plaintes de groupes catholiques et aux menaces de catholiques ultras. Parmi les sujets figure un Christ torse nu caressé par deux apôtres, les doigts dans la plaie rappelant l'incrédulité d'un Thomas. 

bayonajesus10

Organisée à l’université de la ville, l’exposition intitulée « Circus Christi » devait raconter en quatorze clichés sensuels l’histoire d’un Christ gay. La Vierge Marie a les traits d’une prostituée et Joseph, ceux d’un dealer. Jésus s’initie au sexe avec Marie Madeleine puis passe à l'amour gay.  

L’exposition a provoqué de nombreuses réactions dont celle d’associations catholiques et groupuscules d'extrême droite qui ont demandé son interdiction de manière plus que comminatoire.

L’auteur des photos a en effet reçu des menaces de mort et s’est étonné des extrêmes que son œuvre a suscités. Considérant ne pas pouvoir assurer la sécurité des visiteurs, l’Université de Grenade a décidé d’annuler l’exposition qui devait se tenir jusqu’au 5 mars.

Ces photographies ne sont pas pornographiques mais plutôt homo-érotiques. Elles ne sont en rien scandaleuses, sauf dans le regard de ceux par qui le scandale arrive. Si l’exposition n’avait pas fait référence à la religion, on aurait du mal à deviner que c’est du Christ dont il s’agit. 

Les cathos ultras ont obtenu l'effet contraire à celui qu'ils escomptaient. Au moment de la fermeture, 38 personnes avaient visité l'exposition. A présent, les internautes diffusent massivement les photographies de Fernando Bayonna et l'expo est accessible en ligne. Les extrémistes catholiques ont réalisé le miracle de la multiplication à l'infini des photographies. Chapeau bas!

Visitez aussi le site de l'artiste pour voir d'autres oeuvres ou le contacter. (Circus Christi est la dernière galerie de photos à droite sur la partie du site qui présente les photos de l'artiste).

bayonajesus1

 bayonajesus3

bayonajesus4

bayonajesus5

bayonajesus6

bayonajesus7

bayonajesus8

bayonajesus9

bayonajesus11

bayonajesus12

bayonajesus13

05/02/2010

Casse-toi! Un livre du photographe Jean-Marie Périer sur les ados homos chassés par leurs familles

casse-toi

Le photographe Jean-Marie Périer publie ce 8 février un livre intitulé Casse-toi! (Sous-titre: Crève mon fils, je veux pas de pédé dans ma vie)  Un document dans lequel les témoignages bouleversants d'adolescents des rues se mêlent à son indignation.

david_j_m_perier


Tous les jours, des jeunes sont chassés par leur famille uniquement parce qu’ils sont homosexuels. Jean-Marie Périer est allé à la rencontre de ces adolescents jetés à la rue du jour au lendemain, sans soutien, sans argent et sans avenir. Il oeuvre désormais pour que cesse cette situation intolérable. (Photo: Périer et David, au Refuge)


"Certains parents, lorsqu’ils découvrent l’homosexualité de leur fils ou de leur fille, se déchaînent contre leur enfant : insultes, coups, flicage, séquestrations, tout arrive. Avec, au final, une même conclusion : « T’es gay ? Casse-toi ! » Touché par la détresse de ces adolescents bannis et révulsé par l’aberration d’être puni pour le seul fait d’aimer une personne du même sexe, Jean-Marie Périer, le célèbre photographe des années 1960 et de Salut les copains a eu envie d’agir : en rencontrant ces jeunes venant des quatre coins de France et issus de tous milieux, il s’est engagé à porter leur voix. Pour que l’histoire de Sandra, Antoine Hassan, Jimmy et les autres, rejetés par leurs parents, bouscule les idées reçues. Pour que l’on parle enfin d’homosexualité sans tabou ni mauvaise foi, et qu’au début du XXIe siècle, chacun puisse être libre d’aimer sans avoir peur."


Pour vous faire une idée de ce livre, vous pouvez lire en découvrir les quatorze premières pages gratuitement  en cliquant ici.

Plus d'infos:

  • Ces jeunes homos rejetés par leurs parents (un article de l'Express),

  •  le site de Jean-Marie Périer

  • Le site de l'Association Nationale Le Refuge (la seule structure en France, conventionnée par l'Etat, à proposer un hébergement temporaire et un accompagnement social, médical et psychologique aux jeunes majeurs, filles et garçons, victimes d'homophobie.

    Ceux-ci ont besoin d'une prise en charge spécifique et d'une écoute rassurante et déculpabilisante, d'autant plus nécessaires qu'ils sont victimes de préjugés et de discriminations au sein même des populations marginalisées et que le personnel des structures d'hébergement traditionnelles n'est pas formé spécifiquement.

    La structure offre un accompagnement d'un mois renouvelable, éventuellement un hébergement temporaire au sein de ses appartements-relais, ce qui permet au jeune de se reconstruire. Il décide lui-même s'il souhaite retourner dans sa famille - la structure engage alors un travail de médiation familiale - ou faire une rupture totale. Le travail du psychologue consiste alors à l'armer pour ce deuil.)

04/12/2009

Photographie: Nath-Sakura expose à Nîmes

affiche sakura

La nouvelle exposition de NATH-SAKURA s'intitule "Pour en finir une bonne fois pour toutes avec la photographie". Elle aura lieu du 4 au 31 décembre 2009 à la galerie Chez moi, chez toi, 9 rue Gauthier, à Nîmes (Quartier Gambetta). On y découvrira des tirages géants sur tissu des dernières oeuvres de la photographe ave...c des couettes
Le Vernissage aura lieu le 4 décembre de 18 h à minuit.
--> Plus d'infos sur le site de la galerie : http://www.chezmoicheztoi.net

Si vous êtes dans la région, une exposition à ne pas manquer!

nath sakura

L'artiste

200px-Nathalia-aout2006d

Nathalie Balsan-Duverneuil, dite Nath-Sakura (née le 21 novembre 1973 à Gérone, Espagne - ) est une photographe française. Elle a été membre du courant Fetish-SM art au début des années 2000 avant de s'en dégager et créer un style propre. Journaliste à Midi Libre, elle est photographe de presse pour le compte de plusieurs quotidiens francophones.

Nath-Sakura est journaliste professionnelle, photographe, auteure de 5 ouvrages et docteur en philosophie. Exposée au Macba, 1er prix de photojournalisme à Melbourne, elle est artiste associée de la Fondation Bertold.
http://www.nath-sakura.fr

La démarche artistique de Nath-Sakura est caractérisée par trois éléments essentiels. La question de l'identité, notamment de l'identité sexuelle, intimement liée à une réflexion sur le regard, vis-à-vis d'autrui et de soi-même et à la question des passages, notamment dans le cadre du transsexualisme. La construction en deux plans des images, où les ombres jouent un rôle décisif puisqu'elles donnent sens à l'image elle-même (comme dans la photographie intitulée Transition secrète, où l'ombre d'une paire de ciseaux explique les mains crispées du modèle sur son bas ventre). Et les thématiques fétichistes enfin, qui décontextualisent les situations en les plaçant dans un univers qui ne peut pas être, par essence, celui du spectateur. Intimement liée à sa démarche personnelle de réassignation d'identité, l'œuvre de Nath-Sakura n'est pas neutre et ne peut laisser insensible.

Sources de l'info: Wikipedia, facebook , le site de l'artiste

Plus d'infos sur l'expo: voir l'article qu'y consacre Midi libre

06:36 Publié dans Photographie | Lien permanent | Tags : photo, photographie, nath-sakura, transgenre, transsexualite, trans, fetichisme, identite sexuelle, nimes | | |  Facebook |

26/08/2009

Photographie: expo Sophie Calle au Bozar

calle
L'exposition des oeuvres photographiques de Sophie Calle est ouverte aux Palais des Beaux-Arts de Bruxelles depuis fin mai et peut encore être visitée jusqu'au 13 septembre.

calle2

Voici la présentation qu'en fait le site du Bozar:

L'exposition rétrospective de l'artiste française Sophie Calle contient une vingtaine de projets autobiographiques qui retracent sa vie suivant un fil chronologique.

27.05.2009 > 13.09.2009                                                                

 

Sophie Calle est écrivain, artiste narrative, photographe, cinéaste ou même détective. Elle est sans doute un peu de chaque, selon les personnages qu'elle interprète, les rituels qu'elle imagine, les morceaux de sa vie qu'elle raconte et les moyens dont elle se saisit pour les raconter. L'artiste exploite fréquemment la méthode de l'enquête et son œuvre consiste le plus souvent en l'association de la photographie et de l'écrit. Sophie Calle se met en scène dans ses productions artistiques, mêlant habilement sa vie personnelle et son projet artistique. Elle invente ses propres règles du jeu afin d' « améliorer la vie », lui donnant ainsi une structure, un sens.

  
Pour BOZAR, Sophie Calle a choisi de « s’exposer », en axant cette rétrospective autour d’œuvres retraçant sa vie. L’exposition CALLE SOPHIE se déroule suivant un fil chronologique, balisé d’une vingtaine de projets autobiographiques. Une voix, celle de Frédéric Mitterrand, accompagne le visiteur et raconte à sa manière cette vie, qu’elle met en scène pour la faire passer au stade de fiction, pour donner à entendre une « histoire ».


calle3

  
Sophie Calle, née en 1953, vit et travaille à Paris. Elle a présenté M’as-tu vue? à Beaubourg en 2004. Choisie pour représenter la France lors de la dernière Biennale de Venise (2007) où elle était par ailleurs invitée par le commissaire général dans le pavillon international, elle y a présenté Prenez soin de vous comme elle l’a fait à la Bibliothèque Nationale de France l’année d’après.

Son


Un interview de France De Kinder et Emmanuel Perrotin au sujet de Sophie Calle sur Radio France Internationale. Cliquer sur l'hyperlien:  - 1077kb

Un reportage interview de Sophie Calle à l'occasion de l'exposition de la BNP (La Télé libre)

Un dossier pédagogique consacré à l'artiste

L'exposition se termine malheureusement un peu tôt dans l'année scolaire pour que les enseignants aient l'occasion d'y organiser une visite pédagogique avec leurs élèves. Si c'était cependant le cas, un excellent dossier pédagogique avait été réalisé par le Centre Pompidou de Paris à l'occasion de l'exposition M'as-tu vue de 2004. Il est entièrement consultable en ligne et intéressera certainement tout amateur de l'oeuvre de l'artiste. Cliquer ici pour accéder au site du parcours pédagogique. On pourra aussi lire l'article qui est consacré à l'artiste sur Wikipedia.

J'avais déjà mentionné la présence des oeuvres de Sophie Calle à Beaubourg dans mon billet du 10 juin 2009. 

Intitulés des photographies

 1. Le Nez, 2. Où et quand? Lourdes, 3. Les seins miraculeux

15:54 Publié dans Photographie | Lien permanent | Tags : sophie calle, bozar, palais des beaux-arts, photo, exposition, photographie | | |  Facebook |

21/08/2009

Visions de nus: une expo au Stadtmuseum de Munich

nude05

                                                                           Arabe avec fleurs, nu, 1935 par Herbert List

L'exposition qui se tient encore jusqu'au 13 septembre au Musée de la Ville de Munich est consacrée au Nu dans l'histoire de la photographie. Elle présente 220 photographies originales extraites des collections du Musée et couvre l'ensemble de l'histoire de la photographie: de 1845 à 2005. L'exposition s'organise en différents chapitres de l'histoire de la photo du Nu.

La première section présente des photographies des débuts de l'ère photographique. Il s'agit de photos de nus inspirées de la peinture et de la sculpture: les modèles prennent des poses inspirées de l'idéal du corps humain comme on le concevait à l'Antiquité  puis à la Renaissance. Cette section est suivie d'une section symboliste  fin de siècle: le Nu y devient l'expression des états de l'âme.  Un chapitre est ensuite dévolu aux images naturistes sensées incarner  l'idéal national-socialsite. On verra encore la section consacrée à l'image de la femme fatale, ou aux images qui se servent de l'Orient comme d'un prétexte à l'exposition de la nudité. L'exposition présente ensuite les expérimentations abstraites et surréalistes du 20ème siècle. Elle s'intéresse encore à l'utilisation du corps dénudé dans la mode. Le nu masculin y est aussi analysé comme une expression de l'émancipation homoérotique dans les représentations imagées.

La catalogue, dont la photographie de couverture ravira sans doute nos lectrices lesbiennes, peut se commander en ligne chez divers fournisseurs.

nude07

Catalogue Nude visions chez KEHRER VERLAG: il existe en anglais ou en allemand.

Pour les connaisseurs, voici quelques noms d'artistes connus présentés à l'occasion de cette exposition: Auguste Bellocq, Ruth Bernhardt, Guy Bourdin, Josef Breitenbach, Francis Bruguière, František Drtikol, Frank Eugene, Gertrude Fehr, Franz Fiedler, Hans Feurer, Ulrike Frömel, Vincenzo Galdi, André Gelpke, Heinz Hajek-Halke, Franz Hanfstaengl, Fritz Henle, Martha Hoepffner, Louis Igout, André Kertesz, Germaine Krull, Lehnert & Landrock, Helmut Lederer, Cheyco Leidman, Herbert List, Manassé, Guglielmo Marconi, Will McBride, Pierre Molinier, Eadweard Muybridge, Serge Nazarieff, Floris M. Neusüss, Helmut Newton, Dennis Oppenheim, Guglielmo Plüschow, Gerhard Riebecke, Helmut Roettgen, Franz Roh, Hermann Stamm, Otto Steinert, Bert Stern, Alfred Stieglitz, Sasha Stone, Karel Teige, Juergen Teller, Wilhelm von Gloeden, Gerhard Vormwald, Edward Weston, Clarence White, Willy Zielke

06:45 Publié dans Photographie | Lien permanent | Tags : nu, photographie, photo, photos, exposition, munich, munchen, stadtmuseum munchen, homoerotisme, gay, lesbienne | | |  Facebook |

19/08/2009

Une grande rétrospective Von Gloeden s'ouvre à Capri (photographie)

gl17

Capri, haut lieu historique de l'homosexualité européenne, rend hommage à la photographie du baron Von Gloeden dans la villa du comte Fersen, un autre homosexuel célèbre. L'exposition est organisée par la Fondazione Capri.

Une exposition qui mêle les parfums les plus subtils de l'art, de l'homosexualité, du luxe et de la décadence. Les photographies et objets exposés sont en dialogue avec la beauté architecturale de la villa qui garde le souvenir du passage de figures emblématiques gayes des deux siècles passés.

gl18

C'est aujourd'hui que s'ouvre l'exposition “Dionysos à la Villa Lysis”, consacrée à W. von Gloeden. Elle peut s'y visiter jusqu'au 4 octobre. Elle est annoncée comme l’une des plus importantes jamais consacrées au photographe: elle comprendra 100 photographies originales, ainsi que des négatifs et divers documents, provenant de la collection Alinari (Florence), qui a pu réunir l’archive la plus importante de l’oeuvre de von Gloeden. 

villalysis

La Villa Lysis, à Capri, fut construite par le comte Fersen (1880-1923) et nommée ainsi d’après le jeune interlocuteur de Socrate dans le dialogue platonicien qui porte son nom (Lysis ou De l'Amitié). Elle se trouverait non loin de l’emplacement où Tibère fit construire sa propre villa, rendue célèbre par un passage de Suétone. Lieu mythique et lieu tragique à la fois: le comte Fersen s'y donnera la mort, suite à la révélation de ses amours masculines. Roger Peyrefitte,  dans son roman L’exilé de Capri, retrace la vie du comte Fersen. 

gl3 

Biographie de Wilhelm Von Gloeden

Wilhelm von Gloeden est l'un des plus grands photographes de nu masculin. Il est aussi l'un des pionniers de la photographie de plein air.

gl5

Après avoir étudié l'histoire de l'art à Rostock, il suit une formation de peintre. Pour soigner sa tuberculose, le Baron von Gloeden se rend sur le conseil de son médecin en Sicile à Taormina en 1878. Le peintre Otto Geleng qui vit déjà à Taormina lui a parlé de ce lieu paradisiaque. Emerveillé par les paysages siciliens, mais surtout par la beauté sauvage et brute des jeunes paysans de Taormina, il s'initie à la photographie, aidé aussi bien par les photographes locaux que par son cousin Wilhelm von (ou Guglielmo) Plüschow qui vit à Naples et qui est, lui aussi fasciné par le corps des jeunes Italiens du sud de l'Italie.

gl1

Von Gloeden devient rapidement célèbre pour ses clichés d'éphèbes dont les poses sont très inspirées de l'art antique. Il se dégage de ses photographies de nu masculin une puissance homoérotique peu égalée. Il reçoit la visite d'un autre futur grand photographe du genre, vers 1900, en la personne de Rudolph Lehnert. Très rapidement il devient très apprécié des esthètes de son temps qui lui commandent des clichés: les écrivains Anatole France, Gabriele d'Annunzio, Oscar Wilde, mais aussi le Kaiser Guillaume II,  Edouard VII, le roi d'Angleterre qui popularisa le nudisme, et même le roi du Siam. Plusieurs de ses photographies sont exposées et publiées dans les plus grands magazines spécialiés. Cela peut sembler surprenant, compte tenu du contexte homophobe de l'époque. Mais, si de nombreuses photographies exhalent le désir homosexuel, elles semblent tolérées du fait de l'alibi de l'héritage culturel grec et surtout, aucun des clichés réalisés par von Gloeden n'est pornographique.

gl4

Au début de la guerre en 1914, von Gloeden décide de rentrer en Allemagne. Lorsqu'il revient à Taormina, il a beaucoup perdu de son inspiration et peu de son goût pour la photographie. Il faut dire que nombreux sont ses modèles qui ont péri à la guerre et que les contraintes des normes sociales sont désormais plus dures. Il meurt en 1931 et repose dans le cimetière protestant de Taormina. L'un de ses fidèles modèles et ami, Pancrazio Bucini, surnommé Il Moro, hérite du fonds photographique (probablement quelque 7000 clichés). Le fonds est malheureusement saisi par les fascistes en 1933 et 1936, qui en détruisent environ soixante pour cent, et Il Moro est condamné pour détention de photographies pornographiques. Mais l'oeuvre du Baron est reconnue comme oeuvre d'art et son jeune protégé libéré. Il parvient à récupérer 800 négatifs environ. A sa mort en 1963, Il Moro les laisse à son fils qui les vend à un antiquaire. Depuis 2000, le fonds von Gloeden se trouve au Musée Alinari de Florence. Les tirages collectionnés durant le 20e siècle par les amateurs du travail de von Gloeden sont heureusement nombreux, tout comme les cartes postales ou catalogues d'exposition.

Gl7

Son œuvre rencontre encore de nos jours un vif intérêt, notamment dans la communauté homosexuelle. Roland Barthes a préfacé une monographie de von Gloeden. Si aujourd'hui Taormina continue de s'enorgueillir du séjour de von Gloeden, elle n'est plus vraiment un "spot" très couru par les homosexuels.

Source de la biographie: Wikipedia

Source des photos: le site de la Fondazione Capri

GL15