JO: 6 médaillées lesbiennes sur les 13 en compétition

Parmi les athlètes lesbiennes et fières de l'être (celles qui ont fait leur coming out) connues qui ont participé aux JO de Pékin, six reviennent avec une médaille. De l'or, de l'argent et du bronze notamment en football, handball et softball! Katja Nyberg’s: quatre goals pour la Norvège dans la finale de handball contre la Russie,Natasha Kai, USA,  avec son goal décisif en football dans la demi finale, et l'argent pour Vicky Galindo et Lauren Lappi...

Pour en savoir plus, lire par exemple 365gaynews.com en cliquant sur l'hyperlien.

Un gay, six lesbiennes, soient 7 LGBT sur 14 participant.e.s! De quoi lancer un cocorico arc-en-ciel!

16:18 Publié dans Sport | Lien permanent | Tags : jo de pekin, handball, football, gay, sport, lesbienne, jo, pekin, softball, jeux olympiques | | |  Facebook |

JO: de l'or pour un gay! Matthew Mitcham



Matthew Mitcham, le sauteur australien ouvertement gay, a remporté la médaille d'or avec le plongeon (planche à 10 mètres) le mieux noté dans l'histoire des jeux olympiques lors de la finale. Il ravit la palme au favori chinois avec un score de 112.10.


Tous les détails se trouvent sur samesame.com.au, sur 365gaynews ou encore sur gaywired.com. Merci, Matthew pour l'excellence de la performance, le plaisir des yeux que tu nous offres, et le courage du coming out dans le monde du sport!



Voici une vidéo d'archive

A propos de son coming out, cliquer ici.  

07:23 Publié dans Sport | Lien permanent | Tags : jo, jeux olympiques, pekin, plongeon, mitcham, coming out, gay | | |  Facebook |


Athlètes lesbiennes aux JO

Le site AfterEllen repris par 365gaynews.com évoque les athlètes femmes participant aux jeux de Pékin et qui seraient ouvertement lesbiennes. Ainsi l'américaine Vicky Galindo. Intéressé.e? Pour plus de photos et d'infos, clique ici.



07:45 Publié dans Sport | Lien permanent | Tags : jo, pekin, lesbienne, sport, coming out | | |  Facebook |


JO et gays chinois

Avec les jeux olympiques, les gays chinois connaissent-ils davantage de problèmes?C'est ce à qui répond cet article (en anglais) d'un site de news gay néo-zélandais

Ahead of the Olympics, are China's gays in trouble?
By Craig Young
6th August 2008 - 08:20 pm


In March 2008, The UK Gay Times reported that as the Beijing 2008 Olympic Games draw closer, there have been several raids on Beijing and Shanghaigay venues and cruising grounds, as well as arrest of independent HIV prevention activists.

While China decriminalised male homosexuality in 1997, police asked for addresses ofindependent LGBT activists in February 2008, while there have been reported raids on Beijing's Oasis gay sauna, the Destination club, and cruising grounds in Dongden Park and Haidan District, and Shanghai clubs and saunas have also been raided. Police are reported to be curtailing sex work as Beijing prepares for the Olympics, and male sex workers seem to be the focus of these inquiries.

Moreover, Hu Jia, an independent HIV prevention campaigner, was jailed for three years in April 2008 after criticising China's state HIV prevention programmes as 'inadequate.'

In Gay Times' latest issue, Sally Howard writes her own account of what happened in Beijing and Shanghai, which provides an alternative account of what happened earlier this year:

Reports cited police swoops on two Beijing bathhouses and raids of major gay nightclubs in Beijing and Shanghai (March 9th), interrogations in gay ‘cruisey park' Dong Dan in the east of Beijing (March 17th), police bids to snare male sex workers by posting fake responses to adverts on Beijing Tongzhi LGBT website, and ID raids on the homes of two Beijing HIV activists and a gay website editor (March 21st).

However, according to Howard, what might have actually happened, and for whatever reason, may be quite different. Edmund C, one of the Beijing Destination venue managers, argues that the raid happened because officials were concerned about the impact of large crowds and fire safety, which is a legitimate concern quite apart from allegations of homophobic harassment, primarily from western-based gay media and Chinese dissident sources.

Howard notes that despite reported harassment, the Beijing scene is thriving, and has its own 'muscle queens' and 'lady boy' drag queens- as well as 'money boy' male sex workers who do it for the yuen. Beijing scene participants acknowledge the repression of the rural peasant Maoist conservative past, but note that urbanisation and access to higher education has provided younger Chinese gay men to flock to the prosperous East Chinese urban sprawl, and participate in that nation's economic transformation.

However, as Howard also notes, traditionally, Chinese history and society have been more inclusive of same-sex relationships than the Christian West:

By many measures, gay culture in China has a prouder, and more progressive, lineage than its Western counterpart. Same-sex relationships have been documented in China since the Zhou period (1100-256 BC). In official records of the Han dynasty (206 BC to AD 220), for example, 10 emperors are listed with the names of their male lovers. Through successive dynasties homosexual expression was accepted, so long as it was an addendum to the Confucian duty to marry and perpetuate the family name. The only blister on this smooth timeline was 1740's official decree outlawing homosexual activities. However, as the decree was largely the result of the influence of Western Christian missionaries, it was roundly ignored by a Chinese populace who didn't subscribe to their interlopers' trendy view of ‘shamefulness'.

And what about the scenes in various Chinese cites? Here, Howard draws attention toa legitimate reasonfor police attention to venues - drugs.

It is important to recall that South East Asia is a hub of the P/crystal meth trade, and that no-one could blame the Chinese authorities for wanting to spare their gay (and other) citizens from the ravages that deadly drug has wrought in the United States- to say nothing of the public health costs and HIV/AIDS prevention aspects of such interdiction:

Do the scenes differ between Chinese cities? "Definitely," says LB. "In Shenzhen [the modern city in the south of China that's become a playground to Hong Kong and Taiwanese businessmen] the scene is very developed; there's a large gay area. Shanghai is more metro and much more image-orientated. The guys there look good, but the scene is very much about drugs, so they have more of a problem with the police [seminal Shanghai gay club The Dip was closed down last year after a drugs raid]." And Beijing? "In some ways it's more conservative," says LB, "but it's the best. It has the style nights on Thursdays at LAN club – very glitzy, very attitude. And, you know, it has Destination," LB waves his hands around in a sweeping arc to illustrate the point.

Howard raises an excellent point. Should we believe everything we read in the western media, or are we unintentional victims of 'spun' geopolitical biases from the United States? It is certainly the case that China's continued occupation of Tibet and repression of its people are reprehensible, as was its support for Pol Pot in Cambodia in the seventies and eighties, and its assistance to the brutal Islamist regime in Sudan, and the plight of its Christian African inhabitants in Darfur.

However, so for that matter is the US-led Iraqi occupation and its warmongering ruminations directed against Iran, whatever one might think of Tehran's Shia Islamic Republic and its maltreatment of Iranian lesbians and gay men, and its assistance to anti-occupation rebels, with similar human rights abuses to their credit.

However much one might condemn both Beijing and Washington for what happens abroad, not everything those respective superpowers do is motivated by desire for geopolitical advantage. The Taliban were actively engaged in homophobic violence, religious persecution and ethnic cleansing in Afghanistan. In the former Yugoslavia, Milosevic led a barbaric racist and nationalist regime in Belgrade until NATO intervened against its ravages in Bosnia and Kosovo.

As for China, not all dissidents have clean hands. What about Falun Dafa (Falun Gong), which independent investigators have concluded is an authoritarian cult that also has a conservative Buddhist homophobic bias? Moreover, it should also be remembered that while it trails Europe and South America in LGBT rights terms, China did finally decriminalisemalehomosexuality (1997) six years before the United States (2003). India, the other rising power, still has not done so.


'Beijing begins clean up': Gay Times 356 (May 2008): 62:

Sally Howard: "Torch Song Beijing" Gay Times 359 (August 2008):


© Copyright GayNZ.com


11:40 Publié dans Sport | Lien permanent | Tags : homophobie, chine, jo, gay, discrimination, hiv, sida, mst, jeux olympiques, pekin | | |  Facebook |


Sport et homosexualité: une campagne de la holebiederatie

Vue hier dans le journal flamand De Standaard, l'affiche de la campagne de la holebifederatie (fédération flamande des associations gaies et lesbiennes): Est-ce que vous pensez en ce moment au sexe? Nous non plus!


La campagne vise les préjugés autour de la thématique sport et homosexualité: ce n'est pas parce que des sportifs sont homos qu'ils flirtent constamment sur les terrains de sport, dans les vestiaires ou à la cafétaria...Fair play, fair gay.

Voici le communiqué de presse de la Holebifederatie consacré à cette campagne. Plus d'infos, contacter l'adresse email en fin de communiqué.

Gent, maandag 28 juli 2008

Holebifederatie:"Denkt u nu aan seks? Wij ook niet".

In de Standaard van maandag 28 juli is een paginagrote advertentie van de Holebifederatie gepubliceerd. Die kadert in de Solidariteitsprijs 2008. Homofobie in de sportwereld is het thema. De advertentie toont twee met modder besmeurde achterwerken van rugbyspelers in volle actie. Het opschrift luidt: "Denkt u nu aan seks? Wij ook niet". Daarmee wil de Holebifederatie duidelijk maken dat ook homoseksuele sporters aan sport doen voor het plezier, en voor de sport.

De advertentie klaagt de opvatting aan dat je "maar best oppast als je met een homoseksuele teammaat onder de douche staat".

"Er zijn geen homoseksuele rolmodellen in de sportwereld", zegt Yves Aerts. "Homosporters zien het vaak niet zitten om hun coming-out te doen. De sportwereld is immers een machowereld. Fysiek contact tussen ploegleden is normaal, denk maar aan voetballers die een goal scoren. Het idee dat een homo op dezelfde manier fysiek zou zijn, wekt dan weer afgrijzen op. Dat is totaal onlogisch en ongegrond", besluit Aerts.

Het onderschrift van de advertentie wil de lezer hierop wijzen: "Wees blij als er nog eens een homoseksuele teamgenoot rond je nek vliegt. De kans is groot dat jullie ploeg gescoord heeft".

Uit een Nederlands onderzoek is gebleken dat bijna een kwart van de ondervraagde holebi’s die sport beoefenen in een reguliere sportvereniging, hun holebiseksualiteit verzwijgen voor de medespelers. Slechts 9,5% doet een coming-out. De resterende 66% van de ondervraagden had slechts een aantal medespelers ingelicht.

De advertentie werd ontworpen door VVL BBDO.

Voor meer informatie kan u terecht bij
Yves Aerts
Woordvoerder Holebifederatie
0475-43 16 41

Johan Vandepoel
02-421 22 00

07:08 Publié dans Sport | Lien permanent | Tags : homophobie, homosexualite, sport, gay, lesbienne | | |  Facebook |


Pour un football non homophobe: Euro 2008 à Vienne

L' association Qwien avait organisé un concours d'affiche pour combattre l'homophobie dans le football, voici l'affiche gagnante

06:45 Publié dans Sport | Lien permanent | Tags : football, gay, homophobie, wien, vienne, euro 2008 | | |  Facebook |


Chine: les J.O. ne seront pas gays

Voici un article publié sur le site BAKCHICH (cliquer ici pour accéder au site)


Drapeau arc-en-cielolypicDrapeau arc-en-ciel

Avant les J.O l’ambiance n’est pas très gay

Chine / dimanche 6 avril par Doug Ireland

La police chinoise fait le ménage. Et rien n’échappe à sa vigilance. La communauté gay en fait les frais. Les rafles se multiplient dans les quartiers homosexuels de Pékin, où il ne fait décidément pas bon sortir de la norme !

La vague d’intimidation et de répression en Chine avant les Jeux Olympiques cible aussi les homosexuels. Selon un courriel du Docteur Wan Yanhai, le militant gay et anti-Sida le plus en vu en Chine, le mois de mars a été l’occasion de nombreuses rafles policières à Pékin et à Shanghai. Il estime que les autorités chinoises ont sévit contre la communauté gay « au niveau national ».

Le Dr. Wan Yanhai n’est pas n’importe qui. Fonctionnaire dans le ministère de Santé publique, il a perdu son poste en 1994 à cause de sa participation à des campagnes d’information sur le sida et à son soutien pour l’idée d’égalité des droits des homosexuels, hommes ou femmes. Après son licenciement du ministère, Wan Yanhai a fondé l’association anti-Sida Aizhixing Action Project (les caractères chinois pour « Aizhixing » représentent l’amour, le savoir, et l’action, et sont un jeu sur le mot chinois pour Sida). L’association milite également pour la liberté d’expression sur Internet.

Enlevé et arrêté en 2002 pour avoir diffusé un rapport gouvernemental interne sur le scandale du sang contaminé en Chine (près d’un million de personnes ont été contaminé par le VIH dans 23 des 30 provinces chinoises), Wan Yanhai n’a été libéré qu’un mois plus tard après une campagne mondiale protestant contre son arrestation. En 2006, il était de nouveau arrêté pour avoir accusé le gouvernement de « s’être endormi » sur le Sida en Chine. Dans le même temps, une conférence sur le Sida qu’il avait organisé, où était attendu des délégués des associations et fondations anti-Sida du monde entier, était purement et simplement annulée sur ordre gouvernemental. Son travail sur le Sida et pour les droits de l’homme est pourtant reconnu. Ainsi a-t-il reçu un prix de l’association Human Rights Watch.

Rafles en série

Dans son courriel, Wan Yanhai raconte en détail certaines des rafles. Tout a commencé le 9 mars 2008 par une descente de police à « Destination », la boîte gay la plus branchée de Pékin. Les autorités ont prétexté que la discothèque était « surpeuplée » et ont ordonné sa fermeture plusieurs jours durant. Selon d’autres informations récoltées a Pékin par Bakchich, la police avait vidé la discothèque de tous les non-asiatiques avant de procéder aux interpellations et cela afin d’éviter qu’un diplomate ou un étranger influent puisse témoigner de la manière de procéder des forces de l’ordre.

Le 17 mars, des policiers armés et des officiers du Bureau de la sécurité publique descendaient dans le parc Dongdan dans le secteur Est de Pékin, connu comme un lieu de drague gay. Selon Wan Yanhai, la police a « amené les gays dans le commissariat qui se trouve à l’intérieur du parc, où au moins une quarantaine de personnes ont dû attendre leur tour pour être interroger. Tous ont été contraints de montrer leurs papiers d’identité. Ils ont ensuite été forcés d’écrire leurs noms sur une feuille et de la tenir sur leur poitrine pendant que la police les photographiait. Les plus réticents ont été retenus pour des interrogatoires prolongés. Un bénévole de l’Aizhixing Action Project faisait parti du lot. Les policiers ont prétendu qu’ils ne retrouvaient pas son nom dans les fichiers informatiques, et il a fallu l’intervention de l’avocat de l’Aizhixing Action Project pour qu’il soit libéré.

La police a justifié cette arrestation collective par un meurtre qui avait été commis dans le parc quelques jours auparavant. Mais lors des interrogatoires, pas une seule question sur le sujet ! Durant les jours qui ont suivi cette rafle, des véhicules de polices ont continué à patrouiller et à faire des contrôles d’identité inopinés. Pour la moindre imprudence, les gens étaient amenés au commissariat. Dans l’après-midi du 22 mars, deux jeunes gens étaient arrêtés au moment même où ils entraient dans le parc. »

Bains gays, chat room…Rien n’échappe à la police de Pékin

Un autre épisode du même genre s’est produit le 20 mars dans l’Oasis, les bains gays les plus populaires de Pékin. Selon Wan Yanhai, « plus de 70 personnes, tous des clients ou des employés du club, ont été arrêtés. Après plus de 30 heures de détention, les clients de l’établissement étaient libérés, alors que les employés étaient eux gardés derrière les barreaux. A l’aube du 21 mars, la police descendait à nouveau dans un autre bain Oasis près du Pont Dongsishitiao, où cette fois, les employés étaient tous arrêtés. A ce jour, les deux bains restent fermés sur ordre de la police. Un bain gay dans un autre secteur de la ville était aussi fermé par les autorités, ainsi qu’un bain gay à Shanghai. »

Par ailleurs, selon une annonce du chat room gai Beijing Tongzhi (le mot « tongzhi », littéralement « camarades », a été largement adopté par les gays chinois pour se désigner eux-mêmes), au moins 80 « travailleurs du sexe » ont été arrêtés. Selon l’annonce, « depuis quelques jours Pékin nettoie la ville et sévit contre le commerce du sexe. Plus de 80 travailleurs du sexe sont actuellement sous les verrous. Pourtant ce site n’accueille personne dont les intentions sont illégales. Nous espérons que tout le monde se concerte pour s’opposer à cela. Merci pour votre coopération ! »

Wan Yanhai n’est pas le seul à faire part des actions policières contres les gays. Selon le site internet chinois le Shanghai-ist, « la rafle dans la boîte Destination de Pékin a eu lieu le même soir qu’une rafle contre le PinkHome de Shanghai, où plusieurs gays ont été arrêtés. De telles mesures répressives prises si rapidement contre les lieux et les espaces publics fréquentés par les gays sont inédites en Chine, notre effarement n’en est que plus justifié. »

Il est vrai que le nombre de boites, bars, et bains gay a connu un accroissement ces dernières années, notamment depuis le changement du statut des homosexuels. En 1997, le terme de « voyou » a été retiré du Code criminel à l’égard des gays arrêtés pour « sollicitation » dans des endroits publics (C’était l’accusation préférée contres les gays que la police soupçonnait de draguer.) Les actes homosexuels ont ainsi eté décriminalisés et, en avril 2001, l’homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales.

Nettoyage avant les J.O.

Selon un interlocuteur de Bakchich à Pékin, « les autorités ont commencé ce ‘nettoyage’ pour signaler à la communauté gay qu’il fallait qu’elle se montre discrète pendant les JO. Le gouvernement voyant d’un mauvais œil tout ce qui n’est pas considéré comme ‘normal’ ou ‘bien rangé.’ Pékin veut faire fuir des grandes villes tout ceux qui ne possèdent pas le passeport interne requis pour y résider. En outre, certains soupçonnent que les rafles dans les boîtes et les bains pourraient avoir un rapport avec la corruption. De nouveaux commissaires de police ont été nommés à Pékin, et il n’est pas rare qu’ils intimident des commerçants gays en leur demandant de payer un bakchich pour pouvoir travailler tranquillement. »

Malheureusement, cette vague évidente d’intimidation des gays chinois n’a pas encore attiré l’attention de la presse. Tout comme le fait que Hu Jia, le dissident condamné à trois ans et demi de prison le 3 avril, est aussi un militant anti-SIDA notoire et un proche collaborateur de Wan Yanhai. Ni Le Monde, Libération, Le Figaro, France-Soir, ou le Nouvel Observateur, en rapportant la réclusion de Hu Jia, n’ont trouvé nécessaire de mentionner le fait qu’il est le directeur exécutif de l’association Aizhixing Action Project fondée par Wan Yanhai, mais aussi qu’il est le fondateur d’une autre association anti-SIDA, Love Source. (Entre 2002 et 2005, Hu Jia passait plusieurs mois par an dans les "villages du sida" des régions où des paysans très pauvres ont été victimes de l’affaire du sang contaminés dans des centres de transfusion. « Beaucoup de gens mouraient, se souvenait-il ; en tant que bouddhiste, il m’incombait de passer du temps avec eux pour alléger leurs souffrances. » )

Et si Hu Jia croupit aujourd’hui au fond d’une cellule, il y a lieu de s’inquiéter aussi pour l’avenir de son ami Wan Yanhai.