03/06/2010

Belgique: 1000 euros pour le meilleur travail de fin d'études!

françois delor

Arc-en-Ciel Wallonie et la Coordination Holebi Bruxelles, les fédérations wallonne et bruxelloise francophone des associations lesbiennes, gayes, bi, trans et intersexué-e-s (LGBTI) ont lancé pour l’année académique 2009-2010 un prix du travail de fin d’études. On peut déjà imaginer que le prix sera reconduit pour l'année 2010-2011.

Le prix « François Delor » – d’un montant de 1000 € – vise à récompenser un travail de fin d’études contribuant de manière originale à l’enrichissement des connaissances sur les questions et les cultures LGBTI (lesbiennes, gayes, bi, trans et intersexué-e-s).  

L’objectif du prix est d’encourager les travaux réalisés autour de cette thématique et d’accroître leur visibilité et leur légitimité.

Les travaux de fin d’études visés doivent avoir été défendus dans toute discipline des sciences humaines et sociales (histoire, lettres, sociologie, anthropologie, psychologie, philosophie, droit, sciences politiques, sciences de l’éducation, criminologie, sciences de la communication, sciences économiques, géographie humaine, histoire de l’art, traduction…). 

Le prix concerne tant les travaux de masters universitaires que les travaux de bacheliers.

Pour le règlement, cliquez ici.
Pour le bulletin de participation, cliquez ici. 

Biographie et bibliographie de François Delor

François Delor est né le 15 mai 1959 à Jemappes. Sociologue chercheur au Centre d’études sociologiques des Facultés universitaires Saint-Louis et psychanalyste, il est décédé à Bruxelles (Etterbeek) le 3 septembre 2002. Après un rapide parcours professionnel assez éclectique (séminariste, clerc de notaire, assistant social,...), il est devenu très actif dans le champ de la prévention du sida dès 1990. En 1994, il fonde l’association Ex æquo, qui met en œuvre des actions de prévention du VIH/Sida à l’intention des hommes qui ont des rapports sexuels avec d'autres hommes. En 2001, il créé l’Observatoire du Sida et des sexualités aux Facultés universitaires Saint-Louis. Ses recherches ont notamment porté sur les vulnérabilités face au risque VIH, sur les trajectoires des personnes séropositives (il est, entre autres, l’auteur de l’ouvrage « Séropositifs. Trajectoires identitaires et rencontres du risque » paru aux éditions L'Harmattan en 1997), sur les discriminations à l’égard des gays et des lesbiennes ainsi que sur la reconnaissance et l’injure. Mais laissons place aux paroles de François Delor, qui se raconte: "En 1991, l'épidémie du sida est incontournable. Engagé comme permanent dans la prévention et l'aide aux malades, l'occasion m'est ainsi donnée d'une rencontre avec le sérieux et le pire. Occasion aussi d'une rencontre avec le politique et début d'un énervement qui ira croissant face à des "discours" et des pratiques qui blessent les personnes les plus vulnérables. (...) C'est ainsi que peu à peu, le traitement social des personnes atteintes, sans aucun doute, mais aussi, et plus progressivement, le discours au sujet des sexualités minoritaires ou stigmatisées se sont inscrits en moi comme véritable souci politique. (...) A partir de ces interrogations au sujet du risque du sida, (...) il était important à mes yeux de resituer ces questions dans le contexte d'aujourd'hui et de développer davantage les liens entre le contexte contemporain et le maintien, voire l'émergence, de fragilités identitaires, de blessures personnelles et de dominations."

Via Arc-en-ciel Wallonie

Les commentaires sont fermés.