30/05/2010

Biologie de l'homosexualité: neurobiologie versus anthropologie sur Parlez-moi d'amour

Balthazart_biologie_homosexualite

                                                                   Comme on était tous scotchés devant l'Eurovision de la Chanson, peu d'entre nous auront choisi l'option d'écouter hier soir la discussion entre Jacques Balthazart et Chris Paulis animée par Gabrielle Stefanski sur la RTBF. Neurobiologie versus anthropologie. Voici la présentation qu'en fait la RTBF:

Vices et ... vers ça : 

Les deux théories sur l'homosexualité ne sont pas nouvelles, et chacune a montré ses avantages mais aussi ses écueils.

Paru aux éditions Mardaga en début de cette année 2010 l’ouvrage de Jacques Balthazart " Biologie de l’homosexualité"  relance une fois encore le débat.

Pour le professeur Jacques Balthazart directeur du Groupe de recherches en Neuroendocrinologie du Comportement  à l'Université de Liège, les études scientifiques sont suffisamment nombreuses pour affirmer que " on naît homosexuel, on ne choisit pas de le devenir" .

L'origine de l'homosexualité est davantage à chercher dans la biologie des individus que dans l'attitude de leurs parents ou dans les décisions conscientes des sujets concernés affirme-t-il.

Chris Paulis , anthropologue spécialiste de la sexualité ,chef de travaux à la même Université de Liège  oppose à cette thèse plutôt figée celle de l’évolution et du choix de chacun de son  orientation sexuelle.

 Regards croisés entre science et sciences humaines  

Biologie de l'homosexualité - Jacques Balthazart , éditions Mardaga

Heureusement les avancées de la science nous donnent accès au différé et au podcast de l'émission: cliquer ici  pour écouter le débat.

Au même propos, rappelons la soirée de discussion de lundi soir à l'ULB avec Michel Dorais et Jacques Balthazart sur leurs derniers ouvrages autour du thème:"On ne devient pas homo, on l'inné? L'actualité d'un vieux débat".

 

Les commentaires sont fermés.