15/04/2010

Le Vatican ajoute la honte de l’homophobie à l’infamie de la pédophilie, le communiqué de David et Jonathan

David & Jonathan, mouvement homosexuel chrétien [France], est révulsé de l’amalgame que le cardinal Tarcisio Bertone, Secrétaire d’État du Vatican, a fait lundi 12 avril à Santiago du Chili, liant une fois de plus pédophilie et homosexualité. Le cardinal s’inscrit en cela dans la suite de l’instruction (approuvée par le pape) qui, depuis novembre 2005, interdit l’ordination d’homosexuels pour « parer tout risque » de pédophilie dans le clergé. En octobre 2009, Mgr Silvano Tomasi, Observateur permanent du Vatican auprès de l’ONU, avait soutenu le même point de vue.

Cette affirmation gratuite insulte l’intelligence. Tout en se parant de l’autorité de psychothérapeutes, quitte à les instrumentaliser, Bertone n’avance jamais les preuves de ses allégations. L’affirmation d’un lien structurel et sans nuance entre homosexualité et pédophilie est tout aussi contestable que l’association entre célibat et pédophilie. La pédophilie est majoritairement hétérosexuelle dans la société, au sein des institutions comme des familles. Dans l’Église, si de nombreuses victimes de prêtres pédophiles sont des garçons, c’est que le clergé, centré sur le monde masculin, est beaucoup moins au contact de filles.

Cette affirmation est une agression envers tous les homosexuel-le-s – dont certains sont catholiques, laïcs ou prêtres –, une fois de plus stigmatisé-e-s et diffamé-e-s par de hauts responsables catholiques. Notre association demande à tous les catholiques et à leurs pasteurs de se désolidariser avec clarté des propos du cardinal. Il ne suffit pas d’en demander pardon mais de modifier réellement tous les propos ou comportements qui induisent une haine des homosexuel-le-s.

Cette attaque est une réponse inadaptée au scandale de la pédophilie. S’il n’y a pas de lien nécessaire entre célibat et pédophilie, le célibat des prêtres vécu sereinement n’est pas ici en question. En revanche, une approche idéalisée ou le refoulement de la sexualité, la fixation obsessionnelle sur le « péché », un célibat mal assumé, une vision négative de la femme comme « tentatrice »… cantonnent certains prêtres et religieux dans l’immaturité affective et sexuelle, exacerbent leurs pulsions et favorisent chez eux des conduites déviantes ou de substitution. Concernant la pédophilie de ses prêtres, la hiérarchie catholique semble prendre le parti des victimes et abandonner la culture du secret. Mais elle continue pourtant d’ignorer le cœur du problème : la puissance incontrôlée de ceux qui ont « autorité » et le défaut d’équilibre affectif de certains de ses prêtres.

La hiérarchie catholique passe maintenant à l’offensive et veut faire diversion en allumant des contre-feux à sa mise en cause publique, de la part de ses propres fidèles notamment. Sa première parade a été d’exprimer une compassion voire des regrets envers les victimes tout en affirmant sa solidarité avec tous les prêtres, évêques et pape « injustement diffamés ». Après s’être posés en victimes de l’« acharnement médiatique », certains responsables catholiques cherchent des boucs-émissaires pour expier leurs fautes à leur place et les dispenser d’assumer leurs responsabilités, en changeant en profondeur leurs comportements ou leurs discours. Faisant cela, ils ne semblent pas prendre la mesure du discrédit de leur parole en matière de morale et continuent de se poser en experts dans ce domaine. Mais, ils ne font qu’ajouter la honte de l’homophobie à l’infamie de la pédophilie.

Patrick Sanguinetti, co-président et porte-parole de David & Jonathan Contact : 06 73 60 98 04, communication@davidetjonathan.com

Les commentaires sont fermés.