25/02/2010

Tempête dans un bénitier hollandais: un feuilleton catholique aux Pays-Bas. Le refus d'eucharistie à un gay se transforme en bombe arc-en-ciel

gijs

La tradition de la désignation d'un Prince Carnaval est bien sûr allemande mais elle touche aussi certaines provinces limitrophes de Belgique et des Pays-Bas. Le Prince Carnaval préside aux réjouissances et aux festivités qui marquent la fin de l'hiver. Il s'agit d'une dignité recherchée. On n'y élit que des personnalités très populaires dans leurs communautés.

C'est ainsi que dans le Sud de la Hollande, la petite ville brabançonne de Reusel a élu à la dignité carnavalesque Gijs Vermeulen (photo), un jeune homme de 24 ans qui se trouve être à la fois homosexuel déclaré et catholique pratiquant. La tolérance hollandaise n'est pas à souligner et c'est tout normalement que le jeune homme, barman de son état, avait mis l’accent sur sa relation avec son compagnon de vie dans la revue officielle du carnaval 2010, affichant la photo de son  ami, avec qui il vit depuis 5 ans et  qui  fait partie de sa suite « princière ».

luc_buyens_

La tradition du pays veut aussi  que pendant la période du Carnaval une messe soit célébrée à laquelle assistent tous les participants officiels et pendant laquelle le Prince Carnaval lit un texte aux fidèles. Avant cette célébration, le curé de la paroisse, l'abbé Luc Buyens, très inquiet du respect du droit canon,  a appelé le Prince Carnaval pour lui signaler qu' en raison de son style de vie homosexuel ouvertement revendiqué il ne pouvait s'approcher de la Sainte Table pour y communier.  Le curé, pris entre le fer (l'enfer?) du droit canon et l'enclume de la tradition, a ajouté qu’il lui donnerait simplement une bénédiction (une petite croix tracée sur le front) lorsqu’il s’approcherait de la Sainte Table le premier, comme c’est aussi l’usage. Le Prince élu protesta pendant une demi heure au bout du fil, mais le prêtre refusa de revenir sur sa décision.

Gijs Vermeulen s’est vivement plaint de son curé. Ne voulant pas  gâcher la fête , il a assisté à la messe et fait la lecture prévue, mais ne s’est pas déplacé pour recevoir la bénédiction du prêtre. Mais dès après les festivités, le jeune homme s'est publiquement plaint de ce qu'il considère comme une brimade en raison de son orientation sexuelle. « Cette histoire ne me fait pas rire du tout. J’ai été élevé en catholique, j’ai été baptisé et j’ai été confirmé. Mon grand-père et ma grand-mère trouvent l’affaire épouvantable », a-t-il déclaré, ajoutant que après son entretien avec le conseil paroissial « on verrait bientôt la queue de cette  petite souris » (une expression néerlandaise pour exprimer que cette petite affaire finirait par faire grand bruit).

Le conflit s'élargit

Et l'affaire a effectivement fait grand bruit tant dans la presse néerlandaise que dans les milieux associatifs LGBT hollandais. L'évêché a dû intervenir pour rappeler les positions de l'église catholique: les homosexuels sont les bienvenus dans l'église et sont admis à la communion seulement s'ils sont repentants et ne pratiquent pas d'actes homosexuels; l'église catholique ne juge pas les personnes homosexuelles, qu'elle respecte, mais les actes. Divorcés et homosexuels sont accueillis mais invités à s'abstenir de participer à la communion.

Les associations homosexuelles se sont alors mobilisées et ont appelé à la manifestation et à la participation massive aux messes du dimanche de l'abbé Buyens, et ce pendant plusieurs semaines. Voici leur communiqué: "Ensemble nous pouvons soutenir une position claire: les homosexuels croyants doivent être pris en compte comme des membres à part entière de l'église. les prêtres ne peuvent leur refuser les sacrements. Il s'agit là d'une discrimination pure qui n'est plus de notre époque."

Dimanche passé, le curé de Reusel, d'accord avec son évêché, a refusé de distribuer la communion à l'ensemble des fidèles qui assistaient à l'eucharistie. La mobilisation des homosexuels avait en effet conduit le curé à consulter son évêque, Mgr Hurkmans de 's Hertogenbosch (Bois-le-Duc), et à décider ne pas distribuer la communion pour éviter péchés et sacrilèges. Les militants présents arboraient un triangle rose apposé sur leurs vêtements.

Suite au refus de communion,  un catholique gay de la paroisse voisine de Cuijk dans le Brabant, Robert Cooijmans, a porté officiellement plainte  contre le curé de la paroisse de Reusel. Le jeune homme accuse le P. Luc Buyens de « discrimination », affirmant que son propre curé ne lui a jamais refusé la Sainte Hostie.

La police de Cuijk a confirmé le dépôt de plainte. Une autre action en justice est attendue de la part d'un deuxième activiste gay qui avait fait le voyage de Reusel et qui avait été expulsé de l'église paroissiale après avoir tenté de s'emparer du micro : Christian Ouwens, 31 ans, est catholique et étudiant en théologie. Il soutient que le refus de la communion dans son cas ne repose sur aucune loi de l'Eglise, surtout pas le canon 915 qui prévoit celui-ci  pour ceux qui s'obstinent dans un grave péché public. Dans le doute, affirme-t-il, la communion doit être donnée, le « salut de l'âme de la personne constituant la plus haute loi de l'Eglise ».

261px-Sint-Jans-Hertogenbosch


En attendant les militants gays et lesbiennes ont prévu une autre action : l'assistance massive à l'une des messes qui seront célébrées dimanche prochain en la cathédrale Saint-Jean de Den Bosch.

Le site de l'évêché rappelle pour sa part que l'Eglise ne refuse pas systématiquement la communion aux homosexuels.  Voici le communiqué publié sur le site de l'évêché :

« L'évêché de 's Hertogenbosch a conseillé au P. Buyens, curé de Reusel, de ne pas distribuer la sainte communion lors de la messe de dimanche dernier, parce que la célébration de "l'Eucharistie n'est pas le lieu adéquat pour une action de protestation." Les évêques des Pays-Bas ont demandé de manière répétée aux prêtres d'entourer le sacrement de l'Eucharistie du plus grand respect.

L'évêché signale que les personnes ayant des tendances homosexuelles ne sont pas exclus par définition de la réception de la sainte communion. L'évêché sollicite le respect des convictions de l'Eglise catholique romaine selon lesquelles les personnes qui pratiquent l'homosexualité s'abstiennent de recevoir la sainte communion.

Le P. Buyens a eu par deux fois une conversation pastorale, pendant la période du carnaval, avec le Prince Carnaval de Reusel, et lui a demandé de s'abstenir de s'approcher de la communion. Pendant la messe, le prince est reste assis à sa place.

L'évêché est prêt à répondre à la demande d'entretien formulée par le journalist du Gay Krant Henk Krol lors duquel celui-ci souhaite créer une forme de compréhension mutuelle. Dimanche dernier, plusieurs hommes et femmes homosexuels, parmi lesquels Krol, étaient présents à Reusel. »

Le politique s'en mêle

triangle rose

La prochaine action de protestation est donc prévue  dimanche prochain à la cathédrale Saint Jean de Den Bosch, à la messe de 10 heures. Les participants à l'action de protestation sont invités à se réunir à partir de 9H15 au café De Hart van Brabant, situé juste en face de la cathédrale.

liliane

La présidente du PvdA [le parti des travailleurs, ce parti qui vient de quitter le gouvernement hollandais, entraînant sa chute], Lilianne Ploumen, sera présente à cette messe et a appelé à une mobilisation massive. Elle demande notamment aux hétérosexuels de se montrer solidaires en venant protester dans la capitale du Brabant dimanche prochain. "Ce qui se passe ici est si dépassé, si médiéval, que j'espère que la cathédrale Saint-Jean sera peine à craquer dimanche", a-t-elle déclaré." Comme d'aures, elle arborera dimanche un triangle rose portant l'inscription Jésus n'exclut personne (Jesus sluit niemand uit).

(A suivre)

Sources: toute la presse hollandaise, et surtout l'ensemble des articles que le Gay Krant y a consacrés. Voir le dernier d'entre eux, qui reprend tous les liens précédents. Voir aussi le site de l'évêché de Den Bosch.

Videos

Pour ceux qui pratiquent le néerlandais, voici deux vidéos qui présentent divers épisodes de ce feuilleton cathogay. Et pour les autres, les images parlent souvent d'elles-mêmes si vous avez lu le texte qui précède. La première présente une interview de responsables des fêtes carnavalesques et du curé de Reusel. La seconde présente le point de vue de militants gays venus assister à la messe de dimanche passé.

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.