08/02/2010

Les chroniques d'Ouranos, prix RDG du roman lesbien 2009

Prix_RDG_VeroBreger_Chroniques_Ouranos

UN article paru sur le site Media-G.net

C'est dans une ambiance festive que le prix RDG du roman lesbien 2009 a été remis à Véronique Bréger pour ses Chroniques d'Ouranos, l'un des rares romans de SF sur fond de romance lesbienne.

Ce samedi 6 février 2010, un an jour pour jour après la première édition de ce prix littéraire organisé par le site République du Glamour, c'est une trentaine de spectatrices qui ont assisté à la remise du prix du roman lesbien 2009 aux Chroniques d'Ouranos, le sixième roman de Véronique Bréger, « un roman original et recommandé », écrivait Media-G à l'occasion de sa sortie.

Ce prix, sans doute, salue également la qualité et l'originalité de l'ensemble de l'œuvre de Véronique Bréger qui, de
Champ, contrechamp (2004) à La nuit des orpailleurs (2009) en passant par Kilomètre 24 (2005), En souvenir de demain (2006), À titre provisoire (2007), Open Space (2009) et Les chroniques d'Ouranos (2009) a su à chaque roman enrichir de ses belles histoires l'espace de la littérature lesbienne et ainsi devenir une incontournable figure de l'écriture lesbiennes.

Les autres romans sélectionnés pour ce prix étaient Allez au diable Vauvert d'Isabelle Blondie, Tous les soirs de ma vie d'Isabelle Zribi, Les chroniques d'Ouranos de Véronique Bréger, Un Amour Prodigue de Claudine Galéa et Colombe Clier, Le dernier chaos de Caroline Ellen et Le Jardin de Shahrzad. De Vida.
Quant au jury, il était composé de Stéphanie Arc, auteure, Vicky Jaime, République du Glamour, Christelle Lagattu de la Dixieme Muse, Marjorie Marcillac de Têtue, Judith Silberfeld de Yagg et de Veryfriendly, portail lesbien et gay.

Le
site de Véronique Bréger.

Voici ce qu'en pense l'auteure (extrait de son site)

_Vero_Breger_Brive_2009_s

Une première fois marque une étape, un palier, le franchissement d’un cap.

Le prix République Du Glamour du meilleur roman Lesbien de l’année est mon premier prix littéraire.

 

Cette première me touche d’autant, qu'elle couronne Les Chroniques d’Ouranos, un roman qui a failli ne jamais sortir de ma clé USB. Au passage, je remercie chaleureusement Guillaume Widmann qui est le premier à y avoir cru !

 

Autre point marquant, ce roman a fait l’unanimité du jury.

 

Le pari était simple, la prise de risque réelle.

 

Sortir des sentiers battus et vous offrir un roman de science-fiction capable non seulement de ravir les aficionados du genre mais aussi les réfractaires, c’était mon premier objectif. Le second... ... vous embarquer !

 

Quand on se plonge dans un cycle de neuf mois de travail et d’investissement sur un projet d’écriture, on n’a ni envie de se tromper, ni envie de décevoir.

 

Aussi je l’avoue, je suis heureuse, très heureuse !

 

Merci !

Un extrait des Chroniques d'Ouranos

LeschroniquesdOuranosweb

                                                                                                                  Extrait :

Soann se déplaça vers le premier arbre. Il était planté dans un grand bac disposé en contrebas du niveau où elle se situait. Elle estima que le socle devait faire environ trois mètres de haut sur cinq de diamètre.
Toucher. Elle s’accroupit, posa sa main sur la surface granuleuse de la terre marron clair.
Sentir. Elle ferma les yeux un instant sur la perception de la matière dans sa paume. C’était la première fois qu’elle caressait de la terre sans protection. Une terre saine, vierge de tout immondice.
Humer
. En pénétrant dans le caisson elle avait été saisie par l’odeur qui s’en dégageait. La fraîcheur aux relents inconnus l’envahit. Habituée à toutes les puanteurs possibles et inimaginables elle ne se rappelait pas une telle sensation.

Elle redressa la tête sans se relever. Les feuilles n’avaient pas la même couleur à l’envers qu’à l’endroit. Vu d’en-dessous le flanc était plus clair. De longues stries en forme de veines couraient le long de la surface lisse. Sa main s’attarda un instant sur le tronc rugueux et inégal. Une fine particule de bois se détacha et tomba sur la terre. Tout cela semblait irréel.

Pour commander le roman, cliquer ici

 

Les commentaires sont fermés.