06/02/2010

Rwanda : les homosexuels défendent leurs droits souvent bafoués

125px-Flag_of_Rwanda_svg

Je vous partage cet article découvert sur le site de l'agence de presse Syfia-grands-lacs concernant la condition des personnes LGBT au Rwanda. Un article de Jean Fichery Dukulizimana.

(Syfia Grands Lacs/Rwanda) Au Rwanda, le nouveau Code pénal en cours de révision ne criminalise plus l’homosexualité. Mais les droits des gays et lesbiennes, qui disent ne suivre que leur penchant naturel, ne sont pas respectés par la société et ce qui rend difficile leur vie quotidienne.

Des malades mentaux, des déviants, des déprimés, des acculturés… Les homosexuels sont traités de tous les noms par une partie des Rwandais qui les trouvent bons à être tués ou jetés en prison. Regroupés dans leur association, HOCA (Horizon Community Association), les homosexuels rwandais brisent aujourd'hui le silence après de longues années de travail dans la clandestinité et réclament haut et fort le respect de leurs droits et leur reconnaissance par l’État. Des membres de la communauté lesbienne, gay, et bisexuelle, avec l'appui de la société civile, font tout pour essayer de faire comprendre leur nature afin d'échapper à la marginalisation dont ils font l'objet.
Depuis fin 2009, le débat sur l'homosexualité a été soulevé au niveau national par la révision du Code pénal. Les homosexuels se sont battus pour en faire supprimer les articles qui pénalisent leur comportement. Ils ont obtenu gain de cause. Une évolution saluée par les organisations de défense des droits de l’homme. "C’est une avancée, car le comportement strictement privé des homosexuels ne porte aucune atteinte à la liberté des autres", estime Pascal Nyilibakwe, secrétaire exécutif de la Ligue de défense des droits de la personne dans la région des Grands Lacs (LDGL).

Pour lire la suite de l'article, cliquer ici

06:55 Publié dans LGBT | Lien permanent | Tags : rwanda, homosexuel, homosexualite, homophobie, discrimination, gay, lesbienne | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.