03/02/2010

L’homosexualité ne doit pas être un tabou à l’école

Paris, le 3 février 2010

Communiqué de presse inter associatif : SOS homophobie et Inter-LGBT

Christine Boutin, ancien membre du gouvernement Fillon et présidente du Parti Chrétien-Démocrate, a adressé vendredi une lettre publique au ministre de l'Education Nationale, Luc Chatel, dans laquelle elle l’appelle, "au nom du respect de la neutralité de l’Education nationale", à affirmer son opposition au court-métrage d’animation Le Baiser de la lune "en obtenant l’interdiction de sa diffusion". Ce conte, qui s’adresse à des enfants en classe de CM1 et CM2, met en scène une histoire d’amour entre deux poissons du même sexe.

chatel-carre

Il est regrettable que Luc Chatel, interrogé ce mercredi 3 février sur RMC, ait confirmé que le ministère de l’Education nationale ne soutient pas la diffusion de ce film, estimant que la lutte contre l’homophobie n’a pas sa place à l’école primaire, mais exclusivement dans le secondaire. La diffusion de ce film lui semble "prématurée", et son discours s’aligne ainsi sur celui tenu par des mouvements de droite ultra-conservateurs.

Peut-être Monsieur Chatel n’a-t-il pas eu l’occasion de se renseigner davantage sur le contenu précis de ce projet, qui n’a pas vocation à traiter des relations sexuelles, mais du sentiment amoureux. Il ne s’agit pas non plus de faire du prosélytisme, et donc de ne plus être neutre "philosophiquement ou politiquement", comme l’en accuse Madame Boutin, mais simplement de montrer la diversité des relations amoureuses. Il ne saurait y avoir de hiérarchie entre les différentes façons d’aimer, que l’on soit hétérosexuel-le, lesbienne, gay ou bi. Pourquoi les enfants de CM1 et CM2 n’auraient-ils accès qu’à une seule vision du couple, une seule voie possible d’épanouissement, qui serait le modèle hétérosexuel ?

De très nombreuses études en pédopsychiatrie ont prouvé que le questionnement sur le désir amoureux existe dès l’école primaire. Mais il est évident que les outils pour aborder ce sujet, et les discriminations liées à l'orientation sexuelle qui peuvent aller avec, ne peuvent être traités à l'école primaire, au collège ou au lycée qu'en prenant en compte l'âge des élèves et leur maturité. C’est pourquoi le court-métrage Le Baiser de la lune pourrait être un bon outil pédagogique pour amorcer un discours pluriel, et ainsi faire prendre conscience de la diversité des relations amoureuses.

Le film de Sébastien Watel, en abordant l’homosexualité de façon poétique et en ne la réduisant pas à sa dimension sexuelle, aiderait à une meilleure acceptation de l’homosexualité, et ferait donc œuvre d’utilité publique en luttant contre les discriminations. La prévention est une clé de voûte essentielle pour la lutte contre l’homophobie. Et c’est en agissant tôt que l’on peut éviter que se perpétue le climat homophobe (insultes, mises à l'écart, brimades...) qui peut régner dans les collèges et lycées, et ainsi faire en sorte que les adolescent-e-s homosexuel-le-s traversent moins douloureusement cette période de découverte de soi, qui peut amener certain-e-s à mettre fin à leurs jours.

C’est pourquoi, nous, SOS homophobie et Inter-LGBT, en appelons au Ministère de l’Education nationale, afin qu'il affirme la nécessité d’aborder les relations amoureuses dans leur diversité dès l’école primaire, et soutienne le projet Le Baiser de la lune, ainsi que toute autre action, privée ou publique, qui aiderait à une meilleure acceptation de l’homosexualité à l'école. Car les enfants n'attendent pas le collège pour lancer des insultes homophobes.

Contacts presse :
SOS homophobie : Bartholomé Girard, président - 06 28 32 02 50
Inter-LGBT : Philippe Castel, porte-parole - 06 25 76 81 92

Les commentaires sont fermés.