03/09/2009

Elections grecques et droits des gays: un commentaire désabusé

Suite à mon post de ce matin, Gay Super Hero, un ami blogueur grec, relativise la position des partis grecs.

Le commentaire de Gay Super Hero

Les "liberaux" n'ont acquis que 0,2% des votes aux dernières élections européennes. Ils ne sont pas vraiment une force politique dans le pays. Les socialistes sont vaguement "homo-friendly" mais sans beaucoup de conviction pour faire avancer les choses (un peu comme Prodi en Italie).

Ce n'est pas vrai non plus que "les partis d'opposition se sont tous déclarés en faveur d'un contrat d'union civile". Le parti communiste (8% aux dernières elections) et le parti d'extrême droite LAOS (7%) sont définitivement contre. La gauche radicale et les écolos se prononcent "friendly" d'une manière aussi distraite que les socialistes mais ils doivent se battre pour être représentés dans le nouveau parlement.

Ma réponse

Cher Gay Super Hero,

Merci de nous avoir apporté ces précisions. Ta lecture de la politique grecque est évidemment précieuse, l'approche qu'on peut en avoir chez nous ne peut être qu'approximative!

Cependant, quelles que soient les nuances, j'ai tout de même envie de te répondre plus généralement sur la capacité que nous avons d'influencer les politiques.

Faire de la politique, c'est bien sûr d'abord constater un état de fait, mais c'est loin d'être suffisant. Depuis Moïse, personne n'attend plus que les cailles tombent toutes rôties du ciel politique. La manne céleste ne viendra bien sûr pas toute seule, surtout lorsqu'il s'agit des droits des gays, des trans et des lesbiennes que les politiques considèrent comme un détail infime et non porteur par rapport aux véritables enjeux des élections: la crise économique, la corruption, l'envie de pouvoir, les feux de forêts, etc.

C'est à nous de devenir pro-actifs, 'assertifs', de faire du lobbying et de nous constituer en une force significative, minoritaire certes, mais incontournable. De là mon appel à l'unité et à la mobilisation des gays, des trans et des lesbiennes grecs. Constater ne suffit pas, il faut s'unir et proposer d'une seule voix des solutions aux problèmes de la minorité. Les politiques n'ont pas le temps de faire des projets pour les gays, mais si vous constituez une fédération unie des associations gayes, trans  et lesbiennes, si les blogueurs s'unissent autour d'un projet fédérateur, si vous déposez sur les tables de vos futurs élus des dossiers bien ficelés et complets, alors les politiques seront impressionnés et se mobiliseront aussi.

Les libéraux ne font que 0,2 pour cent mais soutiennent vos projets. Travaillez pour qu'ils deviennent plus forts!

Gay Super Hero, il s'agit de penser positivement et de travailler dur à la réalisation de nos rêves! J'ai de bonnes recettes de cuisine belge pour cuire les cailles de MoïseSourire.

Bisous, bon courage et surtout BON TRAVAIL!

Luc le Belge

Mise à jour: le commentaire de Degmi

Évidemment, je ne connais rien à la politique grecque mais si ce parti ne fait que 0,2%, il vaut peut-être mieux, stratégiquement, soutenir le PASOK et ensuite, faire du lobbying en son sein pour qu'il nous soutienne d'une manière moins "distraite" comme le dit si bien le bloggeur grec. N'oublions pas que lorsqu'on vote pour un parti qui n'atteint pas le seuil minimal pour obtenir un élu, la voix est GASPILLÉE. Mais bon, je comprends aussi votre position maximaliste.

Ma réponse à Degmi

Merci, cher Degmi, de participer activement au débat. je vous rejoins d'ailleurs sur ce conseil de stratégie, d'autant plus que le Groupe des Socialistes  au Parlement européen soutient la pleine égalité pour les personnes LGBT, de même que les écologistes d'ailleurs. On pourrait de fait espérer que le Pasok, même s'il est tiède comme semble le penser Gay Super Hero, pourrait s'aligner sur la position générale des socialistes européens, ou y être invité.

Mise à jour: la réponse de Gay Super Hero

Il est nécessaire d'analyser la situation avant de prononcer des ordonnances faciles. Il faut noter d'abord que les homos italiens et autrichiens sont beaucoup plus engagés que les Grecs mais leur situation légale est a peu près identique.

En plus, la qualité de l' activisme et des associations en Grèce les 30 dernieres années n'est pas si différente (ou meilleure)que la qualité de notre vie politique. Je parle de l'activisme dans tous les domaines, pas seulement autour les questions lgbt.

Les gens sont frustrés, déçus et intimidés par le comportement des activistes et des politiques et ils deviennent passifs. Les "joueurs" du systeme de leur part n'encouragent pas la participation large qui mettra en risque leurs calculs. La manque de participation laisse le champs libre pour la manque de transparence et des controles dans le systeme etc, etc. C'est un cercle vicieux...

Quant à la situation politique actuelle il est probable que les socialistes l'emporteront avec une majorité maigre (41-42% des votes). Au cas ou

A)la gauche radicale et les verts ne depassent pas le seuil de 3% et restent exclus du parlement (leur clientele electorale est identique et beaucoup d' entre eux vont emigrer vers les socialistes) et

B)l'extreme droite profite de la chute de la droite et le parti communiste stalinien conserve ses forces

, les socialistes (qui sont eux-memes assez timides viv-avis les questions lgbt) vont affronter une opposition uniformement hostile et une extreme droite religieuse renforcée. L'avenir ne semble pas tres prometteur...

Merci à Gay Super Hero de son éclairage!

Commentaires

Évidemment, je ne connais rien à la politique grecque mais si ce parti ne fait que 0,2%, il vaut peut-être mieux, stratégiquement, soutenir le PASOK et ensuite, faire du lobbying en son sein pour qu'il nous soutienne d'une manière moins "distraite" comme le dit si bien le bloggeur grec. N'oublions pas que lorsqu'on vote pour un parti qui n'atteint pas le seuil minimale pour obtenir un élu, la voix est GASPILLÉE. Mais bon, je comprend aussi votre position maximaliste.

Écrit par : Degmi | 03/09/2009

Il est necessaire d'analyser la situation avant de prononcer des ordonnances faciles. Il faut noter d'abord que les homos italiens et autrichiens sont beaucoup plus engagés que les grecs mais leur situation legale est a peu pres identique.

En plus, la qualité de l' activisme et des associations en Grece les 30 dernieres années n'est pas si differente (ou meilleure)que la qualité de notre vie politique. Je parle de l'activisme dans tous les domaines, pas seulement autour les questions lgbt.

Les gens sont frustrés, decus et intimidés par le comportement des activistes et des politiques et ils deviennent passifs. Les "joueurs" du systeme de leur part n'encouragent pas la participation large qui mettra en risque leurs calculs. La manque de participation laisse le champs libre pour la manque de transparence et des controles dans le systeme etc, etc. C'est un cercle vicieux...

Quant a la situation politique actuelle il est probable que les socialistes l'emporteront avec une majorité maigre (41-42% des votes). Au cas ou

A)la gauche radicale et les verts ne depassent pas le seuil de 3% et restent exclus du parlement (leur clientele electorale est identique et beaucoup d' entre eux vont emigrer vers les socialistes) et

B)l'extreme droite profite de la chute de la droite et le parti communiste stalinien conserve ses forces

, les socialistes )qui sont eux-memes assez timides viv-avis les questions lgbt) vont affronter une opposition uniformement hostile et une extreme droite religieuse renforcée. L'avenir ne semble pas tres prometteur...

Écrit par : gay super hero | 04/09/2009

Les commentaires sont fermés.