20/08/2009

Roselyne Bachelot sur l'interdiction du don du sang par les homosexuels

Gayclic a mis en ligne l'interview accordée hier par Roselyne Bachelot, la Ministre française de la Santé et des Sports, à RMC sur la question du don du sang par les homosexuels masculins. La question fait l'actualité, puisqu'actuellement un homosexuel fait la grève de la faim en France pour protester contre le refus des autorités santitaires françaises du don d'organes par les homosexuels. 


Roselyne Bachelot et le don du sang (RMC, 19/08/09)

Roselyne Bachelot, certes une personne intelligente, semble mesurer ses propos avec une certaine délicatesse: on vient de l'entendre, la « contre-indication » du don du sang par les homos masculins, qui pour elle n'est pas une « discrimination », ne serait « levée » que lorsque le taux de prévalence du virus du Sida chez les homosexuels baisserait. À propos d'Alexandre Marcel et de sa grève de la faim, Roselyne Bachelot a encore déclaré : « Je remercie quelqu'un qui veut s'impliquer ».

Les gays feraient  partie « d'une population à risques » et de ce fait auraient une exposition majoritaire face au VIH, donc il faut les interdire le don du sang. (A noter que pour l'Etablissement français du Sang, l'EFS,  un homosexuel masculin c'est  « tout homme ayant eu une relation sexuelle même une seule fois avec un autre homme »). L'EFS et Roselyne Bachelot semblent suivre un syllogisme dont les prémisses sont incorrectes: une personne ne fait pas partie d'un groupe à risque parce qu'elle est homosexuelle, elle fait partie d'un groupe à risque à partir du moment où elle présente un comportement sexuel à risques. Ce qui est en fait discriminatoire c'est de définir des groupes à risques sur base de l'orientation sexuelle ou de l'origine,  de faire des généralisations indues. Le simple fait d'être homo ou africain subsaharien n'est pas un facteur de contamination.

J'imagine que l'EFS applique la même règle d'exclusion du don du sang  à toute personne provenant de l'Afrique subsaharienne, puisque le taux de contamination au VIH y est extrêmement important.

Cela me paraît relever d'une analyse erronée et quoi qu'en dise la Ministre, réellement discriminatoire. La question pertinente n'est pas de savoir si une personne est hétérosexuelle ou homosexuelle, africaine sub-saharienne ou non, mais de savoir la manière dont chaque personne vit sa sexualité: les personnes qui n'ont pas de rapports sexuels ou qui sont engagés depuis un temps X (à déterminer) dans un couple fidèle peuvent effectivement être présumés moins à risque que des personnes connaissant des rapports sexuels avec des partenaires multiples.

08:51 Publié dans Santé, Prévention, Sida, Mst | Lien permanent | Tags : sida, vih, hiv, roselyne bachelot, efs, ministre de la sante | | |  Facebook |

Commentaires

Et en belgique Et en belgique les homos ont-ils le droit de donner leur sang ?
biz

Écrit par : corto74 | 20/08/2009

en Belgique en Belgique, même situation qu'en France

Écrit par : luclebelge | 20/08/2009

Soutien alexandre marcel le subsahara n'est qu'un argument de plus qui prouvent l'hypocrisie d'etat et la discrimination.Alexandre marcel est courageux
perso je le soutien soutienalexandremarcel@hotmail.fr
et vous?

Écrit par : FRANCOIS | 24/08/2009

Soutien Alexandre Marcel L'afrique du sud est un argument de plus pour démontré l'injustice anti homo..
soutienalexandremarcel@hotmail.fr
et vous?

Écrit par : FRANCOIS | 24/08/2009

Les commentaires sont fermés.