16/07/2009

Grèce: les gays et les lesbiennes sont exclus des contrats d'union civile

Drapeau de la Grèce

Athènes le 16 juillet- Les gays et les lesbiennes resteront exclu.e.s de la nouvelle loi qui mettra sur pied d'égalité les couples qui contracteront un contrat d'union civile et les couples mariés. De cette manière la Nea Demokratia, le parti de droite au pouvoir en Grèce, maintiendra les couples gays et lesbiens au ban de la société grecque. Le Pasok, parti socialiste d'opposition, avait en effet présenté un amendement qui aurait  étendu aux couples homosexuels les effets de la loi passée ces derniers mois. L'amendement a été repoussé par une commission ad hoc du Parlement. 

En avril dernier, comme on pouvait s'y attendre, un tribunal grec avait déjà annulé les premiers mariages homosexuels, qui avaient été officiellement contractés sur l'île de Tilos, dont le maire est progressiste, en profitant du fait que la loi sur le mariage en Grèce ne comporte pas de spécification de sexe pour les personnes qui souhaitent se marier. Cette décision de justice avait été dénoncée avec virulence par les associations LGBT qui ont annoncé un recours près la Cour européenne de Justice.
 
Lors de cette annulation, le tribunal avait cependant  invité le parlement grec à réglementer le vide juridique qui avait permis la controverse.

La proposition du Pasok sur les couples de fait a été soutenue par le parti des ex-communistes, le Syriza. Le ministre de la justice, Nikos Dendias, a toutefois fait savoir qu'il examinerait plus à fond la question parce qu'il ne désire pas rester sourd aux droits des gays et des lesbiennes. 

Mon commentaire

La Nea Demokratia ne semble se maintenir que péniblement au pouvoir. On peut imaginer qu'une crise de pouvoir est inéluctable et conduira, autour de la question de l'élection présidentielle au printemps prochain, à des élections anticipées que nos amis grec.que.s espèrent pour avril 2010. Ces élections pourraient ramener la gauche au pouvoir, pour le plus grand bien des personnes LGBT, si tant est, comme vient de me le signaler un lecteur grec, que la gauche, dans l'hypothèse du pouvoir retrouvé, tient ses promesses...

Force nous est de constater que les partis de droite sont, au niveau international, généralement* réactionnaires sur le plan de l'éthique. Dommage pour eux, ils conduisent ce faisant les personnes LGBT dans les bras de la gauche et provoquent un clivage politique qui ne correspond pas nécessairement à l'analyse politique des personnes gaies, trans et lesbiennes.

*Pas toujours cependant, un parti d'extrême-droite hollandais est par exemple gay friendly...

Source: gaynewsit

El pueblo gay unido jamas serà vencido!

Commentaires

Pourvu que les socialistes n'oublient pas leurs engagements lorsqu'ils retournent au pouvoir...

Ce n'est pas un très bon signe qu'ils ont deposé ce projet de loi a la mi-juillet pendant la pause estivale du Parlement grec...

Écrit par : gay super hero | 16/07/2009

Les commentaires sont fermés.