13/07/2009

Accord de gouvernement en Belgique francophone et personnes LGBT

Wallonie-Bruxelles

Projet de Déclaration de politique communautaire 2009-2014 et personnes LGBT

Le nouvel accord de gouvernement pour la partie francophone du pays comporte un volet consacré aux personnes LGBT. Il s'agit à ce stade davantage d'une déclaration de politique générale. En voici les termes qui sont détaillés dans le chapitre XII de l'accord, un chapitre intitulé Amplifier les politiques d'égalité (pp. 164 et suivantes). J'y relève les passages qui concernent spécifiquement les personnes LGBT en les surlignant en bleu, les extraits de l'accord sont en italique.

La prise de conscience des inégalités progresse dans notre société. Cependant, il reste de nombreuses inégalités de fait pour lesquelles subsiste un énorme travail de sensibilisation et d’éducation. Des mesures correctrices doivent également être prises.

Le Gouvernement, fidèle à la Déclaration universelle des droits de l’Homme, entend que chaque personne soit traitée de manière égale, quels que soient ses origines ou son identité, son sexe, son état de santé, ses croyances

philosophiques ou religieuses, son orientation sexuelle…

Il rappelle dans ce cadre l’importance du décret qui interdit et sanctionne les discriminations.  Si les questions d’égalité seront intégrées dans l’ensemble des politiques

générales, le Gouvernement mènera également des politiques spécifiques d’égalité et de lutte contre les discriminations, pour remédier à certaines discriminations structurelles (« mainstreaming » de l’égalité).

Le Gouvernement soutiendra dans ce cadre la mise en place de plans globaux d’égalité dans la fonction publique et dans les entreprises, avec quatre publics cibles : les femmes, les personnes issues de l’immigration, les LGBT et les personnes handicapées. 

Dans cette perspective, il garantira durant toute la législature la continuation et la mise en oeuvre des Protocoles de collaboration conclus en 2008 avec le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, d’une part, et l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, d’autre part. Le Gouvernement

demander en outre un Accord de coopération visant à faire de ces deux institutions actuellement fédérales des institutions « interfédérales ».

Il promouvra, dans l’ensemble des lieux publics de Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une Charte de la citoyenneté rappelant les droits et les devoirs de chacun, telle que proposée dans le rapport de la Commission du Dialogue interculturel. Il mettra également en place un cours de citoyenneté active et responsable commun à tous les élèves, de manière complémentaire à l’enseignement des cours de religion et de morale. [...]

 

4. Bien vivre son identité sexuelle

 

Le Gouvernement luttera contre les discriminations que vivent au quotidien certaines personnes LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), avec une attention particulière pour les jeunes, qui sont encore trop nombreux à souffrir de rejet à cause de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. 

Il mènera notamment, en collaboration avec le Centre pour l’égalité des chances et le secteur associatif, des campagnes d’information et de sensibilisation (notamment relatives à l’identité sexuelle) dans l’ensemble des matières qui relèvent de ses compétences.

Le Gouvernement renforcera en particulier la lutte contre l’homophobie à l’école. Des formations sur le respect des diversités sexuelles seront en outre organisées à destination des enseignants, des éducateurs, des Centres psycho-médicauxsociaux et des Services de promotion de la santé à l’école. Les modules d’animations à la vie relationnelle, affective et sexuelles à l’école intègreront un module relatif à l’orientation sexuelle.

Il accordera une attention spécifique, en collaboration avec la Région wallonne, aux seniors LGBT (avec notamment des actions de sensibilisation dans les maisons de repos) ainsi qu’aux personnes LGBT issues de l’immigration.

Enfin, il apportera un soutien structurel aux associations LGBT dans le cadre de la lutte contre les discriminations.

Outre ce volet spécifique dans le chapitre XII, l'attention qu'il convient de porter à l'orientation sexuelle est peu soulignée. Le chapitre XI, consacré à la Politique de la Santé, la mentionne cependant, dans ses quatrième et cinquième points:

accompagner l’information sur les ISTd'une sensibilisation en faveur du dépistage auprès des femmes et des hommes dès l’adolescence, vu la recrudescence de toutes les IST.

4. L’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle

Une approche positive de la vie relationnelle, affective et sexuelle tout au long de la vie permet de diminuer  fortement les facteurs de risque : grossesses non désirées, faits de délinquance sexuelle, infections sexuellement transmissibles, stigmatisation des orientations sexuelles, etc.

Dans ce même chapitre, le point 5 est consacré aux politiques à mener en matière de prévention du Sida. je le relève car, même s'il ne fait pas mention nommément de l'orientation sexuelle (il y est cependant fait mention de publics spécifiques), il concerne directement la communauté homosexuelle.

5. La prévention du SIDA et des infections sexuellement transmissibles (IST)

Pour le Gouvernement, il est fondamental de rappeler que, malgré les progrès thérapeutiques, le Sida ne se guérit pas.

Le Gouvernement entend, en association avec la Région wallonne :

• en fonction de l’évolution de la maladie, des traitements et comportements, évaluer et le cas échéant réajuster les politiques de prévention, notamment auprès des jeunes et des publics spécifiques, en collaboration avec les acteurs concernés ;

• combattre la banalisation du phénomène du Sida et continuer à développer l’information relative aux autres IST, particulièrement auprès des publics spécifiques ;

• lancer de nouvelles campagnes de sensibilisation à l’usage du préservatif, augmenter le nombre de préservatifs distribués gratuitement et augmenter le nombre de distributeurs de préservatifs ;

• lutter activement contre les discriminations dont sont victimes les personnes séropositives ;

On notera que le projet d'accord pour le Gouvernement wallon reprend sensiblement les mêmes points, que je ne reproduis pas ici, pour ne pas doubler l'information.

Commentaire

Sans doute peut-on se réjouir de cette déclaration de politique générale. Je remarquerai cependant que

  • contrairement à ce qu'on peut lire dans l'accord du gouvernement flamand, il n'est pas question de manière précise d'un renforcement des moyens mis à la disposition des associations LGBT

  • la lutte contre l'homophobie en milieu scolaire est bien reprise dans le chapitre XII, mais n'est pas spécifiée dans l'important chapitre consacré à l'enseignement, alors que la lutte contre le racisme et la xénophobie et que le souci pour l'égalité femmes-hommes y sont nommément mentionnées. Je le déplore et souhaiterais un ajout au Décret sur les missions prioritaires de l'école qui inclurait nommément la lutte contre l'homophobie dans les missions assignées à l'école. Notons cependant que dans le point consacré à la formation initiale des enseignants, l'accord de gouvernement indique qu'il conviendra de sensibliser les enseignants au genre et à la diversité.

  • dans le chapitre sur le suicide, l'attention particulière qu'il conviendrait d'apporter à la problématique spécifique du suicide chez les jeunes gays, trans et lesbiennes n'est pas nommément mentionné.

  • enfin, il n'est pas question dans le point consacré à la prévention des mst et du sida en particulier de l'installation de distributeurs de préservatifs dans les écoles secondaires.

On ne peut qu'espérer que ces déclarations d'intentions seront suivies de réalisations pratiques!

Pour accéder au texte l'accord de politique communautaire, cliquer ici.

 

Les commentaires sont fermés.