28/04/2009

Art lesbien: Mary Coble

Vues à la foire d'art contemporain de Bruxelles ART BRUSSELS, quelques oeuvres ensanglantées de Mary Coble, présentées par la galerie Connor Contemporary Art. A première vue ce ne sont que des feuilles de papier avec de faibles empreintes de sang séché, cela semble sans intérêt.

036

                                                              En interrogeant les galeristes, mon désintérêt initial s'est mué en fascination horrifiée: pour obtenir ces empreintes, Mary Colbe s'est fait tatoué tout le corps avec les insultes homophobes que tant de gens adressent aux gays et aux lesbiennes. Au moment du tatouage, elle a fait recueillir l'empreinte sanglante des insultes qui apparaissent ainsi en écriture inversée: ainsi fag et queer dans les deux exemples ci-dessous.

037

038

                                                             La dénonciation de l'homophobie et ce qui semble être un combat de l'artiste pour une société non discriminatoire passe par cette forme d'automutilation qui fascine et inquiète. Et qui interpelle: la cruauté et les injustices homophobes sont telles qu'elles poussent des artistes à exprimer leurs déchirures intérieures et leur douleur avec leur propre sang. Cela suscite la métaphore: l'homophobie crucifie les corps, l'homophobie torture et tue.

mary coble1

mary coble 2

Biographie

Mary Colbe est née à Julian, North Carolina. Elle a étudié à l'Université de Carolne du Nord, pour ensuite aller vivre à Washington DC. Elle y étudiera la photographie à l'Université George Washington, où elle enseigne aujourd'hui. Elle donne également des classes d'art pour enfants. C'est le galeriste Conner Contemporary Art qui la représente à Washington DC.

Un exemple de l'oeuvre photographique:

mary coble 3


Plus sur l'artiste et son oeuvre: son site et le site de la Galerie Connor

11:24 Publié dans Art | Lien permanent | Tags : art, photo, photos, photographie, mary coble | | |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.