20/04/2009

Durban II: l'hypocrisie du Vatican sur la question des discriminations

La Conférence de l'ONU sur le racisme, qui se tiendra du 20 au 24 avril à Genève, dénommée Durban II, doit assurer le suivi de celle organisée en 2001 dans la ville sud-africaine de Durban, et qui s’était terminée dans la confusion et sur des accusations d’antisémitisme.

La question des discriminations liées à l’homosexualité, défendue  par les capitales occidentales au grand dam des pays musulmans et africains ainsi que du Vatican, a été supprimée et ne sera évidemment pas mentionnée dans le texte final.

Benoît XVI a quant à lui dit espérer que les délégués à la conférence travaillent "avec un esprit de dialogue et d'acceptation réciproque, pour mettre fin à toutes les formes de racisme, de discrimination et d'intolérance". Il a salué dimanche la tenue de la conférence de l'ONU sur le racisme à Genève, exhortant la planète à s'unir pour éliminer l'intolérance.

Ces propos relèvent tant de la mascarade que de l'hypocrisie: comment peut-on d'une part s'opposer à ce que la question des discriminations liées à l'homosexualité soit prise en compte et d'autre part espérer qu'il soit mis fin à toute  forme de discrimination? L'on sait qu'il y a une alliance objective entre le Vatican et les pays islamistes sur ces questions, et que cette alliance va dans le sens de l'intolérance et de la discrimination.

Sauf erreur, la Belgique participe à la Conférence, et si c'est avéré, je le déplore. Je préfère l'attitude des Etats-Unis, du Canada, de l'Italie, de la Suède, de l'Allemagne ou des Pays-Bas, qui refusent de participer à une conférence manipulée. Le ministre hollandais Verhagen a par exemple expliqué son refus de participation précisément en raison du traitement de la question du droit des homosexuel.le.s.

Les commentaires sont fermés.