29/12/2008

Benoît XVI et Himmler: deux discours sur l'homosexualité

ratzingerHimmler

Le discours que le pape a adressé à la curie romaine le 22 décembre 2008 et dans lequel il dénonce les dangers que court la création (l’humanité) de voir se propager l’homosexualité et la transsexualité (le « gender ») m’ a rappelé un autre discours, de sinistre mémoire : celui qu’Himmler adressa aux généraux nazis à Bad Tölz en 1937, et dans lequel l’idéologue du National-socialisme s’inquiète de la propagation par lui supposée de l’homosexualité, qui, si les dirigeants nationaux-socialistes n’interviennent pas vigoureusement, conduira à l’affaiblissement sinon à l’anéantissement de la nation allemande. Je reproduis à votre attention de larges extraits des deux discours et vous suggère de prendre la peine de les lire et de les analyser, en utilisant la technique de la superposition. Et d’en tirer vos propres conclusions. Je vous propose aussi les liens qui vous permettront de prendre connaissance des discours dans leur intégralité, de manière à assurer une investigation non parcellaire. Les textes en italique sont originaux, le soulignement est de mon fait.

 

Himmler voulait sauver la nation allemande de l’homosexualité, préserver la race aryenne et lui assurer la domination à ses yeux légitimes du monde. Le pape veut sauver l’humanité et la remettre dans la droite ligne d’un supposé projet divin. Si le cadre philosophique et/ou religieux dans lequel s’inscrit la pensée des deux hommes est bien sûr différent, la rhétorique des deux textes me paraît étrangement, -et dangereusement-, semblable. On sait où cette rhétorique a conduit à la fin des années 30 et pendant la seconde guerre mondiale : recensement des homosexuels,  fermeture de leurs lieux de rencontre, persécutions, expérimentations pseudo-médicales, déportation vers les camps de rééducation ou de concentration, assassinats.

 

La rhétorique papale :

 

ROME, Lundi 22 décembre 2008  – Vous trouverez ci-dessous des extraits du discours que le pape Benoît XVI a adressé  à la curie romaine le 22 décembre, dans lequel il fait le bilan de l'année écoulée (source: ZENIT.org)

 

L’esprit créateur (Dieu) crée le monde et le renouvelle sans cesse. Il a doté la nature d’une structure intelligente, mais Ce n'est que parce que la nature est structurée de manière intelligente, que notre esprit est en mesure de l'interpréter et de la remodeler activement. Le fait que cette structure intelligente provienne du même Esprit créateur, qui nous a donné à nous aussi l'esprit, comporte à la fois un devoir et une responsabilité. Nous avons une responsabilité envers la terre Celle-ci n'est pas simplement notre propriété, que nous pouvons exploiter selon nos intérêts et nos désirs. Elle est plutôt un don du Créateur qui en a dessiné les structures intrinsèques et qui nous a donné les signes d'orientation que nous devons suivre comme administrateurs de sa création. L'Eglise ne peut pas et ne doit pas se limiter à transmettre uniquement le message du salut à ses fidèles. Celle-ci a une responsabilité à l'égard de la création et doit faire valoir cette responsabilité également en public. Et en le faisant, elle ne doit pas seulement défendre la terre, l'eau et l'air comme des dons de la création appartenant à tous. Elle doit également protéger l'homme contre la destruction de lui-même. Il est nécessaire qu'il existe quelque chose comme une écologie de l'homme, comprise de manière juste. Il ne s'agit pas d'une métaphysique dépassée, si l'Eglise parle de la nature de l'être humain comme homme et femme et demande que cet ordre de la création soit respecté. Ici, il s'agit de fait de la foi dans le Créateur et de l'écoute du langage de la création, dont le mépris serait une autodestruction de l'homme et donc une destruction de l'œuvre de Dieu lui-même. Ce qu'on exprime souvent et ce qu'on entend par le terme « gender », se résout en définitive dans l'auto émancipation de l'homme par rapport à la création et au Créateur. L'homme veut se construire tout seul et décider toujours et exclusivement seul de ce qui le concerne. Mais de cette manière, il vit contre la vérité, il vit contre l'Esprit créateur. Les forêts tropicales méritent, en effet, notre protection, mais l'homme ne la mérite pas moins en tant que créature, dans laquelle est inscrit un message qui ne signifie pas la contradiction de notre liberté, mais sa condition. De grands théologiens de la Scolastique ont qualifié le mariage, c'est-à-dire le lien pour toute la vie entre un homme et une femme, de sacrement de la création, que le Créateur lui-même a institué et que le Christ - sans modifier le message de la création - a ensuite accueilli dans l'histoire du salut comme sacrement de la nouvelle alliance. Le témoignage en faveur de l'Esprit créateur présent dans la nature dans son ensemble et de manière particulière dans la nature de l'homme, créé à l'image de Dieu, fait partie de l'annonce que l'Eglise doit apporter. Il faudrait relire l'Encyclique Humanae vitae à partir de cette perspective : l'intention du Pape Paul VI était de défendre l'amour contre la sexualité en tant que consommation, l'avenir contre la prétention exclusive du présent et la nature de l'homme contre sa manipulation

 

La rhétorique nazie

 

Extraits du Discours sur l'homosexualité, prononcé par Heinrich Himmler devant une assemblée de généraux nazis à Bad Tölz (Bavière) le 18 février 1937 . Texte extrait des annexes de Le Triangle Rose, Jean Boisson, Editions Robert Laffont, Paris,1988.

Source: triangles-roses.org

 

Si j'admets qu'il y a un à deux millions d'homosexuels, cela signifie que 7 à 8% ou10% des individus de sexe masculin sont homosexuels. Et si la situation ne change pas, cela signifie que notre peuple sera anéanti par cette maladie contagieuse. A long terme, aucun peuple ne pourrait résister à une telle perturbation de sa vie et de son équilibre sexuel.

(…): cela va provoquer une catastrophe.

(…). Il y a parmi les homosexuels des gens qui adoptent le point de vue suivant : "Ce que je fais ne regarde personne, c'est ma vie privée." Mais il ne s'agit pas de leur vie privée : le domaine de la sexualité peut être synonyme de vie ou de mort pour un peuple, d'hégémonie mondiale ou de réduction de notre importance à celle de la Suisse.(…).

Depuis des siècles et des millénaires, les peuples germaniques, et particulièrement le peuple allemand, sont gouvernés par des hommes. Mais cet Etat d'hommes est en passe de se détruire lui-même en raison de sa tolérance de l'homosexualité. (…)

Mais la destruction de l'État commence lorsque, intervenant un principe érotique (je le dis avec le plus grand sérieux), un principe d'attirance sexuelle entre hommes, la qualification professionnelle, l'efficacité ne jouent plus dans cet État d'hommes le rôle qu'elles devraient jouer. (…)

L'homosexualité fait donc échouer tout rendement, tout système fondé sur le rendement. Elle détruit l'État dans ses fondements. A cela s'ajoute le fait que l'homosexuel est un homme radicalement malade sur le plan psychique. Il est faible et se montre lâche dans tous les cas décisifs. (…)

Nous devons comprendre que si ce vice continue à se répandre en Allemagne sans que nous puissions le combattre, ce sera la fin de l'Allemagne, la fin du monde germanique. (…).

Messieurs, les égarements sexuels provoquent les choses les plus extravagantes que l'on puisse imaginer. Dire que nous nous conduisons comme des animaux serait insulter les animaux. Car les animaux ne pratiquent pas ce genre de choses. Une vie sexuelle normale constitue donc un problème vital pour tous les peuples".

Auteur: Gaykosmopolit | Homophobie | Commentaires: (0)

 

Commentaires

Que c'est triste de lire encore ce genre d'idioties qui passe pour parole d'évangile. Tiens parlons en de l'évangile. Où trouve-t-on une seule référence à la sexualité en générale et à l'homosexualité. Est-ce que les moines de Maredsous auraient oublié quelques passages croustillant? Non, laissons les paroles de ce monsieur en robes brodées d'or (un peu comme faisait Christian Lacroix il y a quelques année) à ses élucubrations et continuons notre chemin vers le message du Christ "aimez vous!(nondigeu-ca non plus ce n'est pas dans l'édition signé Maredsous).

Écrit par : Benoit | 29/12/2008

Tu as raison ... Très curieux ce discours du pape à notre époque.
Comme quoi, rien n'est jamais acquis. L'histoire doit nous servir de leçon. Il nous démontre que les mentalités peuvent changer vites. Etre un homosexuel est un combat de tout temps ... :)

Écrit par : _un gay | 29/12/2008

Godwin point !

Il serait plus intéressant de les démonter que de les mettre en parallèle...surtout deux discours aux contextes totalement différents à des interlocuteurs carrément différent.

Écrit par : Seb | 30/12/2008

L'homophobie viscérale du catholicisme Seul l'ancien testament et certains épîtres post-Jésus condamnent l'homosexualité.
Mais l'homophobie est un moyen de pérennisation du pouvoir catholique.

1. Non seulement ce pouvoir stigmatise l'homosexualité, mais il propose aussi l'antidote: l'abstinence et, tant qu'à faire, la prêtrise. C'est donc une source de recrutement.

2. L'orchestration de la mise en oeuvre d'une "homophobie culturelle" a pousse une majorité d'homosexuels à se marier et à avoir des enfants. Autant de membres (par défaut) en plus dans le giron catholique.

Écrit par : Max De Brouwer | 30/12/2008

Bien désolant... Des discours très réducteurs qui engendrent seulement des situations conflictuelles...

Écrit par : Franny | 30/12/2008

Le train s'arrête. Quelle est la différence entre un train et Benoît XVI? S'il déraille, le train s'arrête.

Benoît XVI tape toujours sur le même clou et il ne s'arrêtera pas. Avant-hier, justement, [i]los kikos[/i] protestaient en Espagne contre les LGBT, à l'incitation du pape de Rome. Et tant qu'il n'est pas traduit devant la Cour de la Haie, il ne s'arrêtera pas.

C'est un célibataire (frustré? complexé?) qui met tout en œuvre pour lutter contre le mariage. Si le mariage hétéroparental est une chose si excellente, pourquoi n'encourage-t-il le clergé à se marier? Et si l'absence du mariage hétéroparental est une chose si odieuse, pourquoi se met-il dans la même casserole que les gais, en gardant le célibat?

L'instauration de la démocratie dans l'Église, comme aux premiers siècles, doit commencer à l'intérieur de l'église romaine institutionnelle. Jusqu'à présent, aucune conférence épiscopale, aucun évêque solitaire, personne n'a osé critiquer les bêtises que le pape de Rome affirme dans le cadre de son "magistère ordinaire". Tant que ça ne changera pas, il ne changera pas, et l'Église non plus.

Écrit par : Georges | 31/12/2008

Pff vraiment n importe quoi ...
De quoi il se mêle ?? Et les guerres de religion, ça fait pas baisser l'hmanité, CA ?

Soutien à 100 % aux gay, bi, ...

Écrit par : roloc | 23/08/2010

Les commentaires sont fermés.